Au cinéma cette semaine

aux éditions
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Cinéma

Date de parution : avril 2016 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque semaine, Sylvain Fontaine fait la recension des sorties ciné côté SF, fantasy et fantastique.

LE CHASSEUR ET LA REINE DES GLACES
 
Il y a fort longtemps, bien avant qu’elle ne tombe sous l’épée de Blanche Neige, la reine Ravenna avait dû assister, sans mot dire, à la trahison amoureuse qui avait contraint sa sœur Freya à quitter leur royaume, le cœur brisé. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
BRAINDAMAGED : « Le Chasseur et la Reine des Glaces et sans conteste bien meilleur que son prédécesseur. Plus nuancé, plus médiéval, et plus aventurier, ce long métrage de fantasy renoue avec un style un peu plus classique, non sans rappeler parfois l’univers de Willow de Ron Howard ou la mini série La caverne de la Rose d’or. »
 
FILM DE CULTE : « Ce nouveau chapitre offre toujours de beaux costumes et une créature plutôt réussie mais ne propose rien d’un tant soit peu stimulant, dans le fond comme dans la forme. »
 
A VOIR – A LIRE : « Un divertissement dont l’absence de cynisme force une nouvelle fois le respect, réitérant sans retenue sa profession de foi en faveur d’une certaine innocence des figures héroïques qui fera grimacer autant qu’elle ravira les spectateurs les plus avides de grand romantisme cinématographique, donnant presque au film l’allure d’une alternative bienvenue prompt à dissimuler ses évidents défauts. »
 
ECRAN LARGE : « Un film d’aventures qui en a dans le ventre. »
 
TELERAMA : « Cette féerie manque un peu de brio. Heureusement, les acteurs donnent vie à leurs personnages, aussi fantaisistes soient-ils, et mettent de la conviction dans cet hymne enfantin à l’amour. »
 
L’ECRAN MIROIR  : « Le Chasseur & La Reine Des Glaces vaut surtout le coup pour son casting, certes sous-employé, et parce qu’il s’agit d’un divertissement inoffensif et somme toute très plaisant. »
 
 
BLIND SUN
 
Grèce. Futur proche. Une station balnéaire frappée par une vague de chaleur. L’eau se fait rare et la violence est prête à exploser. Ashraf, immigré solitaire, garde la villa d’une famille française en son absence. Dans ce paysage aride, écrasé par le soleil, il est arrêté par un policier pour un contrôle de papiers… 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
FILM DE CULTE : « En tout cas, une chose est sûre, qu’on aime ou qu’on déteste, Blind Sun ne laissera personne indifférent. Finalement, c’est peut-être là la plus grande réussite du film. »
 
LE BLEU DU MIROIR : « L’impression d’avoir assisté à un exercice de style vaguement expérimental mais surtout un peu creux. Ce qui aurait pu passer en court métrage s’étale ici mollement. »
 
A VOIR – A LIRE : « Joyce A. Nashawati livre avec Blind sun un premier long métrage convaincant, ne croulant pas sous des références écrasantes, et trace elle-même son propre sillon. Voilà un premier essai pour le moins prometteur. »
 
PREMIERE : « Entre l’efficacité "B" du film de genre et l’élégance arty du trip aux échos politiques (le péril du migrant à l’ère du capitalisme sauvage), ce premier long métrage happe la rétine avec son onirisme sec, obsessionnel, et nous fait basculer avec délectation de l’autre côté du miroir. Lumineuse révélation. »
 
TELERAMA : « Dommage que le récit, inconsistant, ne soit pas à la hauteur des audaces formelles de la jeune cinéaste. »
 
LES INROCKUPTIBLES : « Malgré une vague menace policière qui rôde, l’angoisse reste diffuse, simplement onirique, malgré un travail remarquable sur le style et la mise en scène et des repères sociopolitiques qui tombent à pic, la fable est plus chic que choc. »