Gueule de Truie
de Justine Niogret
aux éditions Critic
Genre : SF
Sous-genres :
  • Post apocalyptique

Auteurs : Justine Niogret
Date de parution : février 2013 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 253
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Justine Niogret

Un roman postapocalyptique de Justine Niogret, sec, sans espoir et pourtant étrangement envoûtant...

Jusqu’ici on connaissait surtout Justine Niogret pour son diptyque de fantasy : Chien du Heaume et Mordre le bouclier, en attendant la sortie de Mordred prévue en août de cette année. Des débuts qui lui ont valu une flopée de prix : GPI, Imaginales et Elbakin.net. La voici de retour avec cette fois un roman post-apocalyptique.
 
Après l’apocalypse.
 
De l’humanité, il ne reste plus grand-chose après l’apocalypse. Gueule de Truie est un combattant à qui l’on demande de détruire, torturer et tuer, et surtout de ne pas réfléchir. Il est au service des Pères de l’Église qui veulent finir ce que l’apocalypse a commencé.
 
Le changement commence lorsqu’il rencontre une jeune femme lors d’une mission. Tout est étrange chez elle. Et étonnamment elle le touche plus qu’il ne veut lui même l’avouer, au point pour lui d’abandonner, un peu, la violence qui fait son quotidien.
 
Sec comme le béton. 
 
Gueule de Truie est un roman âpre et sec. L’humanité est en pleine déliquescence, les derniers survivants s’entretuant allègrement pour tenter de survivre dans des décombres. Même le langage est en pleine régression. Et quand les deux protagonistes se rencontrent, on n’a jamais vraiment l’espoir que cela puisse se finir bien. Entre eux existe une tension que l’on sent pouvoir se briser à tout moment. Gueule de Truie n’a pas appris à aimer, à écouter, à réfléchir et la tentation d’avoir recours à la violence est permanente lorsqu’elle le bouscule un peu trop.
 
S’il n’y a rien de riant dans ce roman, il possède cette sorte de charme sauvage qu’ont les livres du même genre. On pense à Thierry Di Rollo ou à La Route de Cormac McCarthy. Il y a quelque chose d’envoûtant dans ces récits de fin du monde laissé à la violence et au désespoir. La sécheresse même de l’ensemble est intéressante. Pas forcément agréable ou confortable à lire, mais attirante. Pour cette raison, Gueule de Truie est un roman qui parvient à nous accrocher d’un bout à l’autre. Objectif atteint.

Jérôme Vincent