Béla Bartok contre la veuve noire du Führer
de Jérôme Verschueren
aux éditions le carnoplaste
Genre : Fantastique

Auteurs : Jérôme Verschueren
Couverture : Jeam TAG
Date de parution : juin 2013 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Revue
Nombre de pages : 44
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Jérôme Verschueren

Les aventures de Béla Bartók, compositeur hongrois en fuite aux Etats-Unis, et de son side-kick Black Becky, contre les entités aux pouvoirs surnaturels envoyé par Hitler pour mettre à genou le pays de la bannière étoilée.

Auteurs de jeux de rôle pour commencer, Jérome Verschueren écrit maintenant des nouvelles et des fascicules, et espère pouvoir éditer des romans prochainement.
 
1940
 
Comment parler du fond sans d’abord parler de la forme, un peu particulière, qu’est le fascicule ? Pour cela, je vais laisser la parole tout d’abord au Carnoplaste lui-même :
 
« C’est, édité sous une forme désuète, un récit complet écrit aujourd’hui, selon l’idée que le premier degré, c’est la subtilité.
Alléché par une couverture attractive, le lecteur curieux tombera sous le charme d’histoires diverses : aventure, mystère, au-delà, chevalerie chinoise, catch mexicain, détective cul-de-jatte, horreur, série B, SF, exploitation, crimes solubles et insolubles, récit historique ou préhistorique, western subaquatique, etc. »
 
En bref, une nouvelle éditée en grand format, d’une quarantaine de pages dans le cas présent, et avec suffisamment de place sur le bord des pages pour mettre les mains et lire la double page sans les bouger.
 
C’est sous ce format, datant des années 1920, que furent édités un grand nombre d’aventures populaires, celles d’Harry Dickson, le Sherlock Holmes américain pour ne citer qu’une des plus connues.
 
Nous faisons ici connaissance avec une face cachée de Béla Bartók, musicien et compositeur hongrois émigré aux États-Unis pour fuir la répression nazie contre sa musique de dégénéré.
 
Musique devenue ici sa première arme, lui permettant de convoquer son armée de fantômes slaves et de lutter contre les forces envoyées par le Führer pour déstabiliser sa patrie d’adoption.
 
Le récit est raconté par son side-kick, une jeune orpheline noire, qui l’aide dans sa lutte contre les monstrueux agents du IIIe Reich.
 
Musique pour cordes, percussion et célesta
 
Le premier degré c’est la subtilité, comme le dit l’éditeur.
 
Le récit est ici vif, envolé, tout comme le personnage de Black Becky, narratrice de cette histoire. Ici, les méchants n’usent pas de subtilité politique pour faire basculer les loyautés, ils les forcent, et le combat mené par nos héros est clair et ne prend pas de gant.
 
Nous ne sommes pas dans une histoire faite pour vous torturer l’esprit, mais dans une aventure qui ne nous laisse pas reprendre notre souffle, où les combats sont brutaux, sans concession.
 
Mais tout ce récit se fait sur les airs de la musique de Béla Bartók, dont la puissance transcende les mots pour venir vous entourer, en compagnie des fantômes slaves qu’elle invoque, que vous vous attendez presque à voir surgir dans votre salon, tant leur présence imprègne tout le texte.
 
J’espère que la suite confirmera ce talent, quatre suites étant prévues pour l’instant, une par année de guerre (le dernier devant couvrir les années 44 et 45).
 
Bref, je vous recommande chaudement ce fascicule, rapide et facile à lire, attachant. Et plus encore, de le lire en écoutant le compositeur si vous en avez la possibilité. 

Bertrand Tzd

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.