Epic
de Conor Kostick
aux éditions Bayard Jeunesse ,
collection Divers Littéraire 12 ans et +

Auteurs : Conor Kostick
Traduction : Danièle Laruelle
Date de parution : février 2011 Inédit
Langue d'origine : Anglais UK
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 466
Age minimum : 12 ans
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Conor Kostick

La chronique écrite de Darius, 13 ans.

L’auteur
 
Conor Kostick est né le 26 juin 1964 dans le Cheshire en Angleterre. Conor Kostick enseigne l’histoire médiévale au Trinity Collège de Dublin. Il participe aussi à la rédaction des journaux irlandais « Socialist Worker » ainsi que « Journal of Music in Ireland ». Il a écrit de nombreux articles a sur l’histoire, la politique ainsi que plusieurs livres dont Saga ou The Book of Curses.

L’histoire
 
Après une guerre sans précédent, la terre a été détruite et toute violence interdite. L’espèce humaine s’est réfugiée sur une planète lointaine où les dirigeants ont construit une société basée sur la non-violence. Tout repose sur un jeu virtuel dans lequel chaque habitant possède un avatar visuel qui, lui peut faire usage de la violence pour les règlements de compte, ou pour les quêtes qui peuvent rapporter beaucoup d’argent. 
 
Erik, un jeune homme de 14 ans, participe avec ses amis au tournoi annuel d’Epic qui déterminera sa place dans la société. Grâce à son avatar, Cindella (une jeune aventurière, agile et astucieuse) Erik perçoit les failles du jeu. 
 
Avec ses amis, il combattra des dragons, s’alliera avec un vampire, combattra l’institut et provoquera la plus grande guerre qui rassemble tous les joueurs, mais son but principal reste de libérer son père de l’Institut.
 
Mon avis
 
J’ai beaucoup aimé ce roman, car j’aime la perspective d’un monde basé sur un jeu virtuel. De plus, j’adorerais avoir mon propre avatar dans le jeu.
 
 Le personnage d’Erik est celui que je préfère, car c’est un meneur capable d’écouter les autres. Enfin son ingéniosité, son sang-froid et sa stratégie me plaisent.
 
Je suis vite rentré dans le livre et j’ai aimé la façon dont le livre était écrit. 
 

Marc Alotton


chroniqueur(se) ado.