Ceux qui restent
( La lande des aviateurs 1 )
de Alessandro Bilotta et Carmine Di Giandomenico
aux éditions Les Humanoïdes Associés
Genre : SF

Scénariste : Carmine Di Giandomenico
Dessinateur : Alessandro Bilotta
Couleurs : Alessandro Bilotta
Date de parution : juillet 2006 Inédit
Langue d'origine : Italien
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Alessandro Bilotta ou Carmine Di Giandomenico

La BD à ne pas manquer

Né à Rome en 1977, Alessandro Bilotta se distingue d’abord en 1999 en participant en Italie à la création de la maison d’édition Montego. Il gagne ensuite deux prix en 1999 notamment comme nouvel auteur de Bande Dessinée. Cette année là, il rencontre Carmine Di Giandomenico, un dessinateur exceptionnel né en 1973 et qui a travaillé notamment pour Marvel et Captain America. Ensemble ils ont réalisé La Lande des Aviateurs donc mais aussi Romano chez Vent d’Ouest.

Dans l’univers des aviateurs/pêcheurs

Avec cet album, laissez-vous entraîner dans un monde imaginaire où les pilotes d’avions tendent des filets entre les nuages pour capturer les oiseaux comme le font les pêcheurs avec le poisson. Mais comme pour ceux qui vivent de la mer, le métier est dangereux et il n’est pas rare qu’un pilote ne rentre pas au port. Pourtant, perché sur des morceaux de terre flottant et errant dans les nuages, ils n’ont guère d’autres choix pour assurer la subsistance de leur famille. Avec les drames que cela entraînent...

Attention, grand moment de BD

La Lande des Aviateurs est un petit moment de bonheur. Il se dégage du dessin et du scénario une douceur et une poésie qui tranche avec la dureté du propos. Car c’est un monde âpre que les deux italiens ont imaginé. Un monde de drames et de souffrances mais dans lequel les moments de joies n’en sont que plus intenses. Devant ces gueules taillées à la serpe, ces personnages que le désespoir nourrit, il est facile de se laisser happer et bercer par cet album et l’histoire de ce pilote qui atterrit loin de chez lui après de multiples mésaventures. Et lorsque l’horreur et le fantastique débarquent brusquement dans l’histoire, le réveil n’en est que plus brutal. Et savoureux. Pour toutes ces raisons, de l’originalité du scénario à la beauté des dessins, ou le découpage intelligent et agréable, La Lande des Aviateurs est vraiment une réussite ! De quoi avoir quelques frissons de plaisir. Ce n’est pas si courant !

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.