Au cinéma cette semaine

aux éditions

Sous-genres :
  • Cinéma

Date de parution : juin 2015 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque semaine, Sylvain Fontaine fait la recension des sorties ciné côté SF, fantasy et fantastique.

SAN ANDREAS
 
Lorsque la tristement célèbre Faille de San Andreas finit par s’ouvrir, et par provoquer un séisme de magnitude 9 en Californie, un pilote d’hélicoptère de secours en montagne et la femme dont il s’est séparé quittent Los Angeles pour San Francisco dans l’espoir de sauver leur fille unique.
 :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
ECRAN LARGE : « Stupide, prévisible, spectaculaire. Un film catastrophe à l’ancienne. »
 
A VOIR – A LIRE : « Une catastrophe scénaristique qui annihile tout respect pour les autres besognes artistiques en jeu dans ce blockbuster. »
 
LE PARISIEN : « Le film se situe dans la lignée d’autres productions du genre, comme « 2012 » de Roland Emmerich, en moins efficace. »
 
 
MAGGIE
 
Dans le Middwest, une adolescente est contaminée par un virus qui transforme lentement ceux qu’il frappe en zombies cannibales. Son père refuse de l’abandonner. C’est une terrible épreuve qui les attend...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
SLASHERHOUSE : « Cela n’atteint malgré tout pas le niveau d’un « 28 Jours Plus Tard », mais il reste très difficile d’avoir la maestria de Danny Boyle ou George A. Romero à mêler drame et gore. »
 
ECRAN LARGE : « Intelligent mais trop froid, le métrage souffre en outre d’une fin fonctionnelle, qui esquive au dernier moment le véritable sujet du film (l’euthanasie et ce qu’elle convoque de courage ou de lâcheté) pour prendre une porte de sortie qui rend l’expérience plus anodine que nous ne l’espérions. »
 
A VOIR – A LIRE : « Violence et émotion y sont distillés avec parcimonie, une sensibilité étonnante qui embarrassera les fans de l’acteur et assommera les vrais amateurs de films de déterrés. Néanmoins, on peut lui trouver des charmes. »
 
PREMIERE : « Pour se démarquer un peu de "The Walking Dead", le cinéaste anglais joue la carte du contre emploi en offrant à Schwarzenegger le rôle le plus profond de sa carrière. Et ça marche. »
 
CRITIKAT : « Sans révolutionner les codes du film de zombie et les questionnements métaphysiques innombrables qu’il sous-tend, Maggie traite le mythe avec une originalité de regard revigorante. »
 
TELERAMA : « Entre horreur et mélodrame, le réalisateur tente un mélange rarement séduisant, le plus souvent bancal et simpliste. »
 
MASS 
 
Comédie d’horreur tamoul.