Dossier libraire : Critic à Rennes
de Eric Marcelin
aux éditions
Genre : Anticipation

Auteurs : Eric Marcelin
Date de parution : juin 2011 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Eric Marcelin

Les amateurs d’Imaginaire de Rennes ont de quoi assouvir leur soif de lire depuis plus de 10 ans avec la librairie Critic qui se partage également avec la bande dessinée.

Actusf : Quels chemins avez-vous suivis pour devenir libraire et vous occuper du rayon « Imaginaire » ?
Eric : J’ai fait un bac scientifique suivi d’un brevet professionnel de librairie. Je suis passé par tous les postes d’une librairie générale en passant par la pochothèque, le rayon universitaire pour terminer à la BD et la SF.
 
Actusf : Parlez-vous de votre librairie et de sa taille. Pouvez-vous nous la présenter ?
Eric : Elle est née en août 2000. La boutique n’est pas très grande : elle fait 55m² dont plus de la moitié est consacrée à la BD. Nous avons un rayon spécialisé dans les littératures de l’Imaginaire et une petite étagère polar.
 
Actusf : Comment choisissez-vous les titres que vous prenez en rayon ?
Eric : Pour ce qui est des traductions, généralement, comme nous suivons l’actualité VO, nous savons en général de quoi il s’agit ; une critique lue ici, une présentation lue là. De même, en suivant les blogs/sites des éditeurs, nous arrivons à avoir quelques informations qui font que l’on choisit tel ou tel titre. Si l’on ne connaît pas, on se fie au résumé, à la couverture, aux impressions ressenties lors de la présentation de notre représentant. Ce qui est sûr, c’est que c’est très variable et que l’on peut parfois se tromper. Après, pour le fond, on garde les livres que l’on aime et les livres qui ont un bon taux de rotation.
 
Actusf : Quels sont les titres qui fonctionnent le mieux ? Y a-t-il des genres qui se vendent mieux que les autres ?
Eric : Les titres qui fonctionnent le mieux sont ceux que l’on a aimés. Chez nous, le dernier Goodkind fait un flop. En revanche, Le Fleuve des dieux de Ian McDonald part bien (62 ex. au moment où j’écris ces quelques lignes). Quand on aimé un livre, on en prend une pile, on met des commentaires partout et il part. Quel que soit le genre, la couverture ou l’auteur.
 
Actusf : D’après vous, quelles sont les raisons qui font qu’un livre marche bien dans votre librairie ? Quelle est la part de votre conseil, de la couverture, de l’importance de l’auteur ou du « buzz » autour du livre ?
J’ai commencé à répondre à la question d‘avant. Si l’on n’a pas aimé le livre, il part d’abord sur le nom de l’auteur, ensuite sur la couverture et puis, pour tout un tas de raisons propres aux lecteurs ensuite. Mais dans notre cas, les lecteurs viennent pour avoir des conseils ; alors peu importe la couverture ou le nombre de prix reçus par le livre, ils prennent le livre que l’on a aimé et qui pourrait leur plaire, bien sûr. Il faut savoir que le grand public se fout de savoir que tel livre a gagné le GPI ou que tel autre a eu une bonne critique sur un site spécialisé. Le grand public ne connaît ni l’un ni l’autre. Par contre, quand il voit une pile de notre dernier coup de cœur avec dix commentaires, forcément là, il a envie d’ouvrir ce roman. Mais ce n’est pas si facile que l’on croit. On commence seulement à pouvoir le faire alors que la librairie vient de fêter ses dix ans. La confiance des lecteurs, c’est quelque chose qui se mérite ! Et qui est très long à se mettre en place…
 
Actusf : On parle souvent d’un déclin de la science-fiction par rapport à un essor de la fantasy. Avez-vous l’impression que c’est le cas ? Est-ce que la SF se vend moins bien ces dernières années ? Et la fantasy ?
Eric : Chez nous, les lecteurs veulent aussi plus de SF que de fantasy. Toutefois, la « SF d’action » se vend aussi très bien. Je crois que peu importe le genre finalement, la majorité des lecteurs veulent des livres de divertissement, du fun, de l’évasion.
 
Actusf : Avez-vous l’impression dans votre librairie que les acheteurs de bit-lit, de science-fiction et de fantasy sont les mêmes lecteurs ?
Eric : Franchement, nous avons arrêté de nous poser ce genre de questions ; l’autre jour, j’ai vu quelqu’un repartir avec le dernier Laurell K. Hamilton et Le Fleuve des Dieux. Le connaissant, il allait autant aimer l’un que l’autre. Certaines personnes lisent exclusivement de la fantasy, d’autres de la SF. Mais, comme dit plus haut, la plupart des lecteurs se moquent des genres si le livre qu’ils ont entre les mains les « piègent » au bout de dix pages et ne les lâchent pas avant la fin. Encore une fois, je ne peux parler que pour le public de la librairie et je ne sais pas s’il en est de même ailleurs.
 
Actusf : On parle parfois de séparer dans les rayons la science-fiction et la fantasy. Etes-vous pour ou contre ? Et pourquoi ?
Eric : Contre. «  La fantasy, c’est de la SF avec des boulons  ».
 
Actusf : Comment voyez-vous la multiplication des titres et des éditeurs ? Est-ce que cela est un problème pour vous ?
Eric : En tant que librairie, j’ai un problème de place. Dans les faits, je ne prends pas toutes les nouveautés. Pour les petits éditeurs, étant nous-mêmes à ranger dans cette catégorie, nous suivons les titres de Griffe d’encre, d’Argemmios ou de Rivière blanche. Mais, en tant que lecteur, je pense que l’on vit un âge d’or ; je n’ai pas assez de temps pour lire tous les bons livres.
 
Actusf : Comment gérer-vous votre « fonds » ? Arrivez-vous à avoir du fonds dans votre librairie ?
Eric : Bien sûr. Le fonds, c’est ce qui nous différencie des autres librairies. Dans mon rayon SF, il y aura toujours du Tevis ou du Coney. Depuis peu, nous essayons d’augmenter ce stock et surtout de continuer à avoir nos gros gros gros coups de cœur en pile. Nous avons encore une pile de Gagner la Guerre, du Chant du Barde ou des Mensonges de Locke Lamora. Un livre n’a pas de durée de vie limitée ; pourquoi une mauvaise nouveauté devrait nécessairement chasser un excellent vieux livre ? Aucune.
 
Actusf : Votre métier a-t-il évolué ces dernières années ? Qu’est-ce qui a changé ?
Eric : La gestion des stocks, les flux de plus en plus importants à mesure que la librairie est devenue plus importante et que le nombre de nouveautés a augmenté.
 
Actusf : Quelles ont été les meilleures ventes en 2010 ?
Eric : 1°) L’Empire Ultime. 2°) Le Fleuve des Dieux 3°) Kalix. Après, dans le désordre : Les Petites Fées de New York, Gagner la Guerre, Le Déchronologue, Le Nom du Vent, Chien du Heaume, Léviathan, Sous des cieux étrangers, etc.
 
Actusf : Quels ont été vos derniers coups de cœur de lecteur ?
Eric : En ce début d’année 2011, mon gros gros coup de cœur, c’est Dead Kennedy de Sean Stewart. Et puis, là aussi dans le désordre, Frey de Chris Wooding, La Folie des Anges de Kate Griffin, Planètes à Louer de Yoss, Grendel de John Gardner, Le Passage de Justin Cronin, et plein d’autres encore… 

Jérôme Vincent