Au cinéma cette semaine

aux éditions
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Cinéma

Date de parution : avril 2016 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque semaine, Sylvain Fontaine fait la recension des sorties ciné côté SF, fantasy et fantastique.

GODS OF EGYPT

Dans une époque ancestrale, durant laquelle les Dieux vivaient parmi les hommes, la paix règne en l’Egypte. Mais Seth, Dieu du désert, qui convoite le pouvoir, assassine le roi et condamne Horus à l’exil, plongeant le royaume d’Egypte dans le chaos. 
 
 
FUCKING CINEPHILES : « un divertissement malade, over the top et botoxé aux fonds vert. »
 
A VOIR – A LIRE : « Il renverrait Le Choc des Titans, premier du nom (1981), avec sa vision ridicule de l’Olympe céleste, au statut de joyau du genre, étalant une laideur crasse dans son esthétique douteuse et le design des créatures. »
 
ECRAN LARGE : « Les amateurs de curiosités et de déviance esthétique devraient y trouver un nouveau mètre étalon du genre. »
 
TELERAMA : « Les vrais nanars sont rares. C’est pourquoi cette choucroute mythologique mérite le respect. »
 
LE FANTÔME DE CANTERVILLE
 
Un fantôme et son valet tentent, sans succès, d’effrayer les nouveaux occupants de leur château… 
 
 
 FILM DE CULTE : « Le public visé (celui de 7 à 13 ans) devrait quand même y trouver son compte. Mais pour une audience plus âgée, celle qui accompagnera logiquement les enfants en salles, cela risque d’être quand même un peu plus compliqué... »
 
A VOIR – A LIRE : « La réalisation plate, les effets spéciaux d’un autre temps aux incrustations parfois douteuses, le folklore breton caricatural et ce récit dépourvu d’originalité narré avec une léthargie profonde tirent définitivement vers le bas ce morceau peu ragoutant de cinéma français en pleine dérive. »
 
HIGH-RISE
 
1975. Le Dr Robert Laing, en quête d’anonymat, emménage près de Londres dans un nouvel appartement d’une tour tout juste achevée ; mais il va vite découvrir que ses voisins, obsédés par une étrange rivalité, n’ont pas l’intention de le laisser en paix… 
 
 
FUCKING CINEPHILES : « High-Rise est un moment de cinéma obsédant qui demande à son spectateur de totalement s’affranchir de toute appréhension et de littéralement se perdre dans une épopée asphyxiante, certes un peu trop étirée, mais définitivement marquante. »
 
LE BLEU DU MIROIR : « Ben Wheatley se garde bien de dire au spectateur comment interpréter tout cela et en appelle à l’imagination et aux capacités de réflexion du public. Encore faut-il qu’ils ne restent pas sur le pas de la porte et se laissent porter par la folie quasi-hypnotique de l’ensemble. »
 
A VOIR – A LIRE : « High Rise est certainement l’œuvre de Ben Wheatley la plus aboutie à ce jour, joignant habilement une hostilité insidieuse à une poésie fantasmagorique. »
 
PREMIERE : « La métaphore paraît parfois simpliste, mais la puissance des visions orchestrées par Wheatley persiste longtemps en mémoire, accompagnées d’un humour discret mais caustique, réminiscence d’Orange mécanique et ça n’est sûrement pas par hasard. »
 
CRITIKAT  : « Le réalisateur de Kill List pèche par excès de surenchère, au point de rendre parfois indiscernables les enjeux d’un film tenant plus de l’hommage maladroit que de l’adaptation inspirée. »
 
LES INROCKUPTIBLES : « Dès sa longue et fastidieuse exposition, la fable anarchique a déjà abattu toutes ses cartes et le film se condamne à bégayer sa morale ringarde (le progrès comme agent destructeur de l’humanité) dans un jeu de massacre bruyant, une enfilade de scènes provoc à la furie un peu vaine »
 
MUTATIONS EN COURS
  
Rien ne destinait le professeur Laslowicz, Tarim le brave, Justine aka Junior, Johnny et compagnie à cohabiter. Et pourtant, les voici embarqués dans la même aventure cinématographique ! Mutations en cours, c’est un programme de 5 films courts et des transformations en tout genre. Du rire, du suspenses, du dégoût, du rire encore… et beaucoup d’impertinence !