Disputes et disparitions
( Edgar sacré lascar 1 )
de Marcus Sedgwick
aux éditions Bayard Jeunesse
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Littérature jeunesse

Auteurs : Marcus Sedgwick
Couverture : Williamson Pete
Traduction : Danièle Darneau
Date de parution : mai 2014 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 240
Age minimum : 10 ans
Titre en vo : Flood and fang
Cycle en vo : Raven mysteries
Parution en vo : 2009

Lire tous les articles concernant Marcus Sedgwick

Premier tome d’une série qui s’annonce attachante, dans un décor gothique à souhait, avec un héros à la fois (très) grognon et sympathique. Ce sacré lascar est vraiment un drôle d’oiseau !

A l’exception d’un roman (non traduit) consacré au thème du vampire (A love like blood), Marcus Sedgwick a principalement écrit pour la jeunesse.
 
Il est également illustrateur mais pour sa série consacrée à Edgar, il a bénéficié des dessins de Pete Williamson, avec lequel il avait déjà collaboré.
 
Ils sont tous deux amateurs d’ambiances plutôt gothiques et fantastiques, mais l’humour et la tendresse sont tout de même présents. Avec Disputes et disparitions, le premier volume des aventures d’Edgar, nous ferons connaissance avec une famille et un château bien mystérieux, pour des aventures à faire dresser les plumes sur la tête !
 
Les aventures d’un vieux corbeau grincheux.
 
Edgar a cent ans, pas mal pour un corbeau ! C’est un peu l’ange-gardien du château d’Autrepart et de la famille qui l’habite. Un passage secret dans sa cage lui permet de s’échapper quand bon lui semble.
Lors de l’une de ces escapades, il découvre que son univers est menacé par une terrifiante créature qui vit dans les caves inférieures, les plus sinistres de la vieille demeure.
Mais qui va écouter ses avertissements ? Lord Valvigne, un inventeur farfelu, sa femme Lady d’Autrepart, leur fils Hellébore et son singe apprivoisé ? Ou alors leur fille Solstice, la préférée d’Edgar ?
Notre oiseau de malheur aura besoin de tout son sens de l’humour pour affronter bravement le danger...
 
Ce corbeau n’est vraiment pas une poule mouillée !
 
Edgar, le corbeau narrateur, nous fait partager son point de vue de volatile et nous avons parfois l’impression sympathique de voler ou de marcher à ses côtés. Dans ce premier tome, l’accent est mis sur ses relations avec Solstice.
 
La jeune fille et le corbeau forment un couple d’amis idéal. Malgré la barrière de la langue, ils parviennent à s’entendre et à communiquer (Solstice ne parle pas corbeau et Edgar ne croasse pas un mot humain).
La profonde amitié qui les lie, ainsi que l’humour dont fait preuve Edgar, contrebalance l’atmosphère parfois assez noire. Les expériences menées par Lord Valvigne assisté de son valet Flinch, en particulier, sont plutôt effrayantes...
 
L’ambiance fait souvent penser aux personnages de L’étrange Noël de Monsieur Jack, le film de Tim Burton.
 
Le texte est accompagné de nombreuses illustrations de Pete Williamson, des lavis à l’encre de Chine qui s’harmonisent parfaitement avec l’univers gothique de ce roman que les lecteurs de tous âges pourront prendre plaisir à lire. Vivement la suite !

Fred Combo

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.