Digitale - Tome 1
( Digitale 1 )
de Sarah Wagon
aux éditions Pocket Jeunesse ,
collection 15 ans et plus
Genre : Anticipation
Sous-genres :
  • Dystopie
  • Romance

Auteurs : Sarah Wagon
Couverture : Laurent Besson
Date de parution : août 2015 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 256
Age minimum : 15 ans
Titre en vo :


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Sarah Wagon

Premier tome d’une série de dystopie jeunesse, Digitale raconte l’histoire de Jade, jeune fille de 20 ans vivant dans une société parfaite. La paix et le bonheur sont assurés par une puce digitale qui contrôle les besoins et les émotions de chacun. Mais sa rencontre inattendue avec un jeune homme va bouleverser son quotidien et la mener sur le chemin de la révolte.

Sarah Wagon est une Lilloise de 29 ans passionnée de littérature pour jeunes adultes. Après des études en psychologie, elle se lance dans l’écriture d’une trilogie d’anticipation pour jeunes adultes, dont Digitale est le premier volume. Il s’agit également de son premier roman, publié depuis août 2015 dans la collection 15 ans et plus chez Pocket Jeunesse.
Le deuxième volume est prévu pour courant 2016.

L’histoire
 
Jade Stone, 20 ans, est guérisseuse dans un Centre de Reboot, afin de soigner les personnes déficientes dont la puce digitale a disjoncté. Car sur le Continent, tous les êtres humains sont Digitaux.
 
Leur cerveau est connecté à un programme qui veille à leurs besoins physiologiques, régule leurs émotions, assurant ainsi la paix et la prospérité pour l’humanité après de longues années de guerre. Membre modèle de cette société parfaite, Jade se trouve pourtant bouleversée lorsqu’elle rencontre Sacha Fleery, un jeune homme déficient dont les émotions intenses déclenchent chez elle une réaction inattendue.
À partir de cette rencontre, Jade démarre un voyage initiatique à la découverte d’elle-même, de ses émotions et son passé. Ce seront aussi les premiers pas de l’amour et le début d’une aventure qui pourrait avoir un impact sur toute la société…

Un récit d’anticipation teinté de dystopie
 
Avec Digitale, Sarah Wagon signe un roman d’anticipation jeunesse à tendance dystopique : elle présente une société (trop) parfaite du point de vue d’une jeune fille qui, au bord de l’âge adulte, découvre la vie et commence à remettre le système en question.
Jade Stone a tout de l’héroïne jeunesse : volontaire mais sensible, elle emmène le lecteur dans ses questionnements de jeune adulte à travers la recherche de ses émotions, son passé, et sa relation naissante avec le mystérieux Sacha Fleery. Les personnages secondaires sont assez mineurs dans ce premier tome, nous rencontrons brièvement certains collègues de Jade, assistons à une rivalité naissante et vivons l’évolution du regard de Jade sur les Digitaux qui l’entourent. 
Si la relation entre Jade et Sacha est au centre de la narration, les lecteurs plus âgés risquent de trouver ces deux personnages principaux un peu superficiels. Le livre aurait gagné à explorer davantage le ressenti de Jade Stone, narratrice à la première personne, alors que sa puce commence à dérailler. Et Sacha aurait gagné en profondeur à avoir une motivation plus claire, une personnalité plus travaillée. Globalement, la narration est simple et la relation entre les personnages reste très prenante. 
L’histoire en elle-même est racontée de manière simple et fluide. Les tournures paraissent parfois familières, mais le style est cohérent avec le point de vue de la jeune Jade, narratrice de l’histoire. Les rebondissements que vivent Jade et Sacha sont dynamiques et prenants, même si certains trouveront le scénario prévisible et la situation parfois peu plausible. Le récit est globalement bien mené, et pose les bases du prochain volume de la trilogie.

Un univers prometteur
L’univers de Digitale est prometteur, même s’il manque un peu d’originalité. Dans un monde ravagé par la guerre, les êtres humains ont décidé de pacifier les peuples et créer une société stable et prospère en implantant une puce digitale dans le cerveau de toute la population au début de l’adolescence.
Un programme sur-mesure est mis en place pour chaque enfant, grâce auquel leur violence naturelle est supprimée et leurs émotions régulées.
À travers cet univers, Sarah Wagon propose un bonheur sous contrôle, une paix aseptisée qui pose une question chère à beaucoup de dystopies : la sécurité vaut-elle le sacrifice de la liberté ? La paix mérite-t-elle de nous couper de nos émotions, négatives, mais aussi positives ?
Avec l’éveil de Jade, Digitale pose également la question du sens de la vie : cette société parfaite rend-elle vraiment heureux ? Peut-on réellement vivre sans émotions ? Des questions classiques du genre, introduites de manière simple et abordable pour un jeune public qui découvre les récits d’anticipation. 
Le lecteur plus assidu du genre, et plus âgé, risque toutefois de s’ennuyer devant un univers certes prometteur, mais qui exploite des clichés plusieurs fois revisités par de nombreuses œuvres du genre. Avec la question du bonheur sous contrôle se dessine évidemment le célèbre Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley, qui contrôlait à l’époque ses personnages par la génétique.
Les amateurs de la dystopie pour jeunes adultes y retrouveront également des éléments familiers : la jeune héroïne forte et têtue, le mystérieux amoureux transi, une ébauche de triangle amoureux peut-être, des adultes mentors, d’autres hostiles, des retournements de situation plutôt prévisibles…
Le livre comblera donc les amateurs de ce genre de récit, mais risquera de décevoir l’avide lecteur, qui ne se laissera surprendre ni par les personnages, ni par l’histoire de Digitale.
 

Digitale présente un univers prometteur et soulève d’intéressantes questions sur le bonheur, la nature humaine et le sens de la vie à travers un récit simple et prenant.
 
Si vous découvrez la dystopie, Jade et Sacha vous embarqueront dans une aventure pleine de rebondissements, qui vous laissera sans doute dans l’attente de la sortie du prochain tome. Pour les autres, le récit est calqué sur les mécaniques du genre et risque de manquer d’originalité et de relief. 

Florie Vignon