Au cinéma cette semaine

aux éditions
Genre : Cinéma
Sous-genres :
  • Fantastique

Date de parution : octobre 2015 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque semaine, Sylvain Fontaine fait la recension des sorties ciné côté SF, fantasy et fantastique.

LE DERNIER CHASSEUR DE SORCIERES
 
Un chasseur de sorcières immortel fait équipe avec son meilleur ennemi pour empêcher le sabbat de New York de libérer la peste sur le monde... 
 
 
 
 
CHECK THE FILM : « À voir dans un moment de déconnexion cérébrale… « 
 
L’ECRAN-MIROIR : « Un gros nanar sympatoche. »
 
A VOIR – A LIRE : « Cette comédie d’action et d’épouvante se savoure comme un spectacle de circonstance plutôt au-dessus de la mêlée des autres productions surnaturelles pour adolescents. »
 
LA PRESSE  : « Ça se battra, ça s’unira, ça se trahira. Ça suivra une ligne dramatique mal tendue, pas claire, passant d’un mythe à un autre, sautant de ci à ça, puis à autre chose - comme si le fil conducteur allait d’une idée qui surgit sur le coup à une autre. »
 
ECRAN LARGE : « Vin Diesel se moque de nous avec cette aventure ridicule et terriblement flemmarde. Mais il n’est pas interdit d’en rire. »
 
TELERAMA : « Images numériques baveuses pour un navet hallucinogène qui provoque d’ahurissantes visions. »
 
THE LOBSTER
 
Dans un futur proche… Toute personne célibataire est arrêtée, transférée à l’Hôtel et a 45 jours pour trouver l’âme soeur. Passé ce délai, il sera transformé en l’animal de son choix. Pour échapper à ce destin, un homme s’enfuit et rejoint dans les bois un groupe de résistants ; les Solitaires. 
 
 
 
 
CINENEWS : « Porté par un casting irréprochable, The lobster est un incroyable objet de cinéma qui fait se succéder les moments de grâce jusqu’à son terrifiant final. »
 
FUCKING CINEPHILES : « C’est gentiment installé dans le Top 10 de l’année ciné 2015 que risque de finir le troisième long métrage de Lanthimos, sans conteste son meilleur. »
 
A VOIR – A LIRE : « Tout ça est très pertinent et d’un nihilisme lyrique absolu. »
 
PREMIERE  : « C’est la force du surréalisme, quand il est bien fait, que de nous faire gober les situations les plus extrêmes avec cruauté, drôlerie et sens. »
 
CRITIKAT : « Lanthimos a toujours soigneusement distillé dans ses œuvres précédentes un cynisme qui éclate ici au grand jour sous les apparats d’une fable dystopique 
 
LE BLEU DU MIROIR : « Un mélange étrangement homogène où la douceur côtoie et résiste, malgré tout, à la cruauté et à l’oppression dans un objet curieux, aussi troublant qu’attachant. »