Fantaisies meurtrières
( Green Manor 3 )
de Denis Bodart et Fabien Vehlmann
aux éditions Dupuis ,
collection Expresso
Genre : Fantastique
Sous-genres :
  • Humour

Scénariste : Fabien Vehlmann
Dessinateur : Denis Bodart
Couleurs : Denis Bodart
Date de parution : mai 2005 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Denis Bodart ou Fabien Vehlmann

Petites douceurs noires…

Cela fait maintenant quelques années qu’entre leurs différents projets Fabien Vehlmann et Denis Bodart nous livrent les épisodes de cette série atypique. Green Manor nous entraîne dans le quotidien de gentlemen anglais aimant vivre ou raconter des histoires de meurtres toutes plus affreuses les unes que les autres. Un humour noir distillé au fur et à mesure des petites histoires composant le sommaire de chaque album et dont voici le troisième volume

Cinq petits contes… sanglants

Comme ils nous y avaient habitué dans les deux premiers tomes de Green Manor, Fabien Vehlmann et Denis Bodart nous proposent cinq petits contes sanglants dans l’Angleterre Victorienne. Le premier récit (Fin de partie) raconte comment un homme tétraplégique parvient à se venger de sa femme et de son amant. Le second (Petite musique du crime) met en scène un personnage sulfureux qui a un étrange don pour tuer. Dans la tête de William Blake nous montre comment la psychologie et l’angoisse peuvent être plus meurtrières que la violence physique. Pour Duel au sommet, deux gentlemen chasseurs vont se lancer l’ultime défi : se chasser l’un l’autre pour déterminer qui est le meilleur des deux… Pour terminer Le Testament nous plonge dans une famille dont le père met de sérieuses conditions à son testament pour forger le caractère de ses enfants.

Machiavélique ou absurde.

Les histoires de Green Manor sont en général de deux types. Soit elles sont terriblement machiavéliques et l’on admire l’esprit tordu des auteurs, soit elles se terminent de façon absurdes, nous arrachant parfois un sourire. Au final la lecture de ce troisième tome n’est, comme pour les deux premiers, pas désagréable. On passe un bon moment, se glissant avec plaisir dans les dessins classiques de Bodart, appréciant les bons scénarios (toutefois parfois inégaux entre les histoires) de Vehlmann. Pas de quoi s’enthousiasmer ! Mais pas de quoi non plus jeter l’album ou la série aux oubliettes. La série mérite sa place dans votre bibliothèque si vous appréciez l’humour noir…

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.