Berlin
( La Guerre des Magiciens 1 )
de Domingo Madrafina et Roberto Dal Pra’
aux éditions Delcourt ,
collection Machination
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Historique

Scénariste : Roberto Dal Pra’
Dessinateur : Domingo Madrafina
Date de parution : avril 2011 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Domingo Madrafina ou Roberto Dal Pra’

Deux vieux inspecteurs chamailleurs traqués par les nazis à la veille de la seconde guerre mondiale, un récit enlevé porté par un humour ravageur

Après avoir débuté sa carrière en tant que chroniqueur sportif, puis rédacteur dans une revue féminine, et collaborateur pour des magazines humoristiques, le scénariste argentin Carlos Trillo (1943-2011), entra dans la bande dessinée en 1973 comme directeur artistique de la revue satirique Satiricon, interdite par la junte militaire argentine en 1976. A travers une œuvre riche et complexe, portée vers la critique sociale, il s’affirma comme l’un des plus grands scénaristes de bande dessinée sur la scène internationale. Il collabora avec les plus grands dessinateurs argentins, dont Eduardo Risso sur Fulù et Je suis un vampire, Juan Gimenez sur Gangrène, Jordi Bernet avec Claire de nuit et Bang Bang, Carlos Meglia sur Cybersix

Né à Rome en 1952, le scénariste italien Roberto Dal Pra’ débuta dans la bande dessinée en 1979. La qualité narrative de ses scénarii lui vaudra de nombreux prix et une reconnaissance internationale. En 1990, il devint directeur éditorial de la revue Torpedo, puis directeur artistique de l’École Internationale de Bande Dessinée en 1995. Depuis 1997, il enseigne les techniques scénaristiques de bande dessinée à l’école d’écriture Centrolab à Rome. Il a travaillé notamment sur les séries Le Manuscrit Interdit avec Paolo Grella, Les Larmes d’Opium avec Giancarlo Caracuzzo, Weimar-Les enquêtes de Jan Karta avec Rodolpho Torti…

Né en 1945, le dessinateur argentin Domingo Mandrafina travaille depuis 1979 avec le scénariste Carlos Trillo. Ensemble, ils réalisèrent de nombreuses œuvres emblématiques comme Le Fouineur, Spaghetti Brothers, Vieilles Canailles, ou La Grande ArnaqueLa Guerre des Magiciens est sa première collaboration de Domingo Mandrafina avec le scénariste Roberto Dal Pra’.
 
Un jeu du chat et de la souris endiablé entre deux vieux inspecteurs juifs, une mystérieuse magicienne et des nazis enragés dans la Berlin du Troisième Reich
 
Allemagne, 1936. A la veille de la seconde guerre mondiale, Bob Shylock et Charles Fagin, deux anciens inspecteurs de Scotland Yard spécialisés dans la traque des faux spirites débarquent à Berlin. Autrefois amis, ils se brouillèrent vingt-cinq ans plus tôt pour l’amour de Lili, une magicienne dont ils étaient les amants. Affirmant que l’un d’eux est son père, Greta, la fille de Lili, les a fait venir pour qu’ils retrouvent sa mère, dont elle est sans nouvelles depuis une dispute. Mais la jeune femme est toute entière dévouée au Troisième Reich et ses pères putatifs, tous deux juifs, ne tardent pas à découvrir que ses intentions ne sont pas aussi pures qu’elle le prétend…
 
Dans Berlin infestée de nazis, Bob et Charles vont partir à la recherche de leur ancienne amante et entrer malgré eux dans un jeu du chat et de la souris extrêmement serré entre les nazis qui convoitent les pouvoirs de Lili et les alliés de celle-ci, une bande de magiciens astucieux et pleins de ressources…

Une course-poursuite cocasse menée par deux vétérans de la traque

Dès leur arrivée, les deux vieux briscards qui s’entendent comme chien et chat se retrouvent suivis par des agents nazis. Si l’heure est grave et la situation plus que tendue, l’humour ne manque pas dans cette course-poursuite cocasse où Bob et Charles prennent un malin plaisir à semer les hommes qui les surveillent. Les deux attachants compères, vétérans de la traque, ne manquent pas de jugeote et comprennent bien vite dans quel vilain guêpier ils se sont fourrés. Leur équipée berlinoise se change rapidement en chasse à l’homme pleine de rebondissements savoureux et de situations dignes d’un vaudeville. La scène où l’un d’eux se déguise en marchand de châtaignes pour espionner une conversation entre Greta et son contact nazi est d’ailleurs pleine d’invention et irrésistible de drôlerie.

Deux vieux chamailleurs dignes d’un duo comique

L’aspect comique des situations est d’autant plus accentué que Bob et Charles passent leur temps à s’envoyer des vacheries à la figure. Leur rivalité passée à propos de Lili et leur concurrence présente pour la paternité de Greta alimente en permanence leurs disputes.

Leurs chamailleries incessantes créent une dynamique burlesque digne des plus grands duos comiques. Sans jamais cesser de se quereller, ils vont et viennent dans une Berlin nazie hostile aux deux vieux juifs qu’ils sont, dédramatisant par là-même le contexte digne d’un cauchemar dans lequel ils se trouvent.

La quête nazie de l’occultisme

Derrière la légèreté apparente de ce premier tome de La Guerre des Magiciens, affleure une anecdote bien connue de l’histoire, où Hitler et Churchill s’intéressèrent effectivement à l’occultisme. Car les pouvoirs magiques de Lili sont le véritable enjeu de cette chasse à l’homme. Si Charles et Bob, anciens débusqueurs de vrais escrocs et faux spirites ne croient guère à la magie, leurs poursuivants pensent qu’elle leur permettra de gagner la guerre qui s’annonce. Entre magie blanche et noire, illusionnisme et véritable pouvoir, dans Berlin, La Guerre des Magiciens ne fait que commencer…

Bob et Charles, ces deux briscards attachants et querelleurs nous entrainent donc dans une course-poursuite drôle et enlevée avec pour fond la grande histoire. Plongez-vous donc sans retenue dans cette Guerre des Magiciens à l’humour ravageur !
 

Emilie Nogaro

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.