Cookie monster
de Vernor Vinge
aux éditions Le Bélial ,
collection Une heure lumière
Genre : Science Fiction
Sous-genres :
  • Singularité Technologique

Auteurs : Vernor Vinge
Couverture : Aurélien Police
Traduction : Jean-Daniel Brèque
Date de parution : février 2016 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 112
Titre en vo :
Parution en vo : octobre 2003


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Vernor Vinge

Vernor Vinge signe avec Cookie Monster une intéressante variation autour du thème du transhumanisme, dans la lignée de Greg Egan.

Entre cyberpunk et hard science
 
Né en 1944, Vernor Vinge publie sa première nouvelle dès 1965 dans la revue Analog. Ce n’est cependant que plusieurs années plus tard, en 1981, qu’il se fait remarquer avec sa novella True Names, qui est l’une des premières ayant pour thème le cyberspace (quelques années donc avant l’explosion du cyberpunk) et où l’auteur manifeste son intérêt pour la théorie de la singularité technologique. Il obtient le prix Hugo successivement pour Un feu sur l’abîme en 1992 et pour Rainbows End en 2007. Pour Cookie Monster, traduit et publié au Bélial, il a obtenu le prix Hugo du meilleur roman court en 2004, ainsi que le prix Locus. Ce beau palmarès est-il justifié ? 
 
La quête de la looseuse
 
Jusqu’ici, Dixie Mae n’a pas eu une vie extraordinaire. Elle a arrêté ses études trop tôt, a alterné petits boulots et chômage. Quand elle décroche ce job au service client de LotsaTech, elle veut croire que la roue tourne, même si cela signifie supporter un collègue lourdingue comme Victor (ce dernier s’est fait embaucher pour trouver des preuves contre le management de LotsaTech). Les choses changent cependant pour elle lorsqu’elle reçoit un email très étrange, mentionnant des détails liés à son enfance que personne d’autre ne connaît à part elle. Dixie Mae convainc Victor de l’accompagner dans un autre bâtiment où ils rencontrent Ellen, une programmeuse. Dixie Mae lui raconte son histoire, Ellen lui explique qu’un programmeur pourrait peut-être l’aider. Lorsqu’ils arrivent au bâtiment, une autre Ellen surgit… Dixie Mae devient-elle folle ? Ou tout ceci n’est-il qu’une illusion ? Est-elle seulement humaine après tout ? 
 
Une anticipation solide qui peine à toucher
 
Cookie Monster s’appuie sur la théorie de la singularité technologique, très présente dans l’œuvre de Vinge. Chers lecteurs, posons-nous donc la question suivante : Qu’est-ce qu’une singularité technologique ? Selon certains théoriciens, l’évolution exponentielle de la technologie informatique atteindra bientôt un point au-delà duquel il ne nous sera plus possible de l’appréhender. Cette hypothèse est basée sur la loi de Moore (expliquée dans Cookie Monster) qui postule un doublement de la puissance de calcul des ordinateurs tous les 18 mois. En extrapolant, il apparaît qu’en 2035 au plus tard, l’homme aura engendré une intelligence supérieure à la sienne mettant ainsi fin à l’ère humaine. Diable ! Par là même, Vinge s’aventure sur des terrains défrichés par Greg Egan sur le thème du « transhumanisme ». Intéressante souvent, Cookie Monster laisse cependant une impression mitigée car l’auteur ne parvient pas à nous intéresser aux personnages (là où Egan y réussit très bien). Cependant, la portée intellectuelle des questions sous-jacentes à la novella rendent Cookie Monster passionnante, à défaut d’être émouvante.

Sylvain Bonnet