Des besoins

(Évolutions des ventes en librairie sur les dernières années, visibilité du genre dans les médias mais aussi en médiathèque, sur le web, dans les écoles etc).

Modérateurs : jerome, Mathias

Répondre
jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Des besoins

Message par jerome » sam. sept. 09, 2017 5:19 pm

Hello tous

On cherche des gens pour aller nous trouver des chiffres :
- Quelle est la place des littératures de l'imaginaire dans la littérature (Livre hebdo et les chiffres GFK) ?
- Quelle est l'évolution des chiffres en librairie (GFK) ?
- Quelle est la place de nos littératures en médiathèque (s'il y a des bibliothécaires dans la salle) ?
- Combien de livres ou d'auteurs d'imaginaire sont invités dans les grands médias littéraires (Le Monde, Libération, La grande librairie etc).

Appel aux bonnes volontés :)

LDavoust
Messages : 28
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 4:48 pm
Contact :

Message par LDavoust » lun. sept. 11, 2017 8:49 am

J'ai le dossier annuel littératures de l'imaginaire de Livres Hebdo mais il n'y a pas de chiffres sur l'importance relative du genre vis-à-vis du mainstream. Par contre je t'en sors les chiffres que tu veux. Trois déjà qui peuvent donner une vision d'ensemble :

"A 918 nouveautés et nouvelles éditions (+ 2 % à un an d’intervalle), la production de romans fantastiques et de science-fiction demeure en 2015 à un niveau proche de celui des deux années précédentes."

"Parmi les 4 millions d’ouvrages de fantasy et de science-fiction vendus en un an (- 10,1 % à un an d’intervalle), près de 3 sur 4 l’ont été au format poche, contre seulement 2 sur 3 l’année précédente."

"Bragelonne conforte ses positions face à Madrigall sur un marché des littératures de l’imaginaire évalué sur un an par GFK à 45,3 millions d’euros (- 13,9 %)."

jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Message par jerome » lun. sept. 11, 2017 1:34 pm

Oué de mon côté hier soir j'ai tenté de dénicher un rapport sur le poids de l'imaginaire. J'ai trouvé


LES CHIFFRES CLÉS DE L’ÉDITION 2015, DONNÉES 2014 du SNE. Il a fallu que sorte ma calculette, mais en 2014 l'imaginaire représentait en chiffre d'affaire 3.69% de la littérature avec 3 463 000 exemplaires vendus (2014).

Et j'ai une étude CNL sur la lecture 2017


Image

jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Message par jerome » lun. sept. 11, 2017 1:37 pm

Est-ce que tu aurais les dossiers livre hebdo sur l'imaginaire des années précédentes ? J'ai des traces jusqu'à 2010...

jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Message par jerome » lun. sept. 11, 2017 2:39 pm

LDavoust a écrit : "A 918 nouveautés et nouvelles éditions (+ 2 % à un an d’intervalle), la production de romans fantastiques et de science-fiction demeure en 2015 à un niveau proche de celui des deux années précédentes."

"Parmi les 4 millions d’ouvrages de fantasy et de science-fiction vendus en un an (- 10,1 % à un an d’intervalle), près de 3 sur 4 l’ont été au format poche, contre seulement 2 sur 3 l’année précédente."

"Bragelonne conforte ses positions face à Madrigall sur un marché des littératures de l’imaginaire évalué sur un an par GFK à 45,3 millions d’euros (- 13,9 %)."
De mon côté j'ai retrouvé quelques chiffres (mais il m'en manque):

2014 :

2014 :
894 nouveautés en science fiction et en fantasy (-3.9 % par rapport à 2013).
Poche 67 % des ventes / 33 % en grand format.
Chiffre d'affaire : 59.4 millions d’euros (-16.6 % en 2014 selon GFK)
Nombre d’exemplaires vendus 4.7 millions (-14.1% en un an)

Les ventes se font essentiellement en version poche (67 % en 2014 contre 65 en 2013). C’est encore la fantasy qui tire son épingle du jeu puisque la répartition des ventes se fait comme suit : 46 % des livres vendus sont de la fantasy, 31 % de la science fiction et 23 % du fantastique.

Le plus gros éditeur est désormais Madrigall (Gallimard + Flammarion et les collections Nouveaux Millénaires, Pygmalion, Folio SF, J’ai lu...) avec 30.3 % des parts de marché. Bragelonne est à 21.8 % (Milady et Bragelonne confondus), le Livre de Poche à 11.1 %, Pocket à 8.3 %. Parmi les éditeurs indépendants, l’Atalante représente 3.1 % et Mnémos 0.8%.



2013 :
Poche 65 % des ventes / 35 % en grand format.


2012
854 nouveautés
Poche 79 % des ventes / 21 % en grand format.

J’ai lu se taille toujours la part du lion dans ce gâteau avec 25.9 % (contre 27.4 % en 2011 et 21.2 en 2010) des ventes devant Milady 21.3 %. Pocket est à 11.1 % (contre 9 % en 2011 et 13 en 2010), Le Livre de Poche à 10.9 (contre 9.2 % en 2012), Folio à 6.7 (contre 7.9 % en 2011 et 6.9 en 2010), Bragelonne à 6.5, Albin Michel 3.6 (contre 3.7 % en 2011 et 5 en 2010), Pygmalion 2 %, Librio 1.5 et l’Atalante 1.4 % (1.8 % en 2011). Les autres éditeurs représentent 9 % du marché... Si on prend les groupes, Flammarion représente 29.4 % du marché (J’ai lu, Pygmalion, Librio) contre 27 % en 2012 et Bragelonne 27.8 % (Bragelonne et Milady) contre 29 % en 2011, 25 % en 2010 et 22 % en 2009.


2011
2011 : 857 nouveautés
2011 Poche 78% des ventes / 22% en Grand format
5.6 millions d’exemplaires
59 millions d’euros

Enfin, sur la répartition, le groupe Bragelonne (Bragelonne et Milady) représente 29% du marché, devant Flammarion 27% (J’ai lu et Librio mais aussi Pygmalion). Le Livre de poche est à 9.2% et Pocket à 9.4%. Chez les éditeurs indépendants de taille “moyenne”, seul l’Atalante apparait dans ce classement avec 1.8% des ventes en 2011.

Le fait le plus marquant dans cette répartition des ventes, c’est l’envolée de Bragelonne. En 2009, ils représentaient 22% des ventes, 25% en 2010 et donc 29% en 2011. Succès de la Bit Lit sans doute. Recul également des autres éditeurs. Pocket passe de 13% à 9% en deux ans, Fleuve Noir de 4.5% à 2.6%, Folio de 7.9% à 6.9%, et Albin Michel de 5 à 3.7%. Seul J’ai lu augmente de 21.2 à 27.4%.


Image


2010 :
845 nouveautés
2010 73% des ventes en poche / 27% en Grand format.
5,4 millions de livres d’Imaginaire
55,8 millions d’euros


2009
805 nouveautés
Image

2007
Poche 78% des ventes / 22% en Grand format


2002
476 nouveautés

LDavoust
Messages : 28
Enregistré le : lun. juil. 17, 2017 4:48 pm
Contact :

Message par LDavoust » lun. sept. 11, 2017 8:34 pm

J'ai seulement celui de 2015 :

"A 894 nouveautés et nouvelles éditions (données provisoires), la production d’ouvrages de fantasy et de science-fiction s’est tassé de 3,9 % en 2014, où elle conserve toutefois un niveau proche de celui des trois années précédentes."

"A 67 %, la part du poche dans les ventes en exemplaires de littérature de l’imaginaire gagne deux points en 2014, par rapport à l’année précédente. En valeur, le poche assure 45 % du chiffre d’affaires du secteur (42 % en 2013), contre 53 % pour le grand format. Tous formats confondus, 31 % des livres vendus relèvent de la SF, 23 % du fantastique et 46 % de la fantasy."

"Madrigall assure près d’un tiers de l’activité sur un marché du livre d’imaginaire évalué en 2014 par GFK à 59,4 millions d’euros (- 16,6 %) pour 4,7 millions d’exemplaires vendus (- 14,1 %). Au total, les trois principaux opérateurs du secteur commercialisent un livre sur trois."

Dis-moi s'il te faut plus de détails :)

jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Message par jerome » lun. sept. 11, 2017 8:55 pm

yes, il ne reste plus qu'à compiler et voir si on peut trouver d'autres sources pour avoir des chiffres :) (je pense notamment aux chiffres en numérique)

Et puis je pensais demander à des éditeurs présents depuis longtemps des études de cas, genre pour un même type de livre (un premier roman ango-saxon par exemple), quelles étaient les mises en place il y a 20 ans et maintenant...

Elijaah Lebaron
Messages : 52
Enregistré le : mer. juil. 26, 2017 8:02 pm
Contact :

Message par Elijaah Lebaron » lun. sept. 11, 2017 9:27 pm

Pour le numérique la bonne source pourrait être Amazon : Pour la rubrique, SF, fantasy et horreur en langue Française

En nombre d'ouvrages

- Fantasy (6 887)
- Horreur (2 849)
- Science-fiction (7 736)

Ces chiffres prennent en compte les Autoédités :
Impossible de séparer les auteurs français des autres.
Amazon est le premier vendeur d'ebook en France (voire au monde)

Fabien Lyraud
Messages : 146
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » mer. sept. 13, 2017 8:21 am

Petite anecdote à ce niveau. Je suis en rentrée en contact avec une journaliste parce que j'avais remarqué que dans les meilleures ventes de la rubrique littéraire du journal il y avait une rubrique roman policier et pas littérature de l'imaginaire.

Elle m'a répondu que l'imaginaire était mis en littérature française ou en littérature étrangère. Ce n'était pas suffisamment visible pour qu'il y ait une catégorie particulière.
Je lui ai répondu que pourtant au même titre que le policier, l'existence d'une catégorie se justifiait puisque d'une part elle existait en librairie et que les littératures au même titre que le policier avaient un régime sémiotique particulier.
Le débat s'est arrêté là.

Elijaah Lebaron
Messages : 52
Enregistré le : mer. juil. 26, 2017 8:02 pm
Contact :

Message par Elijaah Lebaron » mer. sept. 13, 2017 1:31 pm

Une petite question : La littérature jeunesse est-elle inclue dans ces chiffres.

Pour anecdote, j'ai eu l'occasion de visiter une très belle librairie à Banon cet été : http://www.lebleuet.fr/

En parcourant les salles les unes après les autres dans ce bâtiment labyrinthique, je découvre un large rayon (8 à 9 ML) qui semble dédié à l'imaginaire. Je me rapproche pour parcourir du regard cette production qui me semble foisonnante pour découvrir avec déception qu'il s'agit en fait du rayon "Jeunesse".

La majorité des oeuvres proposés sont pourtant imaginaires et quelques auteurs du rayons "adultes" (comme Robin Hobb) se frayent un chemin parmi les dystopies romancées et autre histoires de vampire au sang de rose.

Le rayon "SF/Fantasy/Fantastique" composé majoritairement de "classiques" était bien moins valorisé. Pour la SF, mon genre de prédilection, on en avait malheureusement vite fait le tour.

Les auteurs doivent t'ils se tourner vers la jeunesse comme eldorado pour vendre leur production ? C'est malheureusement le choix fait par nombreux de mes confrères...

Fabien Lyraud
Messages : 146
Enregistré le : mar. sept. 12, 2017 3:15 pm
Contact :

Message par Fabien Lyraud » mer. sept. 13, 2017 2:02 pm

Et là on en arrive au problème de la déperdition des 25 ans.
C'est Serge Lehman qui m'en avait parlé il y a 20 ans. À partir de l'âgede 25 ans il semble que de nombreux lecteurs d'imaginaire délaisse le genre pour s'insérer dans la société. Parce qu'ils ont peur d'être mal vu.

jerome
Site Admin
Messages : 202
Enregistré le : dim. juil. 02, 2017 12:28 pm

Message par jerome » jeu. sept. 14, 2017 1:13 pm

Elijaah Lebaron a écrit :Une petite question : La littérature jeunesse est-elle inclue dans ces chiffres.
A priori non.
Elijaah Lebaron a écrit : Pour anecdote, j'ai eu l'occasion de visiter une très belle librairie à Banon cet été : http://www.lebleuet.fr/

En parcourant les salles les unes après les autres dans ce bâtiment labyrinthique, je découvre un large rayon (8 à 9 ML) qui semble dédié à l'imaginaire. Je me rapproche pour parcourir du regard cette production qui me semble foisonnante pour découvrir avec déception qu'il s'agit en fait du rayon "Jeunesse".

La majorité des œuvres proposés sont pourtant imaginaires et quelques auteurs du rayons "adultes" (comme Robin Hobb) se frayent un chemin parmi les dystopies romancées et autre histoires de vampire au sang de rose.

Le rayon "SF/Fantasy/Fantastique" composé majoritairement de "classiques" était bien moins valorisé. Pour la SF, mon genre de prédilection, on en avait malheureusement vite fait le tour.

Les auteurs doivent t'ils se tourner vers la jeunesse comme eldorado pour vendre leur production ? C'est malheureusement le choix fait par nombreux de mes confrères...
C'est le paradoxe. En littérature "adulte", l'imaginaire a son rayon. En jeunesse, ce n'est pas du tout le cas, sans doute parce que la proportion de livres d'imaginaire y est plus forte (sans doute...).

Répondre