Elric et la porte des mondes
( 1 )
de Richard Comballot
aux éditions Fleuve noir
Genre : Fantasy

Auteurs : Daniel Walther , Pierre Bordage , Richard Canal , Eric Cervos , Fabrice Colin , Patrick Eris , Darek Erthal , Jonas Lenn , Christian Leourier , Xavier Mauméjean , Jean-Manuel Moreau , Pierre Pevel , Yves Ramonet , Léa Silhol , Jean-Pierre Vernay , Christian Vilà , Jacques Barbéri
Couverture : Guillaume Sorel
Anthologiste : Richard Comballot
Date de parution : mai 2006 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Anthologie
Nombre de pages : 450
Titre en vo : 1
Cycle en vo : Guin Saga

Lire tous les articles concernant Daniel Walther ou Jacques Barbéri

Les meilleurs plumes de la fantasy française rendent hommage au prince Albinos et à son épée noire

Richard Comballot nous a habitué à de très bonnes anthologies comme Les Ombres de Peter Pan, Mission Alice ou encore Icares 2004 toutes les trois publiées aux éditions Mnémos. Ce nouvel ouvrage est de nouveau centrée sur un personnage en particulier. Et quel personnage ! Héros incontournable de la fantasy, Elric a marqué son temps mais aussi des milliers de fans. Un film est même en préparation sous la houlette des frères Weitz. Alors, il était temps que des auteurs français rendent hommage au prince albinos et à son créateur : Michael Moorcock qui fait la préface de cette anthologie et revient sur Elric et ses aventures.

21 nouvelles du loup blanc

La force de cette anthologie c’est que les aventures du nécromancien se prêtent très bien au format de la nouvelle car les premières histoires écrites par Moorcock appartenaient à ce registre. C’est un véritable plaisir de retrouver notre héros dans son combat contre les forces de l’Ordre même s’il n’est qu’un pion d’Arioch.

Cette anthologie s’ouvre sur une histoire qui se passe avant Elric des Dragons, le soir des funérailles de son père Sadric et qui se finit avec une nouvelle qui fait suite à Stormbringer. Les dix neuf autres nous relatent des aventures à différentes périodes de la vie du prince déchus de Melniboné. Certains auteurs comme Johan Heliot vont même jusqu’à se réapproprier le personnage et le transposer à notre époque. Il devient alors un guitariste des années 60 dont le fidèle compagnon est un journaliste du nom de Mike Moore. Quant à Jacques Barbéri, il s’offre le luxe d’incorporer Elric à l’univers de son dernier roman, Le crépuscule des chimères

Même si toutes les nouvelles ne sont pas du même niveau, dans la plupart d’entre elles le personnage d’Elric est bien respecté, et même si Stormbringer prend d’autres apparence, elle à toujours la même fonction. On apprend ainsi qu’en 1888, un personnage au teint laiteux et aux yeux rouges traînait dans les bas fonds du quartier de Whitechapel, à Londres en Angleterre. Il avait été envoyé là par Arioch pour accomplir une mission (Les seigneurs de la firme d’Ayerdhal & Eric Cervos). On va le voir aussi lutter contre une armée d’anges que le Très Haut à envoyée pour exterminer une race d’hommes engendrée par Qayin le meurtrier (Qayin de Xavier Mauméjean). D’autres auteurs comme Fabrice Colin ont choisi de s’intéresser à Melniboné plutôt qu’à Elric. L’occasion pour les lecteurs de mieux apprécier l’univers dans lequel évolue le Loup Blanc.

Malgré la notoriété d’Elric, certains auteurs n’ont pas sut capter l’essence même du personnage et lorsqu’on le retrouve au sein d’une réalité virtuelle en train d’exterminer tout le monde, on a du mal à y croire car cette pale copie ne ressemble pas au seigneur des dragons que l’on connaît. Il lui manque son coté tourmenté (La dernière conquête du Loup Blanc de Pierre Stolze). On trouvera aussi dans ce recueil des histoires nous relatant de nouvelles conquêtes amoureuses et d’autres batailles qu’il a menées contre l’Ordre au service du Chaos. Ce qui apporte peu d’intérêt au personnage.

Un pari audacieux

En s’attaquant à ce mythe fondateur de la fantasy, je parle du personnage d’Elric bien sûr, Richard Comballot et la vingtaine d’auteurs français relèvent un sacré défi. En effet il n’est pas aisé de savoir capter l’essence du personnage qui n’a, comme limites, que celles données par son créateur : Michael Moorcock. En clair avant de pouvoir cerner le prince aux yeux rouges, il faut cerner Moorcock. Ce qui n’est pas à la portée de tout le monde.

Ce qu’il faut savoir avant tout c’est que Richard Comballot a obtenu l’aval du père d’Elric pour sortir cette anthologie. Dans sa préface Moorcock est fier de parrainer ce recueil car il estime que les français, auteurs et lecteurs, savent apprécier à sa juste valeur son personnage fétiche. En lisant ces nouvelles, certain vont s’écrier : "sacrilège on a touché au saint des saints !". Mais c’est oublier qu’en fait Elric est un personnage en constante évolution, puisqu’il est le reflet de la pensée de son auteur. Libre à chacun de se l’approprier tout en restant fidèle à l’image du Loup Blanc. La puissance du Multivers est tel qu’il peut apparaître n’importe où dans l’espace-temps. Voici une anthologie qui va ravir les fans d’Elric et qui apporte une nouvelle pierre à l’édifice qu’est justement le Multivers de Moorcock.

Pierre Demetz