Darwin’s Game 4
( Darwin's Game 4 )
de Flipflop’s
aux éditions Ki-oon ,
collection Seinen
Genre : Manga
Sous-genres :
  • Seinen

Auteurs : Flipflop’s
Date de parution : mars 2015 Inédit
Langue d'origine : Japonais
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 192
Age minimum : 11 ans
Titre en vo : Darwin's Game 4
Cycle en vo : Darwin's Game

Lire tous les articles concernant Flipflop’s

La chronique écrite d’Adrien, 12 ans.

Les auteurs

Flipflops (littéralement « tongue ») est un duo d’auteurs japonais composé de Ginko et Yuki Takahata.

Ils ont créé la série Darwin’s Game : l’histoire de Kaname, un adolescent d’environ 16 ans, qui se voit un jour emporté dans un jeu diabolique : le Darwin’s Game. Dans ce jeu, les joueurs s’enrichissent très vite, mais ils doivent tuer d’autres joueurs, sinon ils se font tuer.

L’histoire
 
Le duel de Kaname contre le « Fleuriste », capable de mener des attaques à l’aide de plantes, démarre fort. Kaname remporte la bataille de peu. Ils ne tardent pas à s’allier et à devenir amis pour lutter contre les autres joueurs, tous aussi dangereux les uns que les autres.

Ils vont tenter de sauver Shuka, l’amie de Kaname, des griffes d’un joueur, qui a inondé le métro dans lequel elle se trouvait enfermée.

Mon avis

Kaname a échappé de peu à une défaite contre le « Fleuriste ». Le combat, qui s’étend sur un tiers du tome, est très serré. Une fois de plus, le « sigil » de Kaname (le pouvoir de rematérialiser des objets qu’il a vus dans le passé) est en action. C’est impressionnant, car en plein combat, il peut utiliser plusieurs types d’armes, même si cela lui fait dépenser beaucoup d’énergie.

Il y a beaucoup d’action dans ce quatrième tome, mais le contexte la justifie et ce nouveau chapitre s’inscrit bien dans la suite de la série. J’ai bien aimé que le groupe de Kaname soit scindé en trois sous-groupes et l’on suit la progression de chacun des sous-groupes. On voit un peu Shuka, mais, dans ce tome plus que dans les précédents, elle joue un rôle secondaire.

La série est toujours aussi passionnante. A la fin de l’album, il y a un bonus de trois pages un peu humoristiques.

Adrien Nottola


chroniqueur(se) ado.