Ceux des limbes
de Camille Brissot
aux éditions Syros Jeunesse ,
collection Hors-série
Genre : Post-Apocalyptique
Sous-genres :
  • Zombies

Auteurs : Camille Brissot
Date de parution : avril 2018 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 480
Age minimum : 13 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Camille Brissot

Une romance sur fond de post-apo.

Camille Brissot est née en 1988 à Romans. Elle a été remarquée pour la première fois à la suite d’un concours de nouvelles alors qu’elle était encore lycéenne.

Son premier roman, Les Héritiers de Mantefaule (2005) aux éditions Rageot est publié peu de temps après. Après des études à l’Institut d’études politiques à Lyon et un séjour d’études pendant un an à Edimbourg, Camille Brissot vit aujourd’hui à Paris où elle travaille dans la communication.

Elle déjà signé deux romans chez Syros La maison des reflets et Dans la peau de Sam.

 

Un roman mêlant survivalisme et romance

À la suite d’une terrible épidémie qui transforme les individus en zombies, une communauté s’est réfugiée sur le Mont Survie, vivant en autarcie entourée d’une grande forêt à la fois magnifique et effrayante. Nous faisons la connaissance dans ce contexte d’Otolan, un adolescent orphelin issu des cercles inférieurs qui a survécu à l’invasion alors qu’il n’avait que 5 ans.

La vie suit son cours jusqu’au jour où Naha, sa bien aimée, doit affronter le monde extérieur et survivre dans la forêt, rite que doivent encourir tous les jeunes de 15 ans au Mont-Survie. Oto brave alors les règles pour la rejoindre. 

 

Bien mais pas top

Camille Brissot se sert de plusieurs incontournables du genre pour tisser sa trame. Le roman survivaliste, la thématique zombie, et les injustices que provoquent cette situation hors du commun. Naha vient des castes supérieures alors qu’Oto vit dans les cercles inférieurs, plus vulnérables au danger de rafles de zombies.

Oto est la figure contestataire de ce petit univers. Autrefois privilégié à cause de sa situation d’orphelin et survivant d’une rafle, il quitte tout pour rejoindre les cercles inférieurs et mériter sa condition. Oto est normalement exempté de sortie, mais parvient malgré tout à s’enfuir aidé d’amis précieux. 

Jusque là l’intrigue se tient. Des adolescents soumis au danger et face à une menace imprévisible. On pourrait s’attendre à suffisamment de drama pour rendre la chose intéressante. Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un roman pour adolescents. Il y a selon moi un peu trop de bon sentiments et de pirouettes scénaristiques un rien prévisibles qui rendent la situation trop gentillette pour en faire un roman vraiment crédible. 

 

C’est dommage d’autant que son style est agréable, mais les personnages manquent de profondeur et c’est difficile d’en faire abstraction. Il me semble toutefois qu’il reste tout à fait correct pour son genre et le public recherché. Les amateurs d’Hunger Games ou autres romans du même style y trouverons cependant peut-être ce qu’il cherchent. 

Salomé Lelièvre