Critical Mass
( Husk 2 )
de Arnaud Boudoiron et Stephane Louis
aux éditions Soleil ,
collection Mondes Futurs
Genre : SF

Scénariste : Stephane Louis
Dessinateur : Arnaud Boudoiron
Date de parution : février 2009 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 50
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Arnaud Boudoiron ou Stephane Louis

Un deuxième tome réussi, dans la lignée du premier

Stéphane Louis est un dessinateur et scénariste de bandes dessinées qui a d’abord été professeur d’électronique. Il a abandonné l’Éducation Nationale pour gagner sa vie grâce à sa passion. En 2004, il rencontre Nicolas Mitric, avec qui il crée la série Tessa agent intergalactique, toujours en cours et comptant déjà cinq tomes. Louis a également participé à la série Kookaburra Universe.
Arnaud Boudoiron, né en 1974, est un nouveau venu dans le monde de la bande dessinée. Il a une large expérience en tant qu’illustrateur pour la publicité ou la presse mais Husk est sa première réalisation BD.

Enquête sur Mars, en armures biomécaniques

La société Arnold construit les meilleurs Husks, ces armures biomécaniques largement utilisées sur toute la planète et ailleurs – Mars ayant été colonisée – pour les travaux de force et par les métiers de la sécurité. Or, un hacker a réussi à pirater des Husks et a été capable d’en prendre le contrôle, sans que son pilote ait pu faire quoi que ce soit. Sarah et Léo, de la Brigade Motorisée de Recherche et Intervention, sont chargés de démasquer ce pirate.
Dans Critical Mass, leur enquête se poursuit sur Mars. On sait effectivement que le hacker opère depuis la planète rouge. Mais les autorités martiennes se refusent à toute collaboration avec la Terre. C’est incognito que les deux agents de la BMRI devront enquêter...

C’est bien. C’est beau. C’est Husk.

Le premier tome de Husk, intitulé Monkey Brain, était signé Frédéric L’Homme et Arnaud Boudoiron. On y faisait la connaissance de Sarah et Léo, deux agents de la BMRI, des policiers entraînés au pilotage des Husks, des armures biomécaniques.
Sarah est une jeune femme formée depuis son enfance à manipuler ces engins, à ne faire qu’un avec ces machines à demi vivantes. Elle est accroc au pilotage, autant physiquement que psychiquement. Léo est une force de la nature, ancien soldat et pilote de tanks – qui sont de grands engins bipèdes blindés – ayant participé à la guerre sur Mars, qui a vu la planète rouge acquérir son indépendance. Capturé par les rebelles, il a été « saboté », l’implant lui permettant de piloter ayant été détruit. Il ne peut plus être que copilote, et il est celui de Sarah. Tous deux ont une relation ambiguë : anciens amants, leurs personnalités sont opposées. Elle est impétueuse, lui réfléchi.

Monkey Brain mettait en place un univers futuriste détaillé, avec des personnages recherchés.
Dans Critical Mass, les deux policiers poursuivent l’enquête entamée dans le premier tome. Ils y ont découvert que le hacker de Husks opère depuis Mars. Le second opus de la série démarre donc avec l’arrivée des deux personnages sur la planète rouge, sous couverture. Ils rencontrent alors Oswald, le dirigeant de Willy Mechanics, le concurrent de la société Arnold, plus grosse fabricante de Husks. Cela juste avant qu’ils ne soient démasqués par les autorités martiennes et que l’ensemble des Husks de Mars ne deviennent visiblement fous...

Husk est une bande dessinée qui brille par un visuel percutant. Arnaud Boudoiron se fait assister par ordinateur pour livrer des dessins d’un grand esthétisme, tout en courbes, caractérisés par le mouvement. La mise en couleur magnifie le dessin et certaines planches sont des bijoux à l’atmosphère envoûtante. Les personnages ont des visages d’une grande expressivité et sont au centre de l’histoire. Ils volent la vedette aux Husks, qui donnent pourtant leur nom à la série mais sont rabaissés au rang de fil conducteur pour le récit. Accessoirement, cela évite à Husk de tourner à la série pour fans geeks de robots.

Stéphane Louis, qui succède à Frédéric L’Homme au scénario pour ce second tome, livre un récit qui tient le lecteur en haleine jusqu’à la fin. Il imagine une Mars absolument dépaysante, loin des clichés – aidé en cela par le travail de Boudoiron – et peuplée de gens bien étranges : Oswald a l’apparence d’un tyrannosaure, son assistant est un gorille, certains figurants sont des cochons humanoïdes, et caetera. Husk dispose d’un univers à l’innovation rafraîchissante.
Toutefois, on regrettera le côté bavard de la série. Les pensées de Sarah, lorsqu’elle se trouve dans un Husk, sont retranscrites, obligeant le lecteur à s’attarder sur des plages de textes lorsque l’action est à son comble. Enfin, la conclusion de Critical Mass laisse dubitatif. Elle fait partir la série dans une direction qui laisse craindre le pire. Mais peut-être les auteurs nous réservent-ils le meilleur...

Critical Mass est un second tome réussi, poursuivant parfaitement, bien qu’étrangement, une histoire débutée par un scénariste différent. L’univers visuel de Boudoiron est pour beaucoup dans la qualité de cet album. À l’issue de sa lecture, on attend la suite avec autant d’impatience que d’appréhension.

Stéphane Gourjault

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.