Aux Limites du son
( 1 )
de Lise N. et Max Lachaud
aux éditions La Volte
Genre : SF

Auteurs : Frédéric Serva , Lionel Evrard , Jean-Pierre Vernay , Emmanuel Jouanne , Philippe Curval , Francis Berthelot , Jacques Barbéri
Couverture : Jef Benech\’
Anthologiste : Lise N.
Date de parution : octobre 2006 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Anthologie
Nombre de pages : 180
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Frédéric Serva ou Lionel Evrard

Une expérience...

Il était une fois le groupe Limite. Fondé en 1986 par Jacques Barbéri, Francis Berthelot, Lionel Evrard, Emmanuel Jouanne, Frédéric Serva, Jean-Pierre Vernay et Antoine Volodine, il avait pour ambition « de développer une SF plus littéraire qui, en se démarquant du modèle anglo-saxon et des conventions du roman d’aventure ferait éclater les lois du genre grâce à une recherche sur la structure et sur la langue » (cf l’allocution de Francis Berthelot au colloque de Cerisy en 2003 (disponible à l’adresse suivante : http://www.rumbatraciens.com/limite/mecanique/m002.html). Son principal fait d’arme aura été en 1987 de publier un recueil de nouvelles (Malgré le monde) qui avait fait grand bruit à sa sortie notamment parce qu’aucun texte n’était signé. Ils étaient tous regroupés sous la bannière de Limite. La suite fut plus difficile. Entre tensions et polémiques, le groupe fut finalement dissous... avant de renaître en cette année 2006, vingt ans plus tard. Avec cette fois Philippe Curval en plus, Antoine Volodine en moins.

Une expérience

Pour Limites sonores ils ont donc décidé de travailler sur le son. Le résultat est évidemment étonnant. Comment pourrait-il en être autrement avec des écrivains qui tentent de faire « éclater les lois du genre grâce à une recherche sur la structure et sur la langue » ? Les dix nouvelles sont donc souvent déstructurées, ressemblant assez peu à ce que l’on a l’habitude de lire. Le risque de se perdre est alors présent à chaque page. Il arrive de perdre de pied, de devoir relire un passage ou plusieurs pages, d’avoir besoin de se concentrer sur un texte ardu, sans avoir la certitude au bout du compte de comprendre l’histoire que l’auteur à voulu raconter (ni même de pouvoir une fois lu pouvoir les résumer dans une chronique). On peut aussi essayer de se laisser bercer par les mots et le rythme de l’écriture. Pas sûr que le résultat ne soit pas identique.

De cet effort de lecture apparaissent toutefois des nouvelles plutôt agréables. La symphonie Inaccessible de Francis Berthelot en fait partie avec un musicien qui cherche à écrire un chef d’œuvre à travers les âges et différentes existences. Il y a également Les relations avec Lugrustan de Philippe Curval avec un tandem improbable entre un humain et un extra-terrestre. Et Fais voile vers le Soleil de Jacques Barbéri avec une drôle de soirée branchée.

Une expérience


Difficile de vous en dire plus sur les autres textes. Attendez-vous simplement à être secoué dans vos habitudes de lecteur, d’être bousculé hors du confort relatif des romans d’aventures standards en SF, de lire de quelque chose de différent. Voilà pour le côté original. Mais peut-on prendre du plaisir en lisant cette anthologie ? Sans doute. Il faut pour ça une solide curiosité et une belle motivation. Il faut apprécier les jeux littéraires. Car encore une fois sa lecture est plutôt ardue. Mais après tout le confort des lecteurs n’est pas forcément le but. Cette anthologie est un manifeste pour la différence. C’est une expérience littéraire et il convient de la lire comme telle. La curiosité est donc bien de mise. Et à défaut de la conseiller, on saluera son existence et le courage de son éditeur.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.