Emblèmes Hors-série n°2 (Les Fées)
( Emblèmes Hors-série 2 )
de Léa Silhol
aux éditions L’Oxymore
Genre : Fantastique

Auteurs : Armand Cabasson , Charles de Lint , Estelle Valls de Gomis , Benoît Geers , Franck Ferric , Liz Williams , Karim Berrouka , Justine Niogret
Couverture : Amandine Labarre
Anthologiste : Léa Silhol
Date de parution : octobre 2004 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Anthologie
Nombre de pages : 1
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Armand Cabasson ou Charles de Lint

Bien mais pas indispensable

Dans son exploration des genres de l’imaginaire, Emblèmes s’attaque dans ce numéro hors série aux fées. Un thème pas tout à fait nouveau pour Léa Silhol et les éditions de l’Oxymore puisqu’on se souvient qu’elle avait dirigé avec une certaine réussite l’anthologie Il était une fée il y a quelques années.

Peu de noms connus.

Pour nous emmener sur les territoires de la féérie, Léa Silhol a choisit essentiellement des auteurs encore assez peu connus en fantasy. En parcourant le sommaire, seul le nom de Charles de Lint dira quelques choses aux habitués d’Emblèmes ou de feu Asphodales. On a déjà aperçu également Estelles Valls de Gomis ou bien encore Armand Cabasson au sommaire de certaines anthologies. Pour le reste, une large place est laissée à la découverte.

Dans le meilleur, on citera Fée d’Hiver de Franck Ferric, une jolie histoire de fées agrafées sur des cartes de Noël (c’est de saison), Art d’Armand Cabasson avec une fée qui embrase le cœur de deux hommes, ou bien encore la rigolote nouvelle Les tribulations de Pépé le Gnome en Féérie de Tepthida Hay (le nom résume à lui seule l’histoire). Le texte le plus remarquable est sans doute celui de Charles de Lint avec une jeune adolescente qui voit des choses qu’elle ne devrait pas voir. Des choses magiques et féériques…

Pas désagréable

Ce deuxième numéro hors série d’Emblèmes laisse une impression mitigée à sa lecture. Les textes sont dans l’ensemble de qualité et plutôt agréables à lire. Simplement il manque un rien de force ou de folie à certaines nouvelles pour en faire de petits bijoux. Résultat un sommaire plutôt homogène avec des textes " sympathiques " ou " gentillets " mais sans plus. Il n’y a pas une ou deux nouvelles d’exception qui aurait permis de faire de cette anthologie un ouvrage incontournable pour les amateurs de Féérie. Un regret pour les habitués des éditions de l’Oxymore même si dans l’ensemble, le résultat est tout à fait honorable. Nul doute que les lecteurs y trouveront du plaisir. Une graine de folie supplémentaire aurait été appréciable.

Jérôme Vincent