Antarcticas
de Etienne Cunge
aux éditions Black Coat Press ,
collection Rivière Blanche
Genre : Anticipation
Sous-genres :
  • Ecologie

Auteurs : Etienne Cunge
Couverture : Jean-Pierre Normand
Date de parution : février 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 444
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Etienne Cunge

Quel avenir pour l’Antarctique et ses Antarcticas ?

Etienne Cunge est avant tout biologiste de formation spécialisé dans le domaine du développement durable. Amoureux des montagnes et amateur de photographie, il est également fasciné par les mondes de l’imaginaire.
 
Lorsque les intérêts des lobbies se heurtent aux enjeux climatiques
 
Dans un futur proche, le changement climatique bouleverse toute la société. En Antarctique, la glace se dégèle et libère l’accès à des ressources de minerais très convoités. Des braconniers se spécialisent alors dans l’extraction illégale de ces ressources. Comme le cas de Mike, qui rencontre par hasard Jérémy, un biologiste en fuite dans ce grand désert blanc. Une course effrénée commence alors, les deux hommes doivent rejoindre au plus vite Blanc Nassau.
Pendant ce temps, en Europe, a lieu la Conférence des Parties, un événement majeur qui décidera du sort de l’Antarctique.

Un roman qui mêle action, complots et réflexion sur le climat
 
Etienne Cunge nous livre son premier roman d’anticipation sur une thématique écologique engagée. C’est un projet ambitieux et dense, de par son format, plus de 400 pages d’intrigue où l’on trouve d’une part le point de vue de Mike et Jérémy, celui de la fameuse Conférence des Parties, mais aussi entre autres, du point de vue d’un groupuscule écologiste les Greenblocks mené par une jeune femme charismatique, Inès. 
 
Sur le papier, l’histoire semble tenir la route, à supposer qu’on s’intéresse à cette thématique, bien sûr. Le souci principal du roman d’Etienne Cunge réside dans son extrême densité. Il me semble que son intrigue s’est noyée dans un monticule de digressions qui n’étaient absolument pas nécessaires. Tous les personnages sont intéressants à première vue, et ont leur fonction dans l’histoire, c’est indéniable, mais l’auteur y apporte des précisions et commentaires inutiles, et qui rendent la lecture monotone. C’est vraiment dommage car dans le fond, ce roman présente de nombreuses qualités, on sent qu’Etienne Cunge y a mis du cœur à l’ouvrage, mais probablement trop. Au final, je pense que l’histoire aurait pu tenir, et être vraiment intéressante, en une moitié de volume, sans lasser le lecteur.
 
En conclusion, je ne dirais pas que ce roman est raté, non, le style de l’auteur et sa manière de présenter les choses sont prometteurs, mais il m’est avis qu’il devrait prendre du recul sur ses propos, et ne pas hésiter à dédensifier le tout. Je note donc son nom au cas où, car mine de rien, il y a quand même pas mal de bonnes choses dans Antarcticas

Salomé Lelièvre

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.