Dominium Mundi - Livre II
de François Baranger
aux éditions Pocket ,
collection Pocket Science-fiction
Genre : Science Fiction
Sous-genres :
  • Space Opera

Auteurs : François Baranger
Date de parution : mars 2016 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 960
Titre en vo :
Première parution : avril 2014


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant François Baranger

La nouvelle croisade est prête à débuter lorsque le Saint-Michel, vaisseau intersellaire de guerre de l’Empire Chrétien Moderne, arrive sur Akya du Centaure pour libérer la dépouille du Christ. Ce second volet clôt le diptyque Dominium Mundi, un space opera militaire haletant dans un contexte politique et religieux inspiré du Moyen Âge.

François Baranger est né en 1970. Illustrateur pour le cinéma et réalisateur de courts métrages d’animation, il travaille également comme concept artist dans le domaine du jeu vidéo. Dominium Mundi est une croisade futuriste publiée en deux tomes en 2013 et 2014 aux éditions Critic inspirée d’un poème épique du XVIe siècle La Jérusalem Délivrée. Ce second tome, aux éditions Pocket, vient compléter le diptyque en version poche.

Après un long voyage interstellaire, le vaisseau Saint-Michel arrive à destination : Akya du Centaure, la planète où repose la dépouille du Christ, aux mains des Atamides. Alors que les croisés fondent la Nouvelle-Jérusalem et se préparent à un assaut total pour libérer le sanctuaire, la situation s’avère plus complexe que prévu. La sédition gronde parmi les inermes, les classes zéro, tandis que les luttes de pouvoir s’intensifient en haut lieu…

L’ambiance des croisades, dans l’espace

Avec le diptyque Dominium Mundi, le pari de François Baranger était de faire revivre le temps des croisades, transposé dans un contexte futuriste avec technologies modernes, planète inconnue et extraterrestres belligérants. Alors que le Saint-Michel arrive sur les lieux du combat à venir et qu’une guerre totale se prépare, le pari est réussi. Dans un univers de science-fiction crédible, nous revivons ainsi l’histoire de la croisade contre les infidèles, les batailles épiques à dos de percheron (mécanique) et les combats à l’épée (ionisée).

Les luttes de pouvoir entre seigneurs et la foi vacillante des soldats face à l’horrible réalité de la guerre contribuent à cette touche historique et désuète à l’histoire, sans pour autant nuire à la cohérence de ce monde futuriste, alors que l’humanité vient conquérir une planète d’Alpha du Centaure en l’an 2205.

François Baranger manie références historiques et univers moderne avec brio, intégrant des éléments purement technologiques, comme le réseau neural BioStruct qui sert d’ordinateur au vaisseau Saint-Michel, aux symboles caractéristiques des récits épiques du Moyen Âge, comme les batailles grandioses des croisés contre les Atamides. Même si certains éléments scénaristiques semblent forcés pour rentrer dans cette trame de croisade, de religion et de batailles spectaculaires, l’ensemble est fluide, naturel et cohérent jusqu’à la dernière page du roman.

Un questionnement en toile de fond

L’histoire et les personnages portent également une réflexion intéressante sur la foi, la religion, les préceptes qui bâtissent un culte et l’importance de ces croyances pour un peuple. Dominium Mundi n’est pas seulement un exercice de transposition futuriste de la première croisade ou de transposition d’un poème épique du XVIe siècle.

François Baranger a su utiliser le contexte d’une religion renouvelée et d’une nouvelle croisade pour poser des questions passionnantes sur la nature humaine, la foi, le rôle de la religion et des croyances communes dans notre société.

Ce questionnement ne vient jamais faire défaut à un scénario dynamique et riche en surprises. François Baranger a su doser l’action avec la réflexion, l’histoire avec les questionnements universels qui en découlent.

Un scénario haletant

Le premier tome de Dominium Mundi ouvrait à de nombreuses questions d’intrigue. Qui est ce Foudroyeur qui sévit dans les coursives du Saint-Michel ? Les autorités religieuses et militaires cachent-elles quelque chose aux croisés ? Que va-t-on trouver à la surface d’Akya du Centaure ? Et bien d’autres questions qui, habilement menées, donnaient envie de lire la suite et la fin de ce diptyque.

Le pari est réussi : le livre II de Dominium Mundi apporte des réponses aux ouvertures, indices et doutes disséminés à travers le premier volume de l’histoire. L’intrigue se dévoile à travers révélations, actions et rebondissements, chaque page donnant envie de tourner la suivante. Les personnages se révèlent de manière réaliste à la lueur de leurs découvertes et les choix auxquels ils seront confrontés leur apportent de la profondeur.


Si certaines scènes sont un peu longues et certains flashbacks inutiles, le second volume de Dominium Mundi est magistralement dosé, instillant découvertes et rebondissements au fur et à mesure de l’histoire tout en s’attardant sur l’évolution des personnages et les conséquences de leurs choix. L’intrigue est rondement menée, les réponses apportées sont plausibles et les rebondissements savamment orchestrés. Malgré les 920 pages que contient ce livre II, la lecture se fait d’une traite et clôt ce diptyque de science-fiction croisée avec habileté. 

Florie Vignon