Cérès et Vesta
de Greg Egan
aux éditions Le Bélial ,
collection Une heure lumière
Genre : Science Fiction

Auteurs : Greg Egan
Couverture : Aurélien Police
Traduction : Erwann Perchoc
Date de parution : février 2017 Inédit
Langue d'origine : Anglais (autre)
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 120
Titre en vo : The Four Thousand, the Eight Hundred
Parution en vo : octobre 2016


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Greg Egan

Cérès et Vesta sont deux astéroïdes colonisés par l’homme, à la fois interdépendants et différents dans leur culture et leur société. Que se passe-t-il lorsque des Vestiens, considérés comme des traîtres, prennent refuge sur Cérès ? Dans un texte court et percutant, Greg Egan nous parle de valeurs humaines, d’éthique et de choix cornéliens…

Né en 1961 en Australie, Greg Egan est un écrivain reconnu de science-fiction, auteur d’une dizaine de romans et recueils. Certains ont été récompensés par des prix, dont le recueil Océanique, couronné par le Grand Prix de l’Imaginaire en 2010. Cérès et Vesta est le cinquième ouvrage à paraître en français, et rejoint la collection de romans courts Une Heure-Lumière, par les éditions Le Bélial’.

Camille est une Sivadier. Une lointaine descendante d’Isabelle Sivadier, d’après son profil génétique. Ostracisée par les autres habitants de Vesta, comme le reste de ces descendants, pourquoi finit-elle par fuir ? Sur Cérès, Anna, directrice du Port, fait face à un nombre croissant de surfeurs, ces clandestins vestiens accrochés aux cargaisons. Comment ces deux destins se croiseront-ils, entre Cérès et Vesta ?

Un récit court et riche

Dans la présentation de la collection Une Heure-Lumière, le Bélial’ promet des romans brefs mais riches en sense of wonder. Un pari réussi pour Cérès et Vesta, où Greg Egan déploie, en peu de mots, une réflexion riche entre deux sociétés à la culture différente.

Tout d’abord, nous avons un contexte politique : Vesta ostracise toute une partie de sa population, basée sur son ascendance génétique et les crimes supposés de leur ancêtre, Isabelle Sivardier. Et Cérès doit gérer l’accueil de centaines de réfugiés décidés à quitter une société qui les met au ban.

Mais c’est à travers deux regards très personnels que ce contexte se dévoile peu à peu. Camille et Anna, médecin sur Vesta et directrice du Port sur Cérès. Deux récits séparés par le temps et la distance. À mesure que le récit de Camille avance, le lecteur comprend, comme Anna, les difficultés qui secouent la société vestienne. Une narration très habilement menée : les enjeux sont présentés de manière fluide et simple, tout en nous attachant aux deux narratrices et au groupe de Vestiens qui les entoure : Olivier, Laurent…

L’éthique du choix


Finalement, Cérès et Vesta, c’est une histoire de choix. Que faire de cette différence fondamentale entre deux cultures à l’éthique si différente ? Comment aider les Sivardier, ces Vestiens venus prendre refuge sur Cérès ?

Ce sont les choix des Sivardier sur Vesta : que faire de cette société qui vous rejette pour ce que vous êtes et non ce que vous avez fait ? Comment faire valoir vos droits ? Mais c’est aussi le choix final d’Anna, une scène pour laquelle l’ensemble du roman nous a préparés, et qui cristallise de nombreuses questions d’éthique et de morale, nous laissant juges de la réponse à y apporter.

Septième publication de la collection Une Heure-Lumière des éditions Le Bélial’, Cérès et Vesta se lit d’une traite. Greg Egan nous plonge dans un monde complexe et riche en émotions, et parvient à réaliser l’exploit de nous mettre face à nous-mêmes en cent vingt pages à peine. Une lecture courte mais percutante, qui mérite d’être découverte. 

Florie Vignon