Asgard, tome 2
( Asgard 2 )
de Ralph Meyer et Xavier Dorison
aux éditions Dargaud
Genre : Aventure
Sous-genres :
  • bande dessinée

Scénariste : Xavier Dorison
Dessinateur : Ralph Meyer
Date de parution : janvier 2013 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 56
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Ralph Meyer ou Xavier Dorison

Un excellent diptyque chez les Vikings, avec une chasse au monstre en toile de fond...

Après des études de commerce, Xavier Dorison connaît son premier succès en bande dessinée en signant le scénario du Troisième Testament. Il enchaîne alors les séries, notamment Sanctuaire, Long John Silver ou Les Sentinelles. Il est accompagné pour le diptyque Asgard de Ralph Meyer, à qui l’on doit Berceuse assassine ou encore Des lendemains sans nuage.

Le monstre sévit toujours

Emmenés par le taciturne Asgar Pied-de-Fer, ils étaient cinq partis chasser le monstrueux Krökken qui hante les eaux de leurs mers. Trois survivent à leur première rencontre avec le monstre, mais la lutte doit continuer malgré l’approche de l’hiver...

Un homme en quête de lui-même

On pouvait craindre après le premier volet de ce diptyque une énième relecture sans saveur du Moby Dick de Melville, mais il n’en est rien ! Les auteurs nous décrivent un héros qui, s’il a vécu des moments éprouvants, parvient à dépasser son obsession, pour finalement tracer sa propre route. Les personnes qui l’accompagnent ne sont pas pour rien dans cette évolution du personnage, et c’est finalement un héros profondément humain auquel le lecteur attache ses pas. Là où l’obsession d’Achab finit par le transformer en un monstre pire que celui qu’il pourchasse, Asgard conserve son humanité, même si cela suppose aussi des sacrifices...

Le dessin de Ralph Meyer transcrit parfaitement la rigueur du climat nordique, et le contraste entre l’environnement rude et les moments au coin du feu où les couleurs chaudes sont de mise permettent d’alterner les scènes d’action et les moments plus intimes, pendant lesquels les héros font le point sur leurs doutes et aspirations.

On se trouve au final devant un récit d’excellente qualité, qui offre un parfait équilibre entre scènes d’action et réflexions des protagonistes. Le héros est intéressant, et Xavier Dorison est parvenu à en rendre toute la complexité sur seulement deux volumes. On doit aussi saluer les dessins particulièrement expressifs de Ralph Meyer, qui contribuent grandement à l’atmosphère de cette courte série, qui vaut largement le détour !
 

Tony Sanchez