Feux croisés
de Nancy Kress
aux éditions Fleuve noir ,
collection Rendez-vous ailleurs
Genre : SF

Auteurs : Nancy Kress
Couverture : Alain Brion
Traduction : Florence Dolisi
Date de parution : mai 2009 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 384
Titre en vo : Crossfire
Parution en vo : 2003

Lire tous les articles concernant Nancy Kress

Un roman très moyen

Nancy Kress est née en 1948. Après avoir enseigné durant plusieurs années, elle se consacre à l’écriture. Elle a obtenu trois prix Nebula pour ses nouvelles, dont l’une, Beggars in Spain a également raflé le prix Hugo. Elle écrit en général des histoires concernant un futur proche plausible avec des technologies réalistes. Ses thèmes privilégiés sont le génie génétique et à un degré moindre l’intelligence artificielle.

Direction les étoiles

Un groupe de colons d’horizons très divers s’installent sur une planète très éloignée de la Terre. On y trouve les organisateurs de ce voyage ainsi que leurs familles, un groupe de quakers, une famille royal arabe, des Cheyennes, des chinois… un assemblage hétéroclite qui ne tarde pas à voler en éclat lors de la confrontation avec des créatures extraterrestres.

Un roman dispensable

Ce planet-opera partait d’une idée somme toute classique en science-fiction : confronter des humains d’origines différentes à un environnement nouveau, et imaginer leurs réactions face à des entités différentes. Mais les différents protagonistes mis en scène sont trop caricaturaux pour être crédibles et leurs réactions donnent l’impression d’obéir à un schéma préétabli ; le tout est prévisible et les différences culturelles entre les différents groupes ne sont pas mieux mises en scène. Chaque groupe est un catalogue de clichés et l’auteur ne cherche pas à voir au-delà. Ils ne servent que de faire-valoir pour le déroulement de l’intrigue.

Intrigue qui culmine avec la rencontre des extraterrestres : là encore, le développement de ces entités censées différentes est simpliste, leurs réactions sont trop anthropomorphes et sans véritables surprises. On a ainsi des extraterrestres qui ne sont finalement que le miroir des pensées des protagonistes, ce qui explique sans doute leur aspect là encore caricatural. La suspension d’incrédulité ne fonctionne pas ici, on ne croit pas un instant à ces personnages et aux situations proposées.

Ce roman reste lisible — Nancy Kress sait raconter une histoire — mais le traitement de l’intrigue et des personnages est trop caricatural et stéréotypé pour emporter l’adhésion.

Tony Sanchez