Au cinéma cette semaine

aux éditions
Genre : Cinéma
Date de parution : février 2014 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque semaine, Sylvain Fontaine fait la recension des sorties ciné côté SF, fantasy et fantastique.

L’île des Miam-nimaux : Tempête de boulettes géantes 2 
 
Flint Lockwood, inventeur d’une machine capable de transformer l’eau en nourriture, avait été obligé de la détruire parce que son invention avait déchaîné des pluies torrentielles de cheeseburgers et des tempêtes de spaghettis, menaçant toute la planète… Pourtant, la machine n’a pas disparu, et elle crée maintenant des croisements entre animaux et aliments…
 
Bande-annonce : 
 
 
CLONE WEB : « L’intrigue est prévisible de bout en bout et toutes les tentatives de rebondissements sont bien vaines. » 
CINEMA FANTASTIQUE : « Malin comme un singe (même deux en réalité), ce film d’animation se montre tout aussi farfelu que le précédent et vise souvent juste, malgré une abondance de jeux de mots simplistes qui finissent par peser sur l’estomac. » 
A VOIR – A LIRE : « A défaut d’égaler l’original, L’île des Miam-Nimaux est une sucrerie hollywoodienne digeste et parfaitement conseillée dans un régime équilibré. » 
PREMIERE : « Filant à une vitesse folle, multipliant parfois dans le même plan différents types de gags, cette Tempête de boulettes géantes 2 est une aventure familiale totalement azimutée à consommer sans modération. » 
CINENEWS : « La nouveauté de l’aspect gastronomique de l’original n’impressionne plus et l’animation donne l’impression d’avoir été bâclée. » 
CRITIKAT : « Maintenu à flots par son rythme effréné et par son inventivité visuelle, le film se suit avec plaisir. » 
 
 
 
RoboCop 
 
Les services de police inventent une nouvelle arme infaillible, Robocop, mi-homme, mi-robot, policier électronique de chair et d’acier qui a pour mission de sauvegarder la tranquillité de la ville. Mais ce cyborg a aussi une âme...
 
Bande-annonce : 
 
 
FILM DE CULTE : « Au final, ce remake n’est même pas révoltant. Il est trop fade pour ça. »
ECRAN LARGE : « Une nouvelle tâche indélébile (pour ne pas dire débile) dans l’histoire des remakes qui n’en manquait pourtant pas. » 
PREMIERE : « En délaissant l’ironie, en jouant la carte du premier degré et de l’émotion, Padilha perd au fond la niaque qui faisait la force de l’original. »
STUDIO/CINELIVE : « Lorsqu’on n’a plus de héros, on fait des remakes. » 
CRITIKAT : « Dépouillé de chair, le film ne se révèle finalement qu’un enchevêtrement de rouages tournant à vide. » 
LES INROCKUPTIBLES : « Un mélodrame de chair et de métal devenu un simple blockbuster d’action insensible. »
 
 
 
Jack et la mécanique du cœur 
 
Édimbourg 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Le Docteur Madeleine le sauve en remplaçant son cœur défectueux par une horloge mécanique. Il survivra avec ce bricolage magique à condition de respecter 3 lois : ne pas toucher à ses aiguilles ; maîtriser sa colère ; et surtout ne jamais tomber amoureux. Sa rencontre avec Miss Acacia, une petite chanteuse de rue, va précipiter la cadence de ses aiguilles.
 
Bande-annonce : 
 
 
SCI-FI UNIVERSE : « Une production à risque riche d’un véritable sens de la poésie. Peut-être le meilleur film d’animation de 2014… » 
FILM DE CULTE : « Un peu trop de mécanique et pas assez de cœur. » 
FRANCE TELEVISIONS : « Là où le bât blesse, c’est dans la narration, la réussite visuelle ne parvenant pas à faire oublier un scénario laborieux, pourtant fondé sur un beau sujet à la teneur poétique indéniable. » 
PREMIERE : « Malzieu l’homme-orchestre ne manque pas de belles idées, mais malgré un rythme endiablé, sa petite mécanique poétique manque d’incarnation. » 
TELERAMA : « Un film étonnant. » 
POSITIF : « Un film insolite et d’une grande inventivité. »
 
Sylvain Fontaine