Ca baigne dans l’huile
( Robert le robot 1 )
de Tony Fernandez et Gégé
aux éditions Albin Michel
Genre : Humour

Scénariste : Gégé
Dessinateur : Tony Fernandez
Date de parution : février 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 56
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Tony Fernandez ou Gégé

L’humour au pays des robots

Sans qu’il en ait l’air, cet album est un petit événement. Robert le robot est en effet un habitué du Journal de Mickey mais jamais ses aventures n’avaient été regroupées en un seul album. Voilà qui est fait avec ce tome 1. Normal finalement puisque Robert compte parmi les personnages les plus appréciés des enfants dans la célèbre revue.

Robert, l’ami des enfants


Dans la petite famille de Flo et de Tomi on ne s’ennuie jamais. La faute à Robert leur robot domestique. Volontiers gaffeur, il est toujours prêt à mettre des inventions au point pour rendre service. Mais il a un sérieux problème de mesure. Lorsqu’on lui demande un engrais pour les tulipes, celles-ci prennent une dizaine de mètres de hauteur par exemple. Rajoutez à cela que Robert est gourmand de boulons et d’huile, qu’il adore faire la fête avec ses copains les parcmètres dans le salon et qu’il aime enterrer les bidons d’huiles usagés dans le jardin comme les chiens le font avec les os, et vous comprendrez pourquoi ses propriétaires s’arrachent parfois les cheveux au fil des gags.

Un Boule et Bill mécanique ?

Vous l’aurez compris, les aventures de Robert le robot s’adressent essentiellement aux enfants. Il y a là dedans une gentille naïveté qui n’est pas sans rappeler Boule et Bill. Robert est un garnement de tôle qui au fil des gags plus ou moins originaux parvient à nous faire sourire. Bref, c’est avec indulgence et tendresse qu’on conseillera cet album aux plus jeunes de nos lecteurs. Une bonne pioche pour nos chères têtes blondes.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.