Au cinéma cette semaine

aux éditions
Genre : Cinéma
Date de parution : avril 2013 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque semaine, Sylvain Fontaine fait la recension des sorties ciné côté SF, fantasy et fantastique.

Berberian sound studio
 
1976 : Berberian Sound Studio est l’un des studios de postproduction les moins chers et les plus miteux d’Italie. Seuls les films d’horreur les plus sordides y font appel pour le montage et le mixage de leur bande sonore. Gilderoy, un ingénieur du son naïf et introverti tout droit débarqué d’Angleterre, est chargé d’orchestrer le mixage du dernier film de Santini, le maestro de l’horreur. Laissant derrière lui l’atmosphère bon enfant du documentaire britannique, Gilderoy se retrouve plongé dans l’univers inconnu des films d’exploitation, pris dans un milieu hostile, entre actrices grinçantes, techniciens capricieux et bureaucrates récalcitrants. À mesure que les actrices se succèdent pour enregistrer une litanie de hurlements stridents, et que d’innocents légumes périssent sous les coups répétés de couteaux et de machettes destinés aux bruitages, Gilderoy doit affronter ses propres démons afin de ne pas sombrer…
 
Bande annonce : 
 
 
MAD MOVIES : « Avec une grande virtuosité, le cinéaste britannique crée un jeu cérébral basé sur les dissemblances entre les bruits et les images, ainsi que sur le hors-champ. Ce long métrage expérimental reprend aussi à son compte les codes de l’épouvante transalpine des années 70 dans une intrigue qui n’a rien à voir, jusqu’à un dernier tiers lynchien en diable. »
CINEMAFANTASTIQUE.NET : « Si l’on excepte son final déroutant, Berberian Sound Studio se révèle être une excellente surprise suintant l’amour du cinéma, très travaillée sur la forme et magnifiée par un excellent jeu d’acteur. »
PREMIERE : « Une fois passé le choc esthétique du début, le manque total d’incarnation du récit, pourtant assez intrigant, tire lentement le film vers le bas. »
EXCESSIF/TF1 : « Un trip expérimental, très beau et très étonnant. »
LES INROCKUPTIBLES : « Une brillante variation sur le giallo à la Argento. »
LE MONDE : « Un premier film virtuose. » 
 
Sylvain Fontaine