Cinéma : la sortie de la semaine

aux éditions
Genre : Actes de colloque
Sous-genres :
  • Cinéma

Date de parution : 0000 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant

Chaque semaine, Sylvain Fontaine fait la recension des sorties ciné côté SF, fantasy et fantastique.

Les Mondes de Ralph
 
Dans une salle d’arcade, Ralph la casse est le héros mal aimé d’un jeu des années 80. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être aimé de tous…
Vanellope Van Schweetz quant à elle, évolue dans un jeu de course, fabriqué uniquement de sucreries. Son gros défaut : être une erreur de programme, ce qui lui vaut d’être interdite de course et rejetée de tous…
Ces deux personnages n’auraient jamais dû se croiser… et pourtant, Ralph va bousculer les règles et voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver à tous qu’il peut devenir un héros… Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves ?
 
A partir de 3 ans.
 
Bande-annnonce : 
 
Mad Movies : « Une démonstration de mise en scène et un vrai festival de citations vidéo-ludiques à destination des geeks. Mais Rich Moore aurait pu aller encore plus loin dans l’exploitation de la dramaturgie du jeu vidéo. »
Première : « Les Mondes de Ralph peine à égaler – et encore plus à renouveler – la magnificence de ses modèles. »
Excessif/TF1 : « Un dessin animé très énergique et ultra-coloré. »
Libération : « Truffé de références vidéoludiques et même de clins d’œil à la culture Web, le film sait aussi bien parler à la génération Amiga qu’aux petits professionnels de la Wii, et célèbre sans nostalgie la mode du retro-gaming. Bien joué. »
Les Inrockuptibles : « Les Mondes de Ralph opère en réalité une simple transposition de Toy Story. Mais sans le romanesque ni la drôlerie de son modèle, dont elle n’a pas retenu l’essentiel (le contre-champ humain), la greffe s’avère ici vite impossible, empêchée par un graphisme disgracieux, un imaginaire assez pauvre et un sentimentalisme forcé. »
 
 
Sylvain Fontaine