Filien
( Les Quatre Princes de Ganahan 3 )
de Tony Valente Pereira et Raphaël Drommelschlager
aux éditions Delcourt ,
collection Terres de Légendes
Genre : Fantasy

Scénariste : Raphaël Drommelschlager
Dessinateur : Tony Valente Pereira
Couleurs : Elsa Brants
Date de parution : septembre 2006 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo : 1

Lire tous les articles concernant Tony Valente Pereira ou Raphaël Drommelschlager

Surprenant

Né en 1971 à Toulouse, Raphaël Drommelschlager a d’abord commencé par des études en dessins animés (Les Gobelins) avant de se diriger vers la BD et les éditions Delcourt avec Les Voyages de Kaël. Pour Les Quatre Princes de Ganahan, il est accompagné par un tout jeune dessinateur de vingt ans, Tony Valente Pereira qui signe là son premier album.

Ils ont échoué

Filien et son ami Galin ont échoué. Ils n’ont pas réussi à réunir les quatre clefs qui auraient pu empêcher la prochaine collision entre les trois planétins (des royaumes en suspension dans le ciel). Un échec qui va se solder par la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes. Autant dire qu’ils ont le moral dans les chaussettes. Dans ce tableau particulièrement sombre, ils parviennent pourtant à s’échapper de leur prison. Mais est-ce qu’ils leur restent le temps d’essayer de changer les choses ?

Surprenant

Au début de la série, on imaginait avoir affaire à un cycle classique de fantasy. Certes l’univers était original mais la quête des quatre clefs pour sauver le monde sentait le réchauffé. Et puis le scénario a sérieusement déraillé surprenant autant les héros que les lecteurs. Pour une fois, ils ont perdu (du moins pour l’instant) et l’une des personnages principale est décédée. Du coup, on est assez curieux de savoir comment les deux auteurs vont parvenir à retomber sur leurs pieds pour nous offrir un happy end qui malgré tout semble inéluctable. Côté dessin, la ligne claire de Tony Valente Pereira est précise et agréable sans être ébouriffante. Du travail sérieux et bien fait avec de jolies couleurs pour mettre en valeur les planches de l’album. Vivement la suite.

Jérôme Vincent