Après l’homme
( S.A.M. 1 )
de Shang Xiao et Richard Marazano
aux éditions Dargaud
Genre : SF
Sous-genres :
  • Post apocalyptique

Auteurs : Shang Xiao

Scénariste : Richard Marazano
Date de parution : avril 2011 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Age minimum : 10 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Shang Xiao ou Richard Marazano

La chronique écrite d’Adrien, 12 ans.

Les auteurs
 
Le scénariste Richard Marazano est né en 1971. Richard Marazano est aussi bien scénariste que dessinateur de bandes dessinées. Il est l’auteur de plus de 70 albums, où il est intervenu principalement en tant que scénariste. Il est l’un des auteurs du « Complexe du chimpanzé », de « S.A.M », une série post-apocalyptique, de « Cuervos », du « Rêve du papillon ». Il est également le scénariste du Monde de Milo (4 tomes).

Le dessinateur Shang Xiao est né en 1977 à Tianjin. Il a réalisé le 6ème album de la série des « Chroniques de Sillage » et les trois premiers tomes de la série S.A.M.

En 2012, la BD S.A.M. 1 a reçu plusieurs prix : « le prix BD des Collégiens » , Le prix « Livrentête » et le prix Cezam d’Ile-de-France.

L’histoire
 
Dans un monde dévasté où les robots géants ont pris le contrôle de la Terre, les derniers réfugiés humains, des enfants et des ados, vivent dans les égouts. Un jour, Yann se retrouve coincé par un robot tueur, mais celui-ci l’épargne. Yann réussit à retrouver ses camarades en évitant d’être suivi. Il devient obsédé par ce robot qui ne l’a pas tué et pense qu’il peut être utile à leur survie.

Mais Ella, qui a un faible pour Yann, n’est pas de cet avis. Comme tous les autres…

 
Mon avis

 
Cette BD est très bien faite. Les couleurs, oranges ou vertes, sont assez sombres, même en pleine ville, hors des souterrains. Les décors sont très bien faits, les personnages sont un peu moins bien, surtout les bras et les mains, qui sont parfois trop petits par rapport au corps.

Le personnage de Yann est intéressant. Il est prêt à risquer sa vie pour prendre le contrôle d’une machine, il peut s’épuiser pendant deux jours sans dormir à fabriquer une puce avec son matériel de fortune. Il suit plus ses propres désirs que le groupe soudé, qui fait tout pour ne pas être repéré par les robots tueurs.

Ella sauve la vie de Yann, mais c’est à peine s’il lui est reconnaissant. Elle aime bien son côté solitaire et ingénieux, son courage aussi. Les autres personnages sont moins intéressants. Ils ont peu de personnalité.

Le rythme des actions est assez lent. Il se passe peu de choses, mais c’est sans doute pour souligner l’atmosphère pesante qui règne dans ce monde, où à tout moment, les machines peuvent découvrir les jeunes et les exterminer.

A la fin, il y a pas mal de suspense…

 

Adrien Nottola


chroniqueur(se) ado.