Ghost War - Tome 1 : l’aube rouge
de Stephano Martino et Jean-Pierre Pécau
aux éditions Soleil
Genre : Science Fiction

Scénariste : Jean-Pierre Pécau
Dessinateur : Stephano Martino
Date de parution : mai 2018 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 48
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Stephano Martino ou Jean-Pierre Pécau

Un duo dynamique ?

Les amateurs connaissent bien Jean-Pierre Pécau, qui anime la série Jour J chez Delcourt en compagnie de Fred Duval et Fred Blanchard. Ancien rôliste, on lui doit la série Paris Maléfices et Wonderball, entre autres.

Quant au dessinateur Stefano Martino, il a été remarqué pour son travail aux Etats-Unis chez IDW sur Docteur Who et chez Soleil sur les séries Nosferatu, Oracle ou Les divisions de fer. Ce duo récemment formé nous propose L’aube rouge, premier tome de la série Ghost War, reste à savoir si c’est prometteur… Ou pas.

 

Très loin dans le grand nord…

 

Terry travaille sur une plateforme au large de la mer de Barents, de plus en plus accessible grâce au réchauffement climatique. Lui et ses collègues sont attaqués et massacrés par des hommes cachés dans des Bots, sorte de mécharobots. Terry, qui a aussi un bot dont il se servait pour aller forer, s’enfuit avec le sien et gagne un village paumé sur la côte.

Les bots y ont aussi débarqué, massacrant les résistants et laissant les autres en vie, tant qu’ils ne représentent pas une menace. Terry rencontre Lida, une serveuse. Les deux ont en commun de ne pas vouloir se laisser faire mais est-ce que ce sera suffisant contre ces envahisseurs ? Et pour qui travaillent ces derniers ?

 

Et après ?

 

L’aube rouge ouvre beaucoup de portes mais apporte peu de pistes : sommes-nous devant une invasion extraterrestre ? Un vaste complot ? Un règlement de comptes entre multinationales ? Au niveau du scénario, on avance tambour battant, l’action prime et c’est efficace.

D’un point de vue graphique, le découpage de Stefano Martino convainc mais le dessin pêche un peu : le trait est parfois schématique, vite exécuté (Martino a-t-il travaillé par ordinateur ?). On espère un meilleur rendu sur le deuxième tome.

 

Sylvain Bonnet