Galaxies Nouvelle Série 3
( Galaxies Nouvelle Série 3 )
de David Rea et Steven Pirie
aux éditions Galaxies
Genre : Anticipation

Auteurs : David Rea , Steven Pirie , Roberto Bayeto , Jean-Michel Calvez , Alain Le Bussy , Jean-Louis Trudel
Couverture : Boris Joly-Erard
Rédaction : Pierre Gévart
Date de parution : février 2009 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Revue
Nombre de pages : 192
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant David Rea ou Steven Pirie

Une revue qui continue à se (re)construire...

Galaxies continue sa mue. Après l’arrêt de la version de Stéphanie Nicot il y a presque un an, la nouvelle équipe poursuit la renaissance de la revue autour de Pierre Gévart, déjà responsable du fanzine Géante Rouge et du prix Pépin dédié aux short short stories. Les deux premiers numéros de Galaxies Nouvelle Série ont reçu un accueil plutôt mitigé, la faute aux coquilles et aux imperfections qui les émaillaient et marquaient une grosse différence pour les lecteurs de l’ancienne mouture. La faute également à un manque de nouvelles fortes. Jusqu’ici les sommaires ont été au mieux sympathiques, mais sans (encore) de grands récits marquants. Voici donc le troisième numéro avec comme moment clef un dossier sur Xavier Mauméjean, et en prime les bonnes feuilles de son roman jeunesse chez Mango : La Guerre Spéciale et une interview passionnante. 


Un sommaire étonnant... 

Si aucun grand nom de la sf mondiale n’est au sommaire de ce numéro 3 de Galaxies, on y trouve trois auteurs inconnus (ou quasi-inconnus) jusqu’ici. Tout d’abord Shane Tourtelotte, un écrivain américain de science fiction, qui signe ici Famille Élargie, une jolie nouvelle sur la numérisation des personnalités. Une famille accueille sur son petit réseau informatique personnel une version numérique du grand père qui vient de mourir. C’est pour eux comme s’il s’installait à leur domicile, ce qui pour un des enfants ne sera pas facile à accepter. Si le message est difficile à saisir, l’idée de base est plutôt intéressante et bien traitée. Même conclusion pour Le Marché des ombres de Roberto Bayeto Carballo, un auteur espagnol qui met en scène un trafiquant d’armes particulièrement cynique dans un monde légèrement futuriste et livré à la violence. Autre découverte du sommaire, Steven Pirie, un auteur anglais qui donne plutôt dans la nouvelle sciencefictionnesque rigolote avec Le Guide du dragueur en apesanteur. Le titre donne déjà le ton de l’histoire.

De l’humour également, mais plutôt noir pour Petit pont Massacreur de David Réa, lauréat du prix Infini 2008, un récit dans un univers dans lequel tout est régit par le hasard, de l’accession sociale au mariage. Et puis toujours côté francophone, les deux derniers textes sont signés Jean-Louis Trudel, un québécois qui raconte le récit d’un monde où la démocratie est devenu mondial via internet, chacun pouvant voter par le web. Le résultat est une préoccupation plus grande de l’égalité sociale et de la nature. Sans doute faudrait-il plus qu’une simple nouvelle pour explorer toutes les conséquences de cette idée qui a du potentiel. Enfin Jean-Michel Calvez revisite l’arrivée des extraterrestres sur Terre avec Méduses

… mais pas pleinement convaincant

Si le niveau global est correct, il manque à ce numéro 3 de Galaxies, comme pour les deux premiers, un texte qui illumine véritablement le sommaire. Une nouvelle qui puisse faire l’unanimité. Et la conclusion est la même sur l’ensemble du numéro... La revue est globalement en voie d’amélioration, la partie critique étant plutôt bonne et les coquilles moins nombreuses même si elles subistent (on notera quand même la présence fantôme de Frédéric Chaubet dans le sommaire des nouvelles...). Work in progress en quelque sorte même si l’on attend beaucoup plus d’une revue du renom de Galaxies. Pour l’heure elle n’a pas encore retrouvé son lustre d’antan. Espérons que cela vienne... Pour Galaxies et la science fiction en France.

Jérôme Vincent

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.