Interview 2015 : Valp pour Les fantômes de Neptune
de Valp
aux éditions
Genre : Uchronie
Sous-genres :
  • Steampunk

Auteurs : Valp
Date de parution : décembre 2015 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage :
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Valp

Valp répond à nos questions sur sa série Les fantômes de Neptune, parue aux éditions Delcourt

 Actusf : Bonjour Valp, pour commencer peux-tu nous parler de toi, de ton travail, de tes études et de ce qui t’a amené à la bande-dessinée. Quelle anecdote particulière aimes-tu raconter pour parler de ton parcours ?
 
J’ai démarré aux éditions Delcourt avec une série de Fantasy nommée « Ashrel  » au 2009, auparavant j’avais travaillé dans une autre maison d’édition suisse avec la série « Lock  » qui était déjà mâtiné d’ingrédients steampunk. Quand à mes études je les aie passée aux arts décoratifs de Genève en section artistique, une école de fous ou on a presque dû nous mettre dehors, tant personne ne voulait partir !
 
 
Actusf : Peux-tu, en quelques phrases-chocs, nous parler de ta nouvelle œuvre et de tes personnages ? Pourquoi ce titre ?
 
L’histoire tourne autour de Meena Faraday, une jeune horlogère vivant dans le Paris de la fin du 19ème siècle qui est passionnée d’astronomie. Son destin va basculer le jour où elle partira en Egypte rendre visite à son oncle Caleb, mécène du musée d’exoarchéologie d’Alexandrie. Dans cette autre histoire, l’humanité s’est lancée dans une double mission : l’exploration spatiale du système solaire doublée d’un but archéologique afin de découvrir les traces d’une antique civilisation disparue, et tout cela sous fond de vives tensions internationales. Meena sera bien malgré elle mêlée a tout cela. Quant au titre Les fantômes de Neptune il s’agissait de trouver un titre qui reflète bien la série, qui parle autant de l’exploration spatiale, que du mystère qui entoure cette civilisation perdue.
 
Actusf : Comment la définis-tu, est-ce, pour toi, du Steampunk, du Rétrofuturisme, de la SF à l’ancienne ? Qu’est-ce que ces mots recouvrent pour toi ? Quelle image s’impose à ton esprit quand on te les dit ? A titre personnel pourquoi penses-tu que ce genre d’œuvres rencontre de plus en plus son public au sein de la BD ?
 
La série des Fantômes de Neptune est une série dite « uchronique », Ce qui veut dire qu’un événement dans le passé a dévié le cours de l’histoire telle que nous l’avons connu, ce qui constitue le noyau même de l’histoire de la série. Le steampunk est un genre de SF extrêmement riche et cela dans tant de domaines qu’il ouvre la porte à des scénarios quasi-illimités. Cela peut-être aussi bien des histoires très personnelles, ou très grand public, des satires sociales, scientifiques...souvent très proche de nous de par les thèmes abordés… Destiné autrefois a un nombre relativement limité de lecteurs, il s’est aujourd’hui beaucoup plus démocratisé, peut-être parce que les gens avaient envie de découvrir d’autres aspect de la SF et c’est tant mieux.
 
 
Actusf : Plutôt que de parler des influences, peux-tu nous raconter comment t’es venue l’envie de créer cet univers ?
 
Les découvertes scientifiques et l’astronomie sont des sujets qui me passionnent depuis toujours, j’avais envie de créer un personnage féminin qui partage cette passion. Pendant longtemps ce domaine a été l’apanage des garçons, allez savoir pourquoi. Les grandes histoires d’aventures, de découvertes et les quêtes initiatiques m’ont beaucoup marqué entre mon enfance et l’adulte que je suis. Mêler tous ces éléments c’était pour moi une manière de me sentir à l’aise, de faire passer des messages et surtout de me faire plaisir !
 
Actusf : Tu réussis, pour ma part, à t’approprier les canons du Steampunk (passé avec une technologie beaucoup plus avancé) mais en y greffant des thématiques qui te tiennent à cœur (à titre personnel je dirais la condition de la femme, la place des robots dans celle-ci, les armes de destruction massive, la science face à la guerre et la disparation des civilisations…), était-ce le message que tu souhaitais faire passer derrière ce grand récit d’aventures, (y compris en mettant en scène le début d’une idylle contre nature ?) à savoir qu’un récit de divertissement sert également à faire s’interroger le lecteur sur la société actuelle ?
 
Oui ces thématiques me sont chères en effet et elles constituent les briques scénaristiques de la série. L’histoire traitera aussi de notre libre arbitre, de nos libertés personnelles et de l’indépendance que va devoir gagner Meena à travers son périple.
Actusf : Peux-tu nous parler du temps que cela t’a pris pour créer cette Bande-Dessinée, quelles techniques de travail tu utilises et comment s’est passé le choix et le travail éditorial en amont de la publication de ce premier tome ?
 
Il a fallût un peu plus d’un an de préparation (du premier synopsis a la dernière page du storyboard, en passant par les recherches graphiques) et a peu près une année de plus pour la réalisation de l’album.
 
Pour ce qui est de la technique, je travaille sur une planche A3 au crayon bleu pour les traits de constructions, et aux crayons gris pour les traits définitifs. Je travaille ensuite la couleur exclusivement sur Photoshop, après avoir récupéré les planches scannées et digitalisées.
 
Actusf : Prévois-tu de boucler ton histoire en 3 tomes ? Où en es-tu du tome 2 actuellement ? As-tu, si la série rencontre son public, des idées pour d’autres suites ?
 
J’ignore encore combien de tomes durera la série, mais je ne me vois pas la boucler avant 4 tomes. Pour la suite, cela dépendra des lecteurs, si la sauce prend j’aurais la bonne surprise de pouvoir continuer, sinon nous verrons. En ce moment je suis en train de boucler le storyboard et je vais bientôt m’attaquer aux planches définitives du tome 2 !
 
Actusf : Travailles-tu sur d’autres projets actuellement, ou en as-tu d’autres en vue ?
 
Oui je travaille aussi sur un autre projet qui n’a rien à voir avec de la SF. Cela se construit gentiment... Et je n’ai pas le droit d’en dire plus 
 
Actusf : Le marché de la BD ne se porte pas forcément bien, et les auteurs-dessinateurs ont de plus en plus de mal à en vivre, comment le vis-tu de ton côté ?
 
C’est compliqué, Nous sommes beaucoup sur le marché, et il est difficile de se démarquer. Et qui dit moins de ventes....
 
Personnellement je m’en sors relativement bien. De plus je travaille aussi dans le domaine de l’illustration, cela aide parfois.
 
Actusf : Le mot de la fin t’appartient, fais-toi plaisir !
 
Merci à Actusf, et j’espère que le lectorat adorera l’univers si particulier que j’ai créé ! 
 

D'accord, pas d'accord ? Parlez de ce livre sur le forum.

Vous voulez donner votre avis sur ce sujet ? Vous voulez mettre un lien vers votre propre chronique ? Cliquez ici.