Au cinéma cette semaine

aux éditions

Date de parution : juillet 2015 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque semaine, Sylvain Fontaine fait la recension des sorties ciné côté SF, fantasy et fantastique.

ANT-MAN
 
 
Scott Lang, cambrioleur de haut vol, va devoir apprendre à se comporter en héros et aider son mentor, le Dr Hank Pym, à protéger le secret de son spectaculaire costume d’Ant-Man, afin d’affronter une effroyable menace…
 
 
Bande-annonce : 
 
 
 
 
BRAINDAMAGED : « Evacuons le plus simple et le plus évident : Ant-Man est un Marvel comme un autre. Pas meilleur, pas pire, juste comme le reste. » 
 
 
ECRAN LARGE : « Soyons clairs : il est inutile d’espérer de la nouveauté dans Ant-Man. » 
 
 
A VOIR – A LIRE : « Le parfait mélange entre humour, action et émotion à toutes les échelles. » 
 
 
PREMIERE : « Ant-Man est un petit film et c’est quand il s’affirme en tant que tel qu’il est pertinent. A l’inverse, dès qu’il essaie de jouer la carte du sérieux, c’est la cata. » 
 
 
CRITIKAT : « Ant-Man opère un retour, sans crier gare, à la définition idéale du film de super-héros, soit un film où les pouvoirs en question sont véritablement moteurs des scènes et de leur forme. » 
 
 
LIBERATION : « Le film ne va jamais beaucoup plus loin que son ambition de départ, mais c’est avec amusement que l’on regarde ces séquences en modèle réduit. » 
 
 
LE GARÇON INVISIBLE
 
 
Michele habite dans une ville tranquille au bord de la mer. On ne peut pas dire qu’il soit très aimé à l’école, ce n’est pas un bon élève et il n’excelle dans aucun sport. Mais au fond, ça lui est égal. Il lui suffirait d’être remarqué par Stella, la fille qu’il ne peut pas s’empêcher de regarder en classe... 
 
Bande-annonce : 
 
 
A VOIR – A LIRE  : « Si le film respecte peut être un peu trop scrupuleusement le cahier des charges en ce qui concerne sa partie dédiée aux superhéros, on porte de l’estime aux efforts mis en oeuvre pour densifier le récit à l’aide d’une psychologie adolescente toute en justesse. » 
 
 
 
PREMIERE : « Le don d’invisibilité prend un coup de jeune pour devenir ici une métaphore de la solitude adolescente (…). Le film délaisse ensuite ces considérations pour se transformer en une simple traque de superhéros façon X-Men. » 
 
 
LA VOIX DU NORD : « De quoi nous réconcilier avec le mythe du super-héros, trop souvent destiné à alimenter d’insipides blockbusters hollywoodiens. » 
 
 
TELERAMA : « Avec un scénario riche, fertile en rebondissements, Gabriele Salvatores parvient à greffer les tourments et les mutations d’un âge difficile à une aventure joliment rocambolesque. » 
 
 
CRITIKAT : « Le Garçon invisible s’ingénie à compiler des situations-types (…) Hélas, aucune valeur ajoutée n’est à signaler dans les interstices des passages obligés. » 
 
 
CULTUROPOING : « Salvatores trouve le ton juste, le décalage pertinent, l’oscillation stable entre giallo italien glaçant et le film pour adolescents à la Kick-Ass débarrassé de son versant cynique. » 
 
 
 
DER SAMURAI
 
 
Jakob, jeune policier collet-monté, mène une vie terne dans l’Allemagne rurale. Un soir, il croise la route d’un travesti charismatique qui, armé d’un katana japonais, cultive un goût prononcé pour la décapitation. Jakob part alors à la recherche de ce samouraï fou, dans une course poursuite où s’installe une attirance réciproque. 
 
Bande-annonce : 
 
 
CINEMA FANTASTIQUE.NET : « Si l’idée est brillante et sa mise en œuvre tout autant, elle patine sur une telle durée et le récit aurait mérité l’un ou l’autre rebondissement supplémentaire pour tenir éveillée l’assemblée. » 
 
 
FILMS-HORREUR.COM : « Der Samuraï est donc une véritable surprise assez bizarre mais plutôt attachante dans sa révélation, et surtout, dans ce duo de personnages qui se cherchent l’un et l’autre. » 
 
 
A VOIR – A LIRE  : « Si Der Samurai ne fait preuve d’aucune frilosité envers le mauvais goût, il obéit aussi à une logique de cauchemar (ou de rêve) qui en fait une expérience de cinéma unique, un peu irréelle et totalement libre. » 
 
 
PREMIERE  : « Un conte d’émancipation un peu lourd par moment, mais qui séduit par son inventivité gore et débridée. » 
 
 
CRITIKAT  : « Pas exempt pour autant de lourdeurs formelles, Der Samurai parvient à affirmer sa singularité, à construire un univers qui redécouvre la filiation étroite entre le film d’horreur et le conte de fée. » 
 
 
FILM DE CULTE : « Ce qui pourrait être bancal donne ici un cocktail casse-cou, périlleux et tout à fait prometteur. » 
 
 
Sylvain Fontaine