De Mémoire d’Homme
( Alister Kayne, Chasseur de fantômes 1 )
de Eric Henninot et Stéphane Betbeder
aux éditions Albin Michel ,
collection Post Mortem
Genre : Fantastique

Scénariste : Stéphane Betbeder
Dessinateur : Eric Henninot
Couleurs : Muse Colors
Date de parution : avril 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Eric Henninot ou Stéphane Betbeder

Premier titre de la nouvelle collection d’Albin Michel : Post mortem

Albin Michel lance une nouvelle collection pour les amateurs de fantastique : Post Mortem. La série qui ouvre le bal est en totale adéquation avec le nom de la collection : Alister Kayne est un chasseur de fantômes mais il a passé l’arme à gauche. Un récit mené par deux auteurs encore inconnus Stéphane Betbeder et Henninot, bien que Betbeder ait collaboré avec Christophe Bec sur Hôtel particulier.

Un récit d’outre-tombe

Un vieil homme pris de folie se rue à la Bibliothèque nationale d’Angleterre et tente de s’immoler parmi les ouvrages qu’il a patiemment réuni durant cinquante ans et qui traitent tous de l’occultisme. Cet homme c’est Alister Kayne, il va être sauvé in extremis du département en flammes par son ami le plus ancien. Pourtant, il mourra quelques heures plus tard d’une attaque à l’hôpital. Son âme, libérée de son corps n’a jamais été aussi clairvoyante. Pendant que tous s’activent autour de son corps inerte, son esprit vagabonde et se détache de ce temps présent pour revenir sur les temps forts de sa vie. Tout débute à la fin du XIXème, dans le quartier de Whitechapel, le jeune Alister rencontre deux personnes qui détermineront son avenir. Ils ne sont que les premiers d’une longue liste de personnages qui toute sa vie durant influenceront son esprit et aiguilleront ses choix. Dans cette Angleterre fin de siècle, l’occultisme est à la mode, mais les charlatans et autres mystifcateurs pullulent. Entre ceux qui croient aux phénomènes paranormaux et les sceptiques la guerre est ouverte, Alister Kayne aimerait bien se poser en arbitre dans cette partie.

Un premier tome d’exposition pour apprendre à connaître le personnage d’Alister Kayne


Ce premier tome est clairement un tome d’exposition. On assiste à la mort de celui qui sera le héros principal. Intriguant, n’est-il pas ? Le récit se déroule donc comme un long flash back et nous fait voyager à travers les souvenirs d’Alister Kayne. La voix off nous guide dans la mémoire du vieil homme qui se souvient des temps forts de sa vie et s’y transporte grâce à son nouvel état de fantôme. Tout commence en Angleterre en 1988, le jeune Alister échappe à l’attention de sa mère et se promène dans les rues malfamées de Whitechapel. Il y rencontre pourtant deux bonnes âmes : un magicien et une voyante. Voilà le destin d’Alister Kayne tracé : il sera chasseur de fantômes. Il démasquera les charlatans qui pullulent tout en tentant de trouver des preuves réelles de l’existence des esprits. Et sa vie sera entièrement prise entre ces deux idées opposées : les apparitions de fantômes sont-elles dues à la magie ou sont-elles réellement des phénomènes surnaturels ?

Le scénariste Betbeder prend un plaisir évident à nous promener dans cette Angleterre fin de siècle pleine de magie et de mysticisme. Les sceptiques et les croyants sont menés par deux leaders charismatiques qui vont croiser la route d’Alister. Ces deux hommes respectés sont le Grand Houdini, magicien de son état et chef de file des sceptiques, et Sir Arthur Conan Doyle, bien loin de son très matérialiste Sherlock Holmes, qui prend la tête des convertis. C’est tout le bonheur de cette bande dessinée, avec un flegme bien anglais, les auteurs nous brossent le portrait d’un homme mais également de toute une société. Avec une grande classe, de l’humour et un souci du détail dans le dessin, la captivante histoire d’Alister Kayne se déroule sous nos yeux pour notre plus grand plaisir. A offrir aux amateurs de fantastique.

Charlotte Volper

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.