Ianos : singularité nue
de Olivier Berenval
aux éditions Hélios
Genre : Science Fiction

Auteurs : Olivier Berenval
Date de parution : avril 2017 Réédition
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Roman
Nombre de pages : 600
Titre en vo :
Première parution : mai 2015


Achetez-le en numérique !

Lire tous les articles concernant Olivier Berenval

Un jeune auteur français
 
Paru en 2015 chez Mnémos puis republié en poche dans la collection Helios en 2017, Ianos constitue le premier roman d’Olivier Bérenval, qui a depuis publié Nemrod. Il s’agit d’un auteur attaché à la hard science puisqu’il base ici tout son roman sur le concept de singularité, déjà développé en science-fiction en son temps par Stephen Baxter, entre autres. Toujours est-il qu’il faut saluer ce genre d’ambitions, la hard science n’étant pas très prisée dans notre belle contrée francophone… Reste cependant à savoir si ça en vaut le coup, ou pas…
 
Les suites apocalyptiques d’un accident
 
En Suisse en 2018 ont lieu des expériences qui mènent à un accident majeur qui donne naissance à ce que les médias appellent l’oblitération, sans grande conséquence apparente à part que le centre-ville de Genève est rasé. Quelques années plus tard, un phénomène singulier apparaît au cœur du Système solaire : une singularité quantique, une fois encore. On décide d’y envoyer une mission spatiale, connue sous le nom d’ « Orphée », commandée par Sanjay Matheson. Sur Terre s’est développée une secte, le Kairos dont le dirigeant, Joshua, suit attentivement les développements de cette singularité. Il a attiré l’attention d’un journaliste, Thomas Lansky, compagnon de Maria, proche collaboratrice de Joshua. Et puis il y a Nathalie, scientifique de la base lunaire Aleph, qui disparaît dans un accident… Pour réapparaître dans un environnement radicalement différent. Sans qu’ils le sachent, à travers eux, le destin du monde se joue… 
 
Défauts de jeunesse ? 
 
Sur un plan strictement hypothétique, Ianos : singularité nue peut plaire. Au cœur de ce roman se trouvent des questions qui agitent le landerneau scientifique (dont la question des univers parallèles), base de nombre de romans. De ce point de vue, Olivier Bérenval maîtrise son sujet. On se permettra cependant d’émettre des réserves sur certaines dérives de l’auteur, en particulier au niveau des intrigues sentimentales. Parfois, le critique énervé se demande s’il n’est pas devant un volume de la collection Harlequin ! Il ne s’agit pas de bannir le sentiment mais ici on se croirait dans une intrigue à l’eau de rose : Sanjay, homme marié, couche avec deux femmes, soit, mais a les émois d’un garçon de quinze ans, stop ! Sur le plan de l’action, Bérenval aurait gagné à resserrer son intrigue, développer plus certains aspects, comme le Kairos… Bref, des promesses et des déconvenues : l’avenir dira où Bérenval penchera.

Sylvain Bonnet