I Kill Giants
de Ken Niimura et Joe Kelly
aux éditions HiComics
Genre : Fantastique

Scénariste : Joe Kelly
Dessinateur : Ken Niimura
Traduction : Philippe Touboul
Date de parution : mai 2018 Inédit
Langue d'origine : Anglais US
Type d'ouvrage : Album
Nombre de pages : 184
Titre en vo : I Kill Giants
Parution en vo : 2008

Lire tous les articles concernant Ken Niimura ou Joe Kelly

« A ceux qui combattent leurs propres géants. Vous êtes plus forts que vous ne l’imaginez. »

Joe Kelly est un scénariste américain de comics. On lui doit de nombreux travaux pour Marvel et DC, entre autres. I Kill Giants est un projet beaucoup plus personnel, sur lequel il est accompagné par Ken Niimura aux dessins. D’origine à la fois espagnole et japonaise, il a aussi beaucoup voyagé, et ses dessins sont à la croisée de multiples influences.

Une adolescente face aux géants

Barbara Thorson est une collégienne solitaire à la langue bien pendue, ce qui lui vaut pas mal d’ennuis avec les professeurs et nombre de passages par le bureau du directeur… mais peu importe, car elle doit protéger la ville contre les géants, du moins c’est ce qu’elle prétend.

Elle s’attelle quoi qu’il en soit à la tâche avec beaucoup d’abnégation, mais est-ce qu’elle ne se contente pas de fuir la réalité ?

Un petit bijou de justesse et de sensibilité

Il existe des livres qui marquent durablement. I Kill Giants fait partie de ces quelques chefs-d’œuvre qui vous restent en mémoire pour longtemps, et qui vous remuent au plus profond de vous-même. Le type de récit universel qui fait vibrer une corde sensible chez tous les lecteurs - pour preuve, il a déjà été récompensé aux Etats-Unis, en Italie et au Japon. J’ai pour ma part été profondément ému par cette très belle histoire de Joe Kelly, merveilleusement mise en scène par Ken Niimura aux dessins.

Ce récit poignant tout empreint de mélancolie offre une réflexion juste et pleine de sensibilité sur des thèmes aussi difficiles que la mort et le deuil, et la façon dont l’imaginaire et l’imagination permettent de traverser les épreuves de la vie, et d’en ressortir plus fort. L’usage du noir et blanc apporte une dimension supplémentaire au récit, matérialisant par les jeux de lumière et de contrastes les émotions (rage, dépit, joie, peur…) qui traversent Barbara.

Le film Chasseuse de géants, réalisé par Anders Walter, reprend quant à lui fidèlement la trame et l’esprit du comics (Joe Kelly a écrit le scénario, ce qui évite les mauvaises surprises). Rarement un film aura été à la fois aussi personnel que proche de l’original. Les acteurs jouent juste, la mise en scène est parfaite et on ressent les mêmes émotions qu’à la lecture du livre.

I Kill Giants est une oeuvre forte qu’on ne peut que vous recommander, tant dans sa version dessinée que filmique. Foncez, vous ne serez pas déçus !
 

Tony Sanchez