Au cinéma cette semaine

aux éditions
Genre : Cinéma
Date de parution : mai 2013 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque semaine, Sylvain Fontaine fait la recension des sorties ciné côté SF, fantasy et fantastique.

Mama
 
Il y a cinq ans, deux sœurs, Victoria et Lily, ont mystérieusement disparu, le jour où leurs parents ont été tués. Depuis, leur oncle Lucas et sa petite amie Annabel les recherchent désespérément. Tandis que les petites filles sont retrouvées dans une cabane délabrée et partent habiter chez Lucas, Annabel tente de leur réapprendre à mener une vie normale. Mais elle est de plus en plus convaincue que les deux sœurs sont suivies par une présence maléfique…
 
Interdit aux moins de 12 ans.
 
Bande-annonce : 
 
 
MAD MOVIES : « En passant au format long, le court-métrage Mama s’est étoffé de séquences semblant issues du manuel du parfait petit scénariste commercial. Pour autant, s’arrêter à ces scories serait passer à côté du cœur du film, tellement éloigné des défauts précités qu’il en constitue quasiment l’antithèse parfaite. »
L’ÉCRAN FANTASTIQUE : « Mama est un film (...) à l’ambiance lourde, souvent inquiétant et sachant jouer des effets de peur et de surprise avec une réelle efficacité. »
PREMIÈRE : « Le premier long métrage d’Andrés Muschietti se distingue des films de fantômes ordinaires par sa capacité à nous faire sursauter avec des effets déjà vus mille fois. »
EXCESSIF/TF1 : « En dépit d’un début excitant et de séquences efficaces, ce film fantastique multiplie les outrances formelles et emprunte des sentiers balisés. »
CAHIERS DU CINÉMA : « Un conte d’épouvante soigné, très loin des cyniques entreprises Saw ou Paranormal activity. »
POSITIF : « Pour passer des trois minutes du court aux cent minutes du film, le réalisateur débutant s’efforce de ne pas trop laisser baisser la tension, malgré les bavardages explicatifs, les lieux communs du genre, les pieuvres numériques envahissantes. »
 
 
 
One piece Z
 
Sur les mers du Nouveau Monde, Luffy et sa bande de pirates voguent avec insouciance vers de nouvelles aventures. Mais leur chemin croise celui de Z : ancien amiral de la Marine, ce colosse au passé trouble ne vit plus que pour la vengeance : il a juré d’exterminer les pirates... Doté d’une arme terrifiante en guise de bras droit et d’un minerai explosif surpuissant, Z apparaît rapidement comme l’ennemi le plus terrible que Luffy et ses acolytes aient jamais rencontré.
 
Bande-annonce : 
 
 
KANPAI ! : « Un long-métrage techniquement impeccable, happant, rythmé et rigolo. »
L’ÉCRAN FANTASTIQUE : « Nagami (...) fait montre ici d’un vrai sens de l’action, signant des séquences de combat d’une grande intensité et d’une lisibilité exemplaire. Reste que le scénario (...) est sans grande surprise dans son déroulé. »
PREMIÈRE : « Le surplace scénaristique laisse le champ libre à un débordement d’action pure et gratuite, mélange de combats à la Dragon Ball et de saillies burlesques façon Bill Plympton. Drôle et jouissif. »
STUDIO/CINÉLIVE : « Le premier étonnement passé, cette confluence de genres (SF, flibuste, manga) tiendra le spectateur de bout en bout. »
TÉLÉRAMA : « Déception : Tatsuya Nagamine fait disparaître l’humour potache de la BD d’Eiichiro Oda au profit de flash-backs explicatifs à destination des néophytes. Même les bastons, délires visuels hystériques, n’insufflent pas le rythme espéré. »
LE MONDE : « Si l’univers fantaisiste de One Piece et son goût pour l’absurde ont un charme indéniable, le film reste cependant trop elliptique (la nature du légendaire "One Piece" n’est expliquée que bien trop tard pour ne pas décourager les novices) et décousu dans sa narration pour avoir de grandes chances de plaire aux non-initiés. »
 
 
 
Modus anomali
 
Parti passer un weekend en forêt avec femme et enfants, un homme va devoir subir une série d’épreuves avant de pouvoir retrouver sa famille, enlevée et dissimulée...
 
Interdit aux moins de 12 ans.
 
Bande-annonce :
 
 
 
MAD MOVIES : « Un survival réflexif disséquant de l’intérieur les codes d’un genre galvaudé tout en offrant une parabole cruelle sur le processus créatif. »
DEVILDEAD : « malgré un début qui nous interloque, Modus anomali lasse vite. La carte de l’abstraction génère l’ennui. Ce personnage muet et grimaçant interdit vite toute identification. Les images forestières se répètent, l’action s’étire, s’étire.... » 
SLASHERHOUSE : « une réussite et un essai psychologique hautement déstabilisant, apportant une touche d’originalité au genre qui peine à se renouveler. » 
EXCESSIF/TF1 : « Tout a été pensé pour séduire un public occidental jusqu’au coup de théâtre - on ne cessera de lire partout que ce twist est cul-par-dessus-têtant. Est-ce suffisant pour faire de ce "Modus Anomali" un classique instantané ? Carrément pas. »
LE NOUVEL OBSERVATEUR : « Les amateurs de série B perverses et manipulatrices apprécieront cet hommage très (trop ?) premier degré au genre. A l’exception toutefois de sa résolution, twist un rien bâclé et bêtement roublard. »
CRITIKAT : « S’en serait-il tenu à sa première demi-heure, nerveuse et captivante, Modus Anomali aurait fait un excellent court métrage. Le remplissage formel et narratif qui lui permet de rajouter une heure à son film n’est pas, hélas, du plus grand intérêt. »
 
Sylvain Fontaine