Cyan
( Nils 2 )
de Antoine Carrion et Jérôme Hamon
aux éditions Soleil ,
collection Métamorphose
Genre : Fantasy

Scénariste : Jérôme Hamon
Dessinateur : Antoine Carrion
Date de parution : novembre 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 64
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Antoine Carrion ou Jérôme Hamon

Une série à suivre, entre mythologie nordique et folklore japonais

Jérôme Hamon a d’abord travaillé comme analyste financier aux Etats-Unis, avant de voyager autour du monde. A son retour en France, il travaille dans le cinéma puis dans le jeu vidéo, avant d’intégrer France Télévisions. C’est en 2008 qu’il présente ses premiers scénarios à Angoulême, où il rencontre le dessinateur Marc Van Straceele avec qui il signe Yokozuna, un roman graphique sur le milieu du sumo au Japon.

Antoine Carrion puise son inspiration chez des auteurs tels que Nicolas de Crécy, Milo Manara, ou encore Katsuhiro Otomo. On lui doit l’adaptation du jeu inspiré du roman No Pasaran, ainsi que plusieurs albums dont Le Chant du sabre (Casterman), Temudjin (Daniel Maghen), ou encore L’Ombre blanche (Soleil).

Un jeune garçon protégé des dieux

Les territoires du nord, autrefois riches et florissants, se meurent. Cela fait de nombreuses lunes que rien ne pousse et les plantes ne sont pas les seules concernées par ce phénomène : les animaux ne mettent plus bas et aucune femme n’est enceinte... Accompagné de son père, le jeune Nils va tenter d’élucider ce mystère.

Le royaume de Cyan est à l’origine du problème : sa technologie permet de capturer les élémentaires source de vie… Nils va devoir trouver Yggdrasil, et libérer les créatures. Alba, de son côté, s’apprête à combattre les armées de Cyan…

La confrontation de deux mondes

Ce deuxième volet nous en apprend davantage sur le royaume de Cyan, et sur sa technologie à l’origine de l’assèchement de leur territoire… les hommes à sa tête en épuisent les ressources pour leur profit personnel, au risque de détruire le monde. Séparé de son père, Nils va tenter de rétablir l’équilibre, pendant qu’Alba adopte une approche plus frontale, qui n’est pas sans rappeler celle de San dans Princesse Mononoke. La situation est critique, et même les dieux sont impuissants, dépouillés de ce qui fonde leur pouvoir, à savoir leur lien avec les élémentaires.

Le récit est plutôt sombre, avec un monde qui se meurt, et quelques individus qui tentent malgré tout de lutter pour empêcher la fin ; leurs actes semblent malgré tout bien dérisoires face à la puissance de Cyan… Les dessins et couleurs d’Antoine Carrion sont toujours aussi beaux et retranscrivent à merveille l’atmosphère sombre du récit, avec notamment un jeu sur le bleu de toute beauté. Les effets de lumière sont parfaitement rendus, et contribuent à donner un ton onirique à l’histoire. Plus rythmé, Cyan apporte le souffle qui manquait au tome précédent !

Tony Sanchez