ITW Xavier Mauméjean à la rentrée 2012
de Xavier Mauméjean
aux éditions
Genre : Actes de colloque

Auteurs : Xavier Mauméjean
Date de parution : 0000 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Xavier Mauméjean

Xavier Mauméjean dirige Pandore chez Le Pré aux clercs, une toute nouvelle collection young adult dont les premiers titres sont attendus pour novembre.

Actusf : Comment est née l’idée de cette nouvelle collection au Pré aux Clercs ?
Xavier Mauméjean : Aux Imaginales, il y a un peu plus d’un an. Avec Carola Strang et Isabelle Lerein, nous avons posé d’entrée deux impératifs : définir un projet de collection qui ne se trouvait pas encore sur les rayons des libraires ; publier des romans de qualité, écrits par des auteurs aguerris ou de nouvelles plumes. Pandore associe les deux. Elle propose la première collection de fantasy francophone à destination du lectorat young adult
 
 
Actusf : Est-ce que l’idée de travailler vers un public young adult a changé tes attentes en tant que directeur de collection ?
Xavier Mauméjean : Incontestablement. D’ailleurs, le virage était déjà pris dans les derniers titres parus chez Mango, comme La Dernière Flèche de Jérôme Noirez ou L’Apprentie de Merlin de Fabien Clavel. Reste à savoir ce que l’on désigne par young adult. Contrairement à ce que l’on entend ici ou là, ce terme n’entretient aucun rapport avec le qualificatif de « Young Person » apparu dans l’Angleterre victorienne pour désigner l’état d’enfance et sa littérature. Sur « la création de l’enfance » en Angleterre, André-François Ruaud peut vous en parler durant des heures…
Young adult est une notion apparue après l’émergence du phénomène, pour désigner ce que l’on devait constater a posteriori. A savoir un phénomène non prévu, ni prémédité, apparu avec Harry Potter, pour faire simple, et qui a pris tout le monde un peu par surprise. Jusqu’alors, chaque tranche d’âge avait ses livres. Avec J. K. Rowling, et par la suite Twilight de Stephenie Meyer, sont apparus des romans et séries qui rencontraient l’enthousiasme de tous. Enfants, adolescents, adultes. Voilà ce que l’on entend par young adult.
Pandore s’adresse à ce lectorat, en privilégiant deux axes : une collection de romans écrits par des auteurs francophones ; et de la fantasy francophone (certains romans se passent donc en France), héritière de la tradition d’aventures fondée par Jules Verne et Alexandre Dumas, qui se passe ici et maintenant
 
 
Actusf : Les nouvelles en provenance des librairies ne sont pas toujours bonnes en ce moment. Est-ce que vous en avez tenu compte dans le lancement de la collection ?
Xavier Mauméjean : Comme disait Pindare : « Pourquoi s’asseoir à l’ombre et consommer en vain une vaillance ignorée ? » Certes, on a connu franchement mieux. Raison de plus pour ne pas baisser les bras, se contenter de la routine. Regarde le Belial’, une petite structure indépendante, donc plus à même d’être exposée, qui pourtant ne varie pas le cap fixé dès sa création, l’accommode avec prudence mais persiste à publier de la qualité en ces temps difficiles. 
 
 
Actusf : Parlons des trois premiers titres. Comment les as-tu choisis ?
Xavier Mauméjean : Je ne les ai pas choisis, aucun des textes n’existait avant le lancement de la collection. Ils ont été écrits pour elle.
 
 
Actusf : Parmi les trois titres, il y a La Dernière Lame d’Estelle Faye, qui est cette auteure dont c’est le premier roman ?
Xavier Mauméjean : J’avais repéré sa nouvelle publiée par Sébastien Guillot (rendons à César…) dans l’anthologie sur les Dragons, éditée chez Calmann-Lévy. Je pense qu’Estelle Faye est l’une des prochaines grandes voix de l’imaginaire en France.
 
 
Actusf : Le monde imaginé par Estelle Faye se meurt à cause de la montée des eaux. A quels autres romans fait-il penser ? Peux-tu nous présenter son histoire ?
Xavier Mauméjean : Estelle Faye vient du théâtre et du cinéma. Elle est comédienne et a eu un prix du scénario à Cannes, catégorie courts métrages. Son écriture est très cinématographique. C’est pourquoi je penserai plutôt à des films que des romans. Alors rassure-toi, pas Waterworld, mais plutôt La Chair et le sang dans une Venise presque totalement immergée. 
 
 
Actusf : Hervé Jubert et Fabien Clavel sont des auteurs expérimentés. Qu’est-ce qui t’intéresse chez eux ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de travailler avec eux ?
Xavier Mauméjean : Ce sont des amis et des auteurs talentueux. Mon approche s’est effectuée sur ces deux bases, et pas forcément dans cet ordre. Avec cinq romans à notre actif, tous de qualité, travailler avec Fabien s’est imposé comme une évidence. En tant que lecteur j’adore l’imaginaire d’Hervé, à la fois exubérant et extrêmement documenté. Il m’a paru aller de soi de les convier à cette aventure.
 
 
Actusf : Peux-tu nous présenter leurs romans ?
Xavier Mauméjean : Magies secrètes d’Hervé Jubert se déroule au cœur d’une mégapole qui rappelle le Paris du XIXe , regorgeant de machineries steampunk et de créatures féeriques. Un détective de l’étrange, agent du pouvoir censé éliminer les créatures merveilleuses, fait de la résistance intérieure. Aidé de sa jeune assistante, ils vont traquer un tueur génial et qui crypte ses crimes. 
La Dernière Lame d’Estelle Faye décrit un monde agonisant, inspiré de la Renaissance, qui est lentement submergé par les flots. Les derniers soubresauts de l’humanité prennent la forme d’une atroce guerre de religion, conduite par Lady des Cendres, une jeune guerrière charismatique.
Avec Les Adversaires, Fabien Clavel orchestre un jeu de la mort en plein Paris, un tournoi apocalyptique livrés par les anges et les démons pour s’emparer du trône divin. 
 
 
Actusf : Y a-t-il des synergies entre ces trois livres ? Ou des points communs ?
Xavier Mauméjean : Assurément une synergie d’intention qui tient au principe même de la collection. A savoir privilégier l’action dès les premières pages, la création d’univers riches, la qualité d’écriture. Par ailleurs, la collection publiera tout type de fantasy : Sword, Steam, Urban etc. Sinon, outre l’exigence de style les trois romans sont très différents et il en ira de même pour les suivants. 
 
 
Actusf : Comment avez-vous travaillé sur les couvs ? Quelle était ton idée ?
Xavier Mauméjean : Il fallait créer une unité d’ensemble tout en adaptant chaque couverture à l’âme du roman. D’où une ligne d’illustration assurée par Benjamin Carré, mais des modifications dans la maquette, la typo du titre ou autre pour coller à chaque projet. 
 
 
Actusf : Quels seront les prochains titres ?
Xavier Mauméjean : Je préfère mettre en avant les auteurs : Marie Pavlenko qui s’est très vite fait un nom en fantasy jeunesse avec seulement deux romans (notre rencontre inclut le hasard, les vacances, et la fuite d’un chien…), Justine Niogret, François Larzem, Jean-Luc Bizien, Jérôme Noirez… Chaque roman explore un genre particulier de la fantasy, et pour l’instant nous ne revenons pas deux fois sur la même tendance du genre. Et il en reste à explorer…
 
 
Actusf : J’en profite pour parler de tes projets en tant qu’auteur. Sur quoi travailles-tu actuellement ? Quels sont tes prochains livres à venir ?
Xavier Mauméjean : Je collabore régulièrement avec France 5, France Inter et France Culture. Une adaptation du Frankenstein de Mary Shelley sera diffusée l’année prochaine. J’ai participé au Dictionnaire des assassins, ouvrage collectif dirigé par François Angelier et Stéphane Bou, qui vient de paraître chez Calmann-Lévy. Enfin, je publie l’année prochaine, en littérature blanche aux éditions Alma, un roman basé sur la vie du peintre Henry Darger. Il y sera question d’un recueil de comptines et de fables, d’un tueur qui s’en prend aux errants et aux enfants, de blagues dans des emballages de confiserie, de jazz, du sénateur McCarthy, des hauts lieux de la prostitution qu’étaient les latrines élisabéthaines, de trois guerres à résonance mondiale, et de cinéma. Entre autres… 

Jérôme Vincent