Big Fan
de Fabrice Colin
aux éditions Gallimard ,
collection Folio SF
Genre : Thriller

Auteurs : Fabrice Colin
Date de parution : juin 2017 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 240
Titre en vo :
Première parution : janvier 2010


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Fabrice Colin

Excellent roman, Big Fan secoue le lecteur. À découvrir.

Du jeu de rôle à l’écriture
 
Ancien pigiste du journal de jeu de rôle Casus Belli, Fabrice Colin a publié son premier roman Neuvième cercle en 1997 chez Mnémos. Il ne s’est plus arrêté depuis, alternant romans « jeunesse » et adulte, science-fiction et fantasy, voire polar (Blue Jay Way chez Sonatine en 2012). Notons également qu’il a publié un roman consacré à Elric, Les Buveurs d’âmes, en collaboration avec Michaël Moorcock au Fleuve noir en 2011. Big Fan a été initialement publié aux éditions Inculte en 2010 avant d’être repris cette année en poche chez Folio SF.
 
Fou ou visionnaire ?
 
Fan de musique et surtout du groupe Radiohead, Bill Madlock est arrêté après avoir tiré sur un spectateur qui tentait de monter sur scène. En prison, il se fait remarquer par un discours délirant où il pronostique une fin du monde imminente, annoncée par les textes de Thom Yorke, chanteur de Radiohead, dans les albums Ok computer et Kid A. Peu à peu, le lecteur découvre la vie de Madlock, adolescent obèse mais très intelligent, souffrant de son enfance déchirée entre un père alcoolique et absent et une mère maladroite. À travers les textes de Madlock finit par s’insinuer une drôle d’idée : et si c’était vrai ?
 
Une construction diabolique
 
Big Fan séduit par la juxtaposition de points de vue sur l’histoire de Madlock. On pénètre dans sa psyché de son point de vue via des lettres, puis via des textes consacrés à l’histoire du groupe Radiohead écrits par une tierce personne, etc. Cela démontre, si besoin était, la maîtrise narrative de Colin. Big Fan plaît, dérange, séduit jusqu’à son twist final. C’est aussi une déclaration d’amour au rock et à Radiohead (écoutez « High and Dry », tiens). Voilà un livre réussi.

Sylvain Bonnet