Arthus Bayard et les Maîtres du temps
de Laurent Bettoni
aux éditions DonQuichotte
Genre : SF
Sous-genres :
  • Voyage dans le temps

Auteurs : Laurent Bettoni
Date de parution : octobre 2013 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 364
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Laurent Bettoni

Un don gênant synonyme d’aventures !

Laurent Bettoni est journaliste et critique littéraire. Il est également l’auteur de récits radiophoniques pour enfants. Il a travaillé sur de nombreux romans pour la jeunesse, mangas et comics, ainsi qu’à l’écriture de scénarios. Il a créé et dirige la collection Pulp pour les éditions La Bourdonnage.

Le voyage dans le temps

Le jeune Arthus, 14 ans, se découvre un jour le don de voyager dans le passé. Un don qui s’avère quelque peu encombrant sachant qu’il ne peut décider ni de l’heure de départ ni de la daté d’arrivée. Il finit toutefois par comprendre qu’il y a une raison à ces voyages, et qu’il doit accomplir quelque chose avant de pouvoir retrouver son époque.

Accompagné de sa meilleure amie, de sa gouvernante et de l’homme à tout faire de la maison (la famille du jeune homme ne manque pas de moyens), il va vivre de dangereuses aventures au début du XXème siècle, tout en croisant des personnages célèbres...

Don ou malédiction ?

Après un début poussif qui présente de manière un peu caricaturale la riche famille à laquelle appartient le héros, on entre peu à peu dans le vif du sujet avec un voyage dans le passé qui s’avère passionnant : les péripéties s’enchaînent et on découvre peu à peu les multiples facettes du héros et de son entourage. Le tout est parfois un peu convenu et les protagonistes se sortent de situations souvent invraisemblables, mais on finit par se prendre au jeu, la narration permettant toujours de garder une distance amusée face aux événements.

L’explication entourant les voyages dans le passé tient la route, les mystères du début s’éclaircissent au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire, les dialogues sont efficaces, ce qui fait qu’on passe au final un agréable moment. Si le début du roman peine à convaincre et manque de rythme, le récit s’améliore et gagne en intérêt à mesure que l’intrigue progresse, et que les personnages caricaturaux du début se révèlent plus intéressants qu’au premier abord. Un bon roman d’aventure très plaisant !
 

Tony Sanchez