Cygnis
de Vincent Gessler
aux éditions L’Atalante
Genre : Anticipation
Sous-genres :
  • Post apocalyptique

Auteurs : Vincent Gessler
Date de parution : mai 2017 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 272
Titre en vo :
Première parution : mars 2010


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Vincent Gessler

La science-fiction suisse existe et je l’ai rencontré
 
Auteur d’origine suisse, Vincent Gessler a commencé par écrire des nouvelles et a été publié pour la première fois dans la revue Archipel suite à un concours. Avec son premier roman, Cygnis, édité par l’Atalante, il frappe fort car il décroche le prix Julia Verlanger 2010 ainsi que le prix des Utopiales 2010. Il a depuis publié un deuxième roman, Mimosa (L’Atalante, 2012) et a aussi collaboré comme scénariste à une bande dessinée signée Laurence Suhner, Éclipse. Pour le lancement de sa collection poche, L’Atalante a donc choisi de republier Cygnis, jamais lu par l’auteur de ces lignes jusqu’ici : cela en vaut-il la peine ?
 
Un gars et son loup
 
Dans un monde où la technologie s’est effondrée, le trappeur Syn tente de survivre, accompagné de son loup cybernétique Ack, aux attaques de vieux robots et de pillards. Syn arrive dans la ville de Méandre où il retrouve son vieil ami Dek, un soldat avec qui il a autrefois combattu. Syn boit quelques bières avec lui, puis retrouve Erine, une femme avec qui il couche fréquemment. La ville de Méandre est alors attaquée par des troglodytes qui enlèvent un maximum de femmes. Les habitants de Méandre montent une expédition pour les retrouver, avec Dek mais sans Syn qui poursuit sa voie, seul… C’est sans compter les robots qui ne cessent de le suivre. Il sauve la vie de Leah, prisonnière des troglodytes. Sans le savoir, Syn a maintenant beaucoup à apprendre sur le monde, les robots et sa propre identité…
 
Un roman post apocalyptique et expérimental
 
Ce qui frappe le lecteur de Cygnis, une fois le livre refermé, est d’avoir eu droit à un récit très travaillé stylistiquement parlant et en même temps à une histoire très classique. Cygnis est un pur roman d’initiation où le héros, en découvrant le monde, se découvre lui-même (non, je ne spoilerai pas !) et qui réussit bien sûr à impliquer le lecteur. Ça marche d’ailleurs. L’originalité réside dans le style, parfois proche de la poésie ou de la chanson. Il y a un côté ballade dans Cygnis qui surprend, plutôt agréablement. Au final, voici un roman digne d’être découvert, pas renversant non plus. Vincent Gessler a besoin de creuser son sillon mais il est cependant plein de promesses.

Sylvain Bonnet

Cygnis est un bon premier roman : on attend que Vincent Gessler transforme l’essai.

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.