Dossier 1800
de Sylvain Cordurié et Jean-Luc Istin
aux éditions
Genre : Interview
Sous-genres :
  • bande dessinée

Auteurs : Sylvain Cordurié , Jean-Luc Istin , Stéphane Betbeder , François Debois , Jacques Lamontagne , Stéphane Perger , Dobbs
Date de parution : février 2013 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Sylvain Cordurié ou Jean-Luc Istin

Second dossier consacré à la collection de Soleil, 1800, qui revisite les grandes figures populaires et dirigée par Jean-Luc Istin.

Phase 2
 
Il y a deux ans naissait la collection 1800, nous vous avions présenté certaines de ses séries dans un dossier en mars 2012, ainsi qu’une interview des auteurs de Scotland Yard en juin 2012. L’apocalypse étant passée, une petite visite de rappel au Bedlam Asylum pour discuter avec les auteurs m’a paru une bonne idée...
 
 
Questions pour Jean-Luc Istin
 
Actusf : Bonjour Jean-Luc, peux-tu nous parler du présent et éventuellement du futur de la collection ?
Jean-Luc Istin : Actuellement, quelques nouveaux titres sont en cours d’écriture : 
  • Tour d’abord Edgar Allan Poe, un one-shot qui présentera l’écrivain comme un héros plutôt dérangé et dérangeant. 
  • Il y aura aussi Freaks d’Olivier Peru et Paolo Clemente qui nous proposeront une enquête matinée de féerie urbaine. 
  • Je peux également vous parler de Watson scénarisé par Stéphane Betbéder qui a créé une version inédite du Docteur Watson, je tiens à préciser que ce futur diptyque ne fait absolument pas parti du Sherlockverse.
 
Bien entendu, en parallèle, nous continuons à développer le Sherlockverse avec cette année deux nouveautés : Sherlock Holmes Crime Alley dont le tome 1 vient juste de sortir et Sherlock Holmes et le Necronomicon 2 qui sortira au mois de mai.
 
Dans la foulée vous aurez droit : 
  • à la suite et fin de l’exceptionnel Jack l’éventreur en mai, 
  • à celle de la série ELLE, au moment où je vous parle
  • et pour conclure au niveau des dates, la suite et fin de la série charismatique Scotland Yard en juillet.
Dans la courant de l’année vous aurez également la suite de Dracula et les fins du mystérieux L’ours-lune et de La Mandragore.
 
Dans la série des nouvelles qui font plaisir : Les droits de Sherlock Holmes et les vampires de Londres ont été acquis par Dark Horse comics. La série devrait donc paraître aux U.S.A à l’automne 2013 et j’espère qu’elle rencontrera autant de succès là-bas que par chez nous.
 
 
Actusf : Peux-tu également revenir sur ta propre actualité, tout d’abord en tant que directeur de collection, puis en tant qu’auteur.
Jean-Luc Istin : En tant que directeur de collection, j’inaugure ma première série concept : ELFES
 
Une série qui propose 5 races d’elfes, chacune développé par une équipe artistique différente mais dans un seul univers fantasy. Les albums sortiront de février 2013 à janvier 2014. Parmi les scénaristes, on retrouvera des grands noms tels que Nicolas Jarry, Eric Corbeyran et Olivier Peru ainsi que votre serviteur.
 
Je me fais également plaisir en continuant à sortir les intégrales du Judge Dredd.
 
Tranquillement, mais sûrement, je développe Soleil Celtic. 
 
Dernièrement, sortaient Excalibur Chroniques tome 1, Les druides tome 7, Le sang du dragon tome 6, Le crépuscule des Dieux tome 6, Durandal tome 4 (qui clôt la série), Arawn tome 5, Les chroniques d’Arawn tomes 1 et 2 et Walkyrie tome 1.
Bientôt sortiront Merlin le prophète tome 3, Lancelot tome 4, Le sang du dragon tome 7 et Les seigneurs de Cornwall tome 3. 
 
Un petit focus sur Mjollnir tome 1 d’Olivier Péru et Pierre-Denis Goux qui sort ce mois-ci : Cet album est EXCEPTIONNEL ! Une merveille ! Après les zombies et les vampires, Olivier revisite les mythes nordiques pour notre plus grand bonheur, et je ne parle même pas du graphisme somptueux de Pierre-Denis, lisez-le !
 
Donc, pas mal d’actualité auxquelles s’ajoutent les suites des séries Ys la légende tome 3, Hannibal Meriadec et les larmes d’Odin tome 3 qui ne tarderont pas non plus.
 
A venir, nous avons signé un thriller médiéval avec Eric Corbeyran et Thierry Jigourel, ainsi qu’une version BD d’Entre terre et mer de Pascal Bresson et Erwan Le Saec, d’après l’œuvre de Hervé Baslé.
 
En Secrets du Vatican et Soleil Esotérique, nous aurons cette année les suites de Dogma et Templier. Mais aussi et surtout Le cinquième évangile tome 3 ! Certains vont pouvoir dire "Ouf ! Enfin !" ;o)
 
Parallèlement, je suis à la recherche de deux dessinateurs pour les suites de Succubes sur des scénarios de Thomas Mosdi.
 
Pour la collection Anticipation, nous attendons avec une certaine impatience que Sophian Cholet finisse le tome 3 de Zombies. Les tomes 2 de Déluge et de 2021 devraient sortir en juin-juillet et boucleront ces deux merveilleux diptyques. Et pour finir, Cyber de Sylvain Cordurié sort ce mois-ci. 
 
Dans la collection Abysses, la suite de Deep est prévue pour cette année.
 
A venir en hors collection : Troie tome 2 (dont le tome 1 a connu un franc succès), et Mercenaire tome 3 qui sera le dernier tome. Haven tome 3 de Jacques Lamontagne et Kan-J, les brumes d’Asceltis tome 6 et un de mes coups de cœur : Le tome 2 d’Inlandsis qui sort ce mois-ci !
 
Nous aurons également deux belles séries cette année avec monsieur Christophe Bec : Lost World et une autre sur L’aéropostale et ses pilotes de légende.
 
Autre focus sur Hero-Corp qui débarque en BD ce mois-ci. Vous saurez tout sur les origines de l’agence H.C. qui vous seront narrées dans ce format comics "à la française " avec un humour spécifique à Simon Astier.
 
Parallèlement, la saison 3 de la série TV sera bientôt diffusée sur France 4 !
 
A Angoulême, Simon Astier et le dessinateur Marco Failla dédicaceront leur album, et si je ne m’abuse, il y aura même des surprises concoctées par notre service com’ ! 
 
J’oublie certainement des choses et je m’en excuse.
 
En tant qu’auteur, je poursuis toutes les séries avec un plaisir non dissimulé et j’en commence quelques nouvelles. Mais chht... ça c’est pour après demain.
 
 
Actusf : Une dernière phrase avant de nous quitter ?
Jean-Luc Istin : Il y a ceux qui savent et puis il y a les autres. Et étrangement, ce ne sont pas ceux qui savent qui font le plus de bruit.
 
 
Questions pour François Debois
 
Actusf : Bonjour François, peux-tu nous dire où en êtes vous avec Jean-Charles Poupard pour la suite - et fin - de Jack l’éventreur ?
François Debois : Il reste 10 pages à dessiner, donc on touche au but ! Vous devriez pouvoir vous replonger dans l’esprit de ce cher vieux Jack au mois de mai…
Nous sommes très contents de ce tome 2, qui amène l’inspecteur Abberline à se rendre à Paris pour enquêter sur des meurtres analogues, dans leur mode opératoire, à ceux qui se sont déroulés à Londres. Il y aurait donc un autre Jack en France… mais comment se fait-il alors qu’Abberline avoue qu’il est l’éventreur au début du tome 1 ?! 
Nous mettons en lumière, dans ce tome, notre hypothèse concernant Jack l’éventreur. Je ne peux rien révéler à ce stade, mais les lecteurs doivent savoir que je me suis moi-même prêté à une expérience qui m’a permis de valider cette hypothèse. Mais je n’ai tué personne et ce n’est pas dans mon intention, rassurez-vous !
Jean-Charles est encore monté d’un cran dans sa mise en scène, et certaines pages sont tout simplement splendides. Nous avons exploité à fond le fait que ce tome 2 se déroule en 1889, en pleine exposition universelle, et n’avons pas résisté à la tentation d’intégrer une scène au sein de la tour Eiffel en construction. 
 
 
Actusf : Peux-tu revenir sur tes autres projets, passés, en cours et à venir ?
François Debois : Je termine le 1er cycle de Chasseurs d’écume, ma saga familiale sur la pêche à la sardine. J’ai également un projet en cours avec Krystel, la talentueuse dessinatrice de la série Ash.
 
 
Questions pour Jacques Lamontagne
 
Actusf : Bonjour Jacques, où en es-tu de ta poursuite du diable avec Sinisa Radovic ? 
Jacques Lamontagne : Malheureusement, dans l’intervalle de la fin du tome 1 et la reprise du second livre, le dessinateur Sinisa Radovic a eu des ennuis de santé qui l’ont empêché de poursuivre le travail. Il a donc fallu se mettre à la recherche d’un autre dessinateur qui pourrait reprendre là où Sinisa avait laissé et maintenir les brillantes ambiances servies par celui-ci dans le premier volet de Van Helsing contre Jack l’Éventreur. Nous avons maintenant la chance de compter sur les services du très expérimenté artiste américain Bill Reinhold qui a travaillé sur de nombreux comics à succès aux USA. Le tome 2 devrait paraître à la fin de l’année 2013.
 
 
Actusf : Peux-tu nous parler également de tes autres projets ? Tu devais commencer à travailler sur de nouvelles aventures de Flora et Hugo en février 2012, une chance de les revoir pour (fin) 2013 ?
Jacques Lamontagne : Je viens tout juste de terminer l’écriture du dernier tome de Haven. Aussi, j’en suis presque à la moitié de l’album du troisième tome de Aspic, qui amènera cette fois-ci nos enquêteurs du paranormal dans le nord de la France, où il se passe de bien drôles de choses depuis la venue d’un groupe de forains dans la ville. Par la suite, ce qui nous amène autour du mois de juin, je me remettrai au travail sur la suite des aventures de nos deux héros de la série Les Druides.
 
 
Questions pour Stéphane Betbeder
 
Actusf : Bonjour Stéphane, la dernière fois que nous nous sommes parlé c’était pour la sortie du premier tome des aventures de Dorian Gray, Noir Animal est sorti depuis et boucle de manière magistrale - et définitive ? - les aventures de Dorian Gray. Acceptes-tu de revenir pour nous sur cette aventure ?
Stéphane Betbeder : Merci pour le magistral, mais c’est trop d’honneur ! Que puis-je dire sur ce retour de Dorian Gray sans me répéter ? Outre le fait de faire vivre deux célébrissimes monstres après leur mort de papier, Dans cette aventure, je me suis replongé dans une époque qui me plaît beaucoup (et que j’ai abordé dans Alister Kayne ou L’Aliéné), parce qu’on peut y voir des parallèles voire des récurrences avec notre propre époque. D’abord de grands chamboulements qui bouleversent la société et notre idée même de civilisation. A l’époque Victorienne / Edwardienne, c’est la révolution industrielle, l’arrivée de l’électricité, la colère des ouvriers et l’émancipation des femmes. C’est équivalent avec ce qu’on vit aujourd’hui avec la globalisation des échanges, la révolution internet et la crise économique. Quelque chose couve et cherche à s’exprimer, bien que les autorités et l’état essaient de l’étouffer. En tout cas, c’est quelque chose d’équivalent qui explose dans Dorian Gray, et c’est l’environnement dans lequel évoluent et « grandissent » les personnages. 
 
J’avais aussi envie de parler de peinture, avec le portraitiste Sergent qui est influencé par le génial peintre John Singer Sargent qui fait partie de ces rares artistes qui parviennent à rendre le réel plus réel, non pas dans une figuration pure et simple mais au plus près des modèles, de leur âme. 
 
Et pour finir, je voulais aborder le sujet de la rédemption qui est une figure de style classique, mais en évitant tout manichéisme et en laissant ouvert la fin. Car somme toute, pour moi, Dorian Gray est une comédie romantique (macabre) avec un Happy end, puisque le couple inconciliable est enfin réuni.
J’ai d’ailleurs pour projet d’écrire une vraie comédie romantique, pas trop cucul mais en utilisant tous les passages balisés du genre, avec un vrai happy end avec baisers langoureux sur fond de feu d’artifice.
 
 
Actusf : Bojan Vukic réussit à rendre graphiquement ton scénario crépusculaire de superbe manière, que ce soit au niveau de l’ambiance, des personnages, et j’ai même l’impression qu’il s’améliore de plus en plus ! Vous avez d’autres projets en cours ou prévus ?
Stéphane Betbeder : Bojan est retourné vers d’autres cieux, mais il est entre de bonnes mains, c’est Sir Istin himself qui lui a concocté un scénario. Et d’après ce que j’en ai vu, il effectue une vraie évolution graphique. Bojan a un talent particulier pour les ambiances sombres, gothiques, expressionnistes et je serai heureux d’entamer une autre collaboration avec lui quand j’aurai un sujet sur mesure à lui proposer.
 
 
Actusf : Peux-tu nous parler également de tes autres projets ? 
Stéphane Betbeder : Dans la collection 1800, je prépare un dyptique avec Darko Perovic (dessinateur d’Alamo). Préférant réserver la surprise du concept, je peux juste vous dire qu’il s’agit d’un personnage très célèbre et d’une révélation inédite sur lui. Pas peu fier de cette série à venir ! Promis, je vous en dirai plus quand j’aurai contacté mes avocats et mes story tellers. (Actusf : Trop tard… Jean-Luc Istin a avoué…)
 
Toujours avec Jean Luc, le dernier tome d’une série concept de one-shots dont il est l’initiateur. Je le laisse en parler s’il veut en dire plus.
 
Dogma 2 et Inlandsis 2 viennent de sortir, je suis vraiment fier de ces deux albums et du mal à comprendre que ces séries n’aient pas trouvé leur lectorat. 
 
2021 la fin et Deep tome 2 à venir. En fait, je m’aperçois que je suis content de tous mes albums. En même temps c’est le minimum qu’on puisse demander à un auteur, non ? Donner le maximum, c’est le minimum requis, car le lectorat est volatile et difficilement acquis.
 
Et pour finir, une série à venir chez Glénat co écrite avec mon comparse Christophe Bec et dessiné par Pasquale Del Vecchio sur le milieu de la mode : Montefiore. A paraître en avril, il me semble. 
 
Voilà pour le moment, les projets signés et bien entamés. Il y en a quelques autres à venir dans des univers totalement opposés les uns des autres, mais en chantier, sur des piles sur le bureau ou dans des tiroirs attendant d’être exhumés. 
 
 
Questions à Stéphane Perger et Dobbs
 
Actusf : Alors les gars, je vous avais bien dit qu’on vous rattraperait ! Mazette ! On vous a gâté, une cellule rien que pour vous deux ! Bon reprenons, qu’est-ce que vous avez faits depuis votre évasion en juin 2012 ?
SP : Moi, personnellement, je me suis fait re-choper… Je ne cours pas très vite :-) Du coup, paf, au travail sur le tome 2 de Scotland Yard… Dobbs au fouet. 
 
D : Quant à moi, j’ai cherché pendant ces derniers mois le nouveau modèle de fouet pour Stéphane, il est devenu tellement exigeant… Par la suite, j’ai quelque peu disparu de la circulation afin d’errer en terres mexicaines pour la sortie du 2eme et dernier tome d’Alamo, parce que le thriller c’est génial, mais le western c’est terrible…
 
 
Actusf : J’aimerai pouvoir dire "alors heureux ?", ils sont contents de l’accueil de leurs projets pour le gang 1800 ?
SP : J’espère… Je n’ai subi aucune torture supplémentaire (bon, celle de bosser avec Dobbs étant déjà à la limite du soutenable), donc, je me suis dit que ça allait.
 
D : Personne ne nous a traqués comme des bêtes pour faire un autodafé du tome 1, les critiques ont plutôt été bonnes et les lecteurs assez contents de découvrir ces gens bizarres qui vouent leur énergie à poursuivre d’autres gens tordus.
 
 
Actusf : Sur quels projets machiavéliques travaillez-vous à l’heure actuelle ? D’autres projets tordus de prévu ?
SP : Pas ensemble avec Olivier pour l’instant, j’ai des choses en vue, pas spécialement avouables pour le moment. Je travaille toujours avec les comics outre-atlantique et pour l’édition "littérature" en illustration de couverture.
 
Les projets devraient se décanter après la réalisation du tome 2 de Scotland Yard, fin des planches prévue pour avril !
 
A bientôt en tout cas, certainement :-)
 
D : On verra si on se supporte de nouveau un de ces 4 avec Stéphane, mais j’ai peur d’avoir épuisé sa patience et sa bonhommie avec mes blagues et mes insultes. Pour ma part, je suis sur le tome 2 de Loki (Soleil) et le one-shot Bworker (Dofus Monster) chez Ankama. D’autres projets d’écriture sont dans l’air, pas seulement pour le monde de la BD, mais bon… je devrais te faire taire si tu en apprenais d’avantage.
 
 
Questions pour Sylvain Cordurié
 
Actusf : Bonjour Sylvain, je te propose de faire le point par rapport au Sherlockverse que tu es en train de développer.
Sylvain Cordurié : C’est vraiment parce que tu insistes… :)
 
 
Actusf : Commençons par La Mandragore : Pourquoi et comment as-tu eu envie de créer cette histoire ? Comment celle-ci va t-elle s’intervaler dans le Sherlockverse ?
Sylvain Cordurié : Basiquement, l’idée m’est venue quand je me suis intéressé à l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée, une société secrète créée à la fin du XIXe siècle. Ensuite, le récit s’est facilement mis en place. Disons que j’étais dans ma période « héroïne » avec Ravermoon et Lynn.
 
Les deux tomes de La Mandragore s’intercalent entre le deuxième et le troisième diptyque du détective version 1800. Pour info, nous reverrons Marcellus et Lynn dans la suite des aventures de Sherlock.
 
 
Actusf : Avant de passer aux Allées du Crime, je souhaiterai revenir sur un phénomène qui m’a intéressé : Le personnage de Moriarty, que l’on voit pour la première fois dans Sherlock Holmes et le Nécronomicon, et que tu mets en avant dans Crime Alleys. Au vu de l’histoire, je tiens à m’insuger : Comment ! Sherlock Holmes et Moriarty ne se sont pas rencontrés à la Brompton Academy en tant qu’élève et professeur d’escrime ? 
Sylvain Cordurié : Je n’ai pas vu Le Secret de la Pyramide. Mais après un tour sur Wikipédia, je peux répondre : non. :)
 
 
Actusf : Plus sérieusement à quel point t’es-tu amusé à reprendre la némésis d’Holmes, personnage qui, paradoxalement, n’apparaît qu’une fois et créé dans le seul but de mettre un terme aux aventures du grand détective ?
Sylvain Cordurié : C’est un classique… L’adversaire fait le héros, même si Sherlock Holmes existe sans Moriarty.
Je suis loin d’être un cas isolé. Nombre d’auteurs se sont intéressés au Professeur, tout simplement parce que c’est une expression séduisante du Mal. Et que sa part de mystère est grande. D’une certaine manière, tout est là, mais tout est à inventer.
 
Le défi avec Moriarty est à peu près le même qu’avec Sherlock Holmes. On a affaire à un homme particulièrement intelligent. Un génie du crime. Il faut donc être à la hauteur des fantasmes du lecteur. Pour moi, c’est un challenge excitant…
 
 
Actusf : Peux-tu nous dévoiler l’histoire de cette bd ? 
Sylvain Cordurié : L’idée, c’est de raconter l’enquête fondatrice qui a poussé Sherlock Holmes à épouser la carrière de détective conseil. En m’appuyant sur les arguments développés dans la série-mère. Et de montrer le début de l’opposition entre James Moriarty et Sherlock Holmes, en mettant l’accent sur l’ascension criminelle du premier.
 
 
Actusf : Avec ce Sherlock Holmes Crime Alleys, tu nous racontes Sherlock avant Holmes dans une histoire digne à la fois du Parrain, pour la description des activités de la famille Moriarty (l’un des tours de force et la grande réussite de cette bd), en mixant le tout avec polar et une fin - cliffangher qui fait très SF fin XIXe - début XXe (l’autre point d’orgue), comment t’es venu l’idée de mettre en oeuvre cette fusion de tous ces courants ?
Sylvain Cordurié : Je ne pouvais pas partir pour un récit fantastique avec Crime Alleys. Sherlock Holmes découvre les Vampires dans le premier diptyque. C’est une révélation pour lui. Donc, il me fallait trouver une autre façon de faire le lien avec la série principale. D’où une touche SF voisine de l’horreur. C’était le mélange parfait pour moi.
 
Pour le côté polar et famille criminelle, les influences sont multiples. Tu parles du Parrain. Pour en rester au grand écran, on pourrait citer Les Sentiers de la Perdition (il faudrait que je lise la BD, d’ailleurs) ou les films de James Gray qui m’ont marqué plus que d’autres.
 
J’avais aussi envie d’explorer une relation père/fils tumultueuse. Le sujet me fascine pour des raisons toutes personnelles.
 
 
Actusf : A l’heure actuelle, peux-tu nous en dire plus sur les autres séries propres à la collection 1800 et leur état d’avancement ? Où en sont tes projets secrets ?
Sylvain Cordurié : À la base, pour qu’un projet reste secret, mieux vaut jouer la carte de la discrétion. :)
Nous commençons le troisième diptyque avec Laci. Volontairement, j’en tais le titre… Ce que je peux dire, c’est que les trois diptyques forment un tout.
 
Parallèlement, je m’attaque à une nouvelle série s’inscrivant dans le Sherlockverse. Là encore, mystère.
 
Enfin, au-delà du troisième diptyque, j’ai des projets très précis pour le détective. Une nouvelle direction dont seul Jean-Luc Istin connaît le contenu…
 
 
Actusf : Avant de conclure, quelques mots sur tes autres projets ?
Sylvain Cordurié : Outre ceux évoqués ci-avant - et les suites des séries en cours - actuellement, je planche sur deux titres comics. Un format qui m’attire depuis toujours.
 
Je travaille aussi sur un one-shot. Et je vais tenter la BD humour/gag à la page, une expérience qui me faisait peur jusqu’à récemment, mais plus maintenant.
 
 
Actusf : Puisque tu as le mot de la fin, aurais-tu une belle phrase à déclarer avant qu’on te ramène à ta cellule ?
Sylvain Cordurié : Je pourrais avoir un double des clés ?
 

Bertrand Campeis