Interview 2016 : David Camus pour le Festival des Mondes de l’Imaginaire
de David Camus
aux éditions
Genre : Fantasy
Sous-genres :
  • SF

Auteurs : David Camus
Date de parution : avril 2016 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant David Camus

David Camus nous dit tout sur le Festival des Mondes de l’Imaginaire qui se tiendra les 9 et 10 avril 2016 au Beffroi de Montrouge.

ActuSF : Le festival des mondes de l’Imaginaire se tiendra au Beffroi de Montrouge, les 9 et 10 avril 2016. Pouvez-vous nous présenter les deux invités d’honneur de cette deuxième édition ? 
 
David Camus : l’an dernier nous n’avions qu’un seul invité d’honneur : Nicolas Fructus. Pour cette édition, comme pour les prochaines, nous souhaitons avoir, non pas un « invité d’honneur », mais plusieurs. C’est pourquoi nous avons choisi d’avoir comme « illustrateur à l’honneur » François Baranger, qui travaille énormément dans les domaines de l’imaginaire comme concept artist, illustrateur, etc., mais a aussi signé une saga de SF époustouflante : Dominium Mundi. A ses côtés, un « éditeur à l’honneur » : Stéphane Marsan, qui a fêté l’an dernier ses vingt ans d’édition, et qui a beaucoup œuvré lui aussi pour les jeux de rôles et les littératures de l’imaginaire. Il est notamment l’un des fondateurs des éditions Bragelonne, et viendra nous parler de son métier d’éditeur. Enfin, nous rendrons également hommage à Ayerdhal, dont Sara Doke (sa compagne) et Marion Mazauric (son éditrice) viendront évoquer la mémoire, et Robert E. Howard, auquel plusieurs conférences et une exposition seront consacrées.
 
 
ActuSF : Outre ces invités d’honneur, il y aura un focus Robert E. Howard, préparé par Patrice Louinet, traducteur et grand spécialiste de cet auteur. En quoi va consister ce temps fort ? 
 
David Camus : plusieurs conférences et une magnifique exposition seront consacrées à Robert E. Howard. Dimanche 10 avril après-midi, un cycle de conférences organisée par Patrice Louinet rendra hommage aux personnalités – François Truchaud, Nicollet, Jean-Pierre Dionnet, Hélène Oswald, etc. – qui nous ont permis de découvrir Robert E. Howard, en France. Par ailleurs, nous préparons la venue de nombreuses œuvres originales de Nicollet, à qui l’on doit de plusieurs couvertures de NEO. C’est un peu compliqué à monter – mais ce sera un événement exceptionnel, à ne pas manquer !
 
ActuSF : Ayerdhal nous a quittés l’an dernier. Vous allez lui consacrer un hommage au cours du festival. 
 
David Camus : Ayerdhal est un auteur très important. Il est l’un de ces auteurs que j’appelle « les enfants du Fleuve », avec lesquels toute une génération d’amateurs de littérature de l’imaginaire a grandi. Son œuvre est le parfait reflet de sa personnalité : engagée. Il est à l’origine du Droit du Serf (un collectif défendant les auteurs) et a beaucoup œuvré pour défendre les auteurs et leurs droits. Nous lui devons beaucoup. Nous sommes donc très heureux de lui rendre hommage – car son combat rejoint le nôtre. Si ce n’est déjà fait, je vous invite à lire de lui Transparences et Rainbow Warriors, qui sont deux romans formidables, et tout à fait uniques en leur genre. 
 
ActuSF : Une trentaine d’auteurs illustrateurs invités seront là en dédicaces, mais aussi sur des tables rondes. Sur quoi porteront les conférences de cette année ? 
 
David Camus : comme l’an dernier, nous essayons de panacher, afin que chaque visiteur y trouve son compte. Pour bien commencer la journée de samedi, nous ouvrirons sur une conférence consacrée au « Post-Apo » ! Suivront, dans l’ordre, l’hommage à Ayerdhal, l’habituelle conférence sur « l’Innovation dans les mondes de l’imaginaire », et pour terminer en beauté, une conférence sur « Jadis  », le fabuleux Ourobore des éditions Mnémos. Dimanche, nous démarrerons avec Stéphane Marsan, qui évoquera avec nous son métier d’éditeur, puis enchaînerons avec toute une après-midi de conférences consacrées à Robert E. Howard.
 
ActuSF : Le festival des mondes de l’Imaginaire de Montrouge, ce n’est pas que la littérature, mais l’imaginaire sous toutes ses formes : des expositions d’abord, avec celle de François Baranger, de Jadis, La ville infinie… et une exposition spéciale Howard. 
 
David Camus : Le Festival des Mondes de l’Imaginaire c’est l’imaginaire sous toutes ses formes ! A ce titre, en effet, à côté de la littérature, nous nous efforçons de présenter au public une palette aussi large que possible des mondes de l’Imaginaire : figurines et maquettes, spectacle de marionnettes, initiation au maniement du Sabre Laser, expositions d’illustrations, bières inspirées de mondes de l’imaginaire, jeux de rôle et jeux de plateau, etc. L’idée, c’est qu’il y en ait pour tous les goûts, et de faire de cet événement une fête !
 
ActuSF : Il y a ensuite, comme l’an dernier, un pôle jeux de plateau et jeux de rôle important. Qu’est ce qui sera au programme ludique de cette édition ? 
 
David Camus : trop de choses pour que je puisse en faire la liste exhaustive ici. Sachez simplement que nous accueillons à peu près le double d’exposants et d’intervenants du monde du jeu (« des jeux » serait plus juste) que l’an dernier – avec de très nombreux éditeurs et personnalités, dont le mythique Didier Guiserix, qui viendra faire une démonstration de la prochaine mouture de MEGA. Les jeux sont l’un des temps forts de ce festival. D’ailleurs, de nombreuses salles sont mises à la disposition du public pour qu’il puisse venir s’essayer à toutes sortes de jeux – jeux de rôles, jeux de cartes, jeux de plateau, etc. – dont beaucoup sont inédits, en la présence (dans la plupart des cas) de leurs créateurs. C’est une occasion unique pour le public de rencontrer des créateurs et des légendes du jeu. 
 
ActuSF : Dans les nouveautés, on pourra prendre des cours de sabre laser, n’est-ce pas ?
 
David Camus : en effet, sous la houlette du Grand Maître Farid Ben Salem, deux après-midis seront consacrées à l’initiation du maniement du Sabre Laser – sur la place Cresp, juste en face du Beffroi. (Il faut donc espérer qu’on aura beau temps !) Encore une fois, l’idée c’est d’être aussi accessible et ludique que possible. Et puis, c’est notre façon à nous de rendre hommage à Star Wars !
 
ActuSF : Il y aura également du cinéma, avec la soirée d’inauguration du festival. 
 
David Camus : Dante Desarthe nous fait l’honneur de projeter – en sa présence – son dernier téléfilm : « Le Passe-Muraille », adapté de la nouvelle éponyme de Marcel Aymé. C’est un film extrêmement réussi, bourré d’humour et de facéties, que je vous invite à découvrir. La projection aura lieu le vendredi 8 avril à 20h30 au Beffroi . Entrée gratuite dans la limite des places disponibles !
 
ActuSF : Y -t-il d’autres nouveautés – peut-être quelques surprises – qui seront au programme de cette édition 2016 ? 
 
David Camus : de nombreuses surprises sont prévues, bien sûr ! Mais si je vous en parlais maintenant, ce ne serait plus des surprises, n’est-ce pas ? Quant aux nouveautés, elles sont nombreuses elles aussi. Je pense que l’initiation au maniement du Sabre Laser, par de véritables maîtres, est une nouveauté intéressante. Nous sommes également très heureux d’accueillir plusieurs ateliers d’écriture – écriture de jeux de rôles et écriture de romans. Enfin, si le temps le permet, nous devrions avoir une magnifique surprise samedi soir dans les rues et sur les murs du Beffroi de Montrouge, à côté duquel le premier atelier de création de dessins animés français a vu le jour (pour info : c’est un indice !)… Mais je ne veux pas vous en dire trop… Encore une fois, notre intention, à travers ce festival, est de célébrer l’imaginaire sous toutes ses formes, et de permettre au public de rencontrer artistes, auteurs, éditeurs et game designers. 

Jean-Laurent Del Socorro