Interview 2016 : David Walton pour Superposition
de David Walton
aux éditions
Genre : Interview
Sous-genres :
  • Hard science

Auteurs : David Walton
Date de parution : septembre 2016 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant David Walton

ActuSF : Bonjour. Pouvez-vous vous présenter s’il vous plaît ?
 
David Walton : Bonjour ! Je suis un ingénieur qui adore lire et écrire de la SF. Pour moi, le plaisir d’écrire est comparable à celui de la lecture, et j’aime pouvoir fabriquer mes propres histoires. Je suis aussi père de sept enfants, mon aînée vient d’ailleurs d’avoir seize ans. La famille de Jacob Kelley dans Superposition vous permettra peut-être d’imaginer les joies et le chaos de ma propre vie de famille.
 
 
ActuSF : Superposition sort en français aux éditons ActuSF cette année. Pouvez-vous nous parler de l’intrigue de ce thriller SF "quantique" ?  
 
Avec plaisir. Superposition raconte l’histoire d’un physicien, Jacob Kelley, qui est accusé du meurtre de son ami. Cet ami se présente un jour à sa porte en lui décrivant une nouvelle technologie effrayante que seule la physique quantique peut rendre possible. Le jour suivant, Jacob se rend compte que non seulement son ami est mort, mais qu’il l’était déjà avant de venir chez lui. Toutes les preuves l’accusent. Jacob prend alors la fuite avec sa fille adolescente afin de prouver son innocence et de découvrir ce qu’il s’est réellement passé.
 
 
 
ActuSF : Mais qui est donc Jacob Kelley, qui est innocent et emprisonné ? / Mais qui est donc Jacob Kelley, qui est innocent et en cavale ?  
 
Jacob est un subtil mélange entre le physique et l’intellect, un homme qui a grandi avec la boxe, la pauvreté et le crime, mais qui, grâce à l’université et à la beauté des maths et de la physique, a trouvé une échappatoire. Il mène une vie tranquille en banlieue, il a un bon travail et une famille qu’il aime, mais quand tout s’effondre, il doit alors retrouver le monde dans lequel il a grandi. La relation principale de l’histoire est celle que Jacob entretient avec sa fille, Alessandra, qui lui ressemble un peu trop pour que tout se passe bien. Ils se disputent souvent, mais apprennent à s’entendre et à se faire confiance alors qu’ils luttent pour leur survie.
 
 
ActuSF : Votre choix de narration est original (et un peu schizophrénique, aussi peut-être). On suit le héros dans deux réalités possibles. Pourquoi ce choix ? Comment vous est venue cette idée ?  
 
Bien entendu, cette idée vient de la physique quantique, où les particules subatomiques existent dans plus d’un endroit ou état à la fois. La fameuse expérience d’Erwin Schrödinger qui consiste à placer un chat dans une superposition quantique suggère que l’incertitude du monde quantique pourrait s’étendre au monde dans lequel nous vivons. J’ai appliqué cette idée à Jacob Kelley et inventé une situation qui le placerait dans une superposition quantique –dans deux états différents au même moment.
Cette idée permet d’introduire de nombreux questionnements sur l’identité et les choix que l’on fait, en plus d’être un point de départ excitant. Qui ne s’est jamais demandé comment serait sa vie s’il avait fait un choix différent à un moment donné, ou s’il était arrivé un peu plus tôt ou un peu plus tard à un rendez-vous important ? Jacob, lui, a la chance de pouvoir le découvrir.
 
 
ActuSF : Le livre a été salué pour son approche scientifique rigoureuse. Comment avez-vous travaillé pour aborder la physique quantique de façon précise dans le livre... mais sans nuire à sa dimension thriller ?
 
Je trouve la physique quantique fascinante, mais l’étudier dans un manuel peut s’avérer assez fade. Pour introduire de la science dans une histoire, il faut simplement la rendre cruciale pour les protagonistes. Pour Jacob Kelley, la physique c’est la Vie... et peut-être même la mort pour toute sa famille. Les détails concernant le fonctionnement scientifique ne sont pas que purement intellectuels. C’est ce qui le sépare de la sécurité de tous ceux qu’il aime.
 
 
ActuSF : Vous revenez dans l’univers de Superposition avec Supersymmetry. Pourquoi ce second volume ? Vous aviez encore des choses à faire vivre à votre héros ? 
 
En vérité, le héros n’est pas le même ! Bien que Superposition soit une histoire qui se termine, elle laisse apparaître des pistes d’autres possibilités fascinantes. Sans rien dévoiler, Superposition laisse Alessandra, la fille de Jacob, dans une situation assez intéressante et unique. J’aurais pu m’arrêter là, mais je voulais voir à quoi pourrait ressembler la vie d’Alessandra quand elle grandirait. Supersymmetry se déroule quinze ans plus tard, alors qu’Alessandra est une adulte. Il introduit un nouveau danger quantique qui cette fois-ci menace le monde entier. Supersymmetry est une histoire plus globale, impliquant des pays et des gouvernements ainsi que des menaces de guerre, et le roman place Alessandra au milieu de tout ça.
 
 
ActuSF : La chaine eOne Entertainment Group, a mis une option sur Superposition. Où en est le projet d’adaptation en série TV. Verra-t-on un jour Superposition sur petit écran ?
 
Oui, je l’espère ! C’est génial, et j’en apprends beaucoup sur la création au fur et à mesure. Pour l’instant, c’est un scénariste avec beaucoup d’expérience et de talent qui s’occupe de ce projet et il commence à nous montrer ce à quoi l’histoire pourrait ressembler à l’écran. Le processus ressemble un peu à un entonnoir, il y a beaucoup d’idées d’épisodes mais ils ne seront pas tous tournés ou projetés. Mais j’ai bon espoir de voir un jour Jacob et Alessandra à la télé.
 
 
ActuSF : Quels sont vos projets en cours ? 
 
Je viens de terminer un nouveau roman intitulé The Genius Plague, à propos d’une épidémie qui, si elle ne vous tue pas, vous rend plus intelligent. Est-ce une menace pour l’humanité, ou un nouveau stade de notre évolution ? C’est l’histoire de deux frères qui prennent des chemins opposés dans la bataille pour l’avenir de l’humanité.
 
 
ActuSF : Avez-vous prévu de venir en France prochainement ? 
 
Si seulement ! Je ne me suis rendu qu’une fois en France, pour ma lune de miel à Paris. C’était il y a des années, mais j’espère pouvoir y retourner un jour.
 
Traduction des propos Erwan Devos et Hermine Hémon
 
 

Jean-Laurent Del Socorro