Alcatraz contre les infâmes Bibliothécaires
( Alcatraz 1 )
de Brandon Sanderson
aux éditions Le Livre de Poche ,
collection Orbit
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Aventure
  • Humour

Auteurs : Brandon Sanderson
Traduction : Juliette Saumande
Date de parution : septembre 2013 Réédition
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 285
Titre en vo : Alcatraz Versus the Evil Librarians
Parution en vo : octobre 2007
Première parution : mai 2011

Lire tous les articles concernant Brandon Sanderson

Le monde est contrôlé par des gens peu recommandables : les Bibliothécaires !

Né en 1975, Brandon Sanderson est un auteur américain de fantasy. Choisi pour terminer le cycle la Roue du Temps suite au décès de Robert Jordan, il est également l’auteur d’Elantris, du cycle des Fils-de-Brumes et de Warbreaker. Avec Alcatraz contre les infâmes Bibliothécaires, il sort de son style habituel pour nous proposer une série de romans jeunesse à l’univers décalé.
 
Tout à commencé avec (ou à cause de) l’arrivée de Papy Smedry !
 
Alcatraz Smedry a le don (oui le don) de casser les objets. Voyageant d’une famille d’accueil à l’autre, il reçoit, le lendemain de son treizième anniversaire, la visite d’un vieil homme loufoque qui lui affirme être son grand-père. Pas de retrouvailles chaleureuses cependant car Papy Smedry est là pour mener Alcatraz vers sa destinée : lutter contre les Bibliothécaires qui asservissent notre monde !
 
Le monde que vous connaissez est un mensonge !
 
Alcatraz vit aux Etats Unis depuis toujours. Le monde qu’il connaît est celui des lecteurs : c’est à dire la version que les Bibliothécaires nous ont imposée. Les Bibliothécaires contrôlent une bonne partie de la planète, le Chutland. Dans les Royaumes Libres (rayés des planisphères Chutlandais, ce qui donne un Océan Pacifique impensablement grand) la technologie est plus avancée et certaines personnes ont des dons, comme Alcatraz : ce sont les Oculateurs.
 
Encore une fois, Brandon Sanderson, même en se basant sur notre monde, nous offre un univers riche et bien construit.
 
De plus, les personnages sont loin des clichés des romans jeunesse, Alcatraz n’étant pas vraiment un héros. Ainsi, ce dernier est-il entouré d’un grand-père complètement loufoque dont le pouvoir est d’arriver en retard, d’un garde du corps un brin agressive avec ceux qu’elle protège et d’un cousin qui est fasciné par la culture Chutlandaise. Le tout amène des dialogues enlevés voir incisifs, notamment entre Bastille et Alcatraz.
 
"Ceci n’est pas un ouvrage de fiction et je ne m’appelle pas Brandon Sanderson. Il ne s’agit que d’un subterfuge, afin que ce livre n’apparaisse pas sur le radar des agents Bibliothécaires."
 
Alcatraz Smedry a décidé de nous raconter son histoire. Car voyez-vous, ce qu’on dit de lui dans les Royaumes Libres, les légendes et les exploits qu’on lui attribue sont, selon lui, quelque peu édulcorés !
 
Ainsi, il expose aux lecteurs du Chutland sa version des faits qu’il pimente de quelques sarcasmes. Cette narration est d’autant plus amusante à lire qu’Alcatraz joue avec ses lecteurs. Il termine notamment ses chapitres avec suspens pour commencer le chapitre suivant par une longue explication de son point de vue sur... tout et n’importe quoi ! Une tactique comme une autre pour nous prouver que les écrivains sont passablement "sadiques avec leurs lecteurs" !
 
 
Ce premier tome est une bonne introduction à l’univers d’Alcatraz. Brandon Sanderson propose une narration décalée pour une histoire à l’univers déjanté. Amateurs d’humour absurde et de sarcasme, ce livre est fait pour vous !

Jacquemine Coquio

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.