Interview 2017 : Michael Roch pour Moi Peter Pan
de Michael Roch
aux éditions
Genre : Interview
Sous-genres :
  • Fantastique

Auteurs : Michael Roch
Date de parution : février 2017 Inédit
Langue d'origine : Français
Type d'ouvrage : Interview mail
Titre en vo :

Lire tous les articles concernant Michael Roch

Michael Roch est un écrivain de science-fiction. À l’occasion de la sortie de son nouveau roman Moi Peter Pan qui doit paraître aux Éditions du Peuple de Mu le 22 février 2017, nous lui avons posé quelques questions pour en savoir plus...

ActuSF : Pouvez-vous vous présenter s’il vous plait ?
 
Michael Roch : Salut ActuSF, je suis Michael Roch, je vis en Martinique et tout le monde m’appelle Mike. Je suis écrivain de science-fiction, publié aux éditions Walrus depuis 2012, et aux éditions du Peuple de Mü depuis 2016. Je suis également chroniqueur littéraire sur Youtube, sur la chaine de la Brigade du Livre, et je m’aventure depuis l’an dernier sur le terrain du scénario de jeu vidéo et de l’afrofuturisme.
 
ActuSF : Votre roman Moi, Peter Pan, sort le 22 février 2017 aux éditions du Peuple de Mü. Qu’est-ce qui vous a donné envie de revisiter l’histoire de Peter Pan ? 
 
Michael Roch : Au départ, ce n’était qu’une nouvelle produite dans le cadre d’un atelier d’écriture, organisé par les éditions du Peuple de Mü. Guidé par le romancier Alfred Boudry, il s’agissait d’écrire sur une peur. Au fur et à mesure de la construction du texte, je me suis emparé de celle de Peter Pan. C’est après l’avoir écouté, durant la lecture donnée à la fin de l’atelier, que Davy Athuil, l’éditeur, m’a demandé d’en écrire plus. L’aventure est partie de là.
 
ActuSF : Outre le texte original de James M. Barrie, quelles ont été vos références, vos inspirations ? Je pense au magnifique Peter Pan de Loisel en BD par exemple.
 
Michael Roch : Loisel a évidemment laissé une empreinte forte sur l’image que je me fais de Peter Pan et de son univers. Le film Hook de Steven Spielberg, avec Robin Williams dans le rôle de Peter Pan, notamment la scène de la joute de gros-mots, a aussi beaucoup marqué ma propre enfance, et donc l’écriture du roman. Je reprends parfois des lieux communs, non pas pour les réinventer, mais pour leur donner un écho, le plus joli possible. Au final, cela crée des ponts entre les différentes œuvres qui leur donne une cohérence que je trouve intéressante.
 
 
 
 
ActuSF : Pouvez-vous présenter Peter Pan et le Pays Imaginaire à ceux qui ne le connaîtraient pas encore, s’il vous plait ?
 
Michael Roch : Peter Pan, c’est le nom du garçon « qui ne voulait pas grandir », selon le titre de la pièce de James M. Barrie, qui fut ensuite adaptée en roman, en 1911, sous le titre de Peter & Wendy, ou Peter Pan.
C’est un récit plein de poésie qui raconte la rencontre en Wendy, ses frères, et Peter Pan. Les premiers sont de petits londoniens et le dernier un garnement venu d’un pays imaginaire derrière les nuages, celui que tous les enfants atteignent lorsqu’ils rêvent. Peter persuade Wendy de la suivre au Pays Imaginaire pour qu’elle puisse, comme une mère, lui raconter des histoires, à lui et aux enfants perdus. Il leur arrive tout un tas d’aventures, notamment face au fameux Capitaine Crochet et ses pirates.
 
ActuSF : Difficile de parler de Peter sans dire un mot sur ses enfants perdus, Lili la Tigresse, Wendy et la fée clochette… 
 
Michael Roch : En effet, tous des archétypes de l’imaginaire d’un enfant : les copains, les indiens, la maman, la fée… Là où ça devient intéressant, c’est lorsqu’on transpose ces archétypes dans un environnement adulte. C’est la question que je me suis posé en transposant ce récit à l’aube de l’âge adulte.
 
ActuSF : Vous nous présentez dans votre roman un Peter Pan qui règne sur son royaume qu’il n’a pas quitté semble-t-il depuis bien longtemps. Pourquoi ne retourne-t-il pas dans le monde réel ? 
 
Michael Roch : Le récit de Moi, Peter Pan, puisqu’il se déroule au Pays Imaginaire, au pays des rêves, se déroule hors du temps. Le lecteur n’a que très peu d’indications concernant la chronologie des évènements, au sein même du livre, mais aussi par rapport à l’œuvre de Barrie. Ce qui est sûr c’est que Peter ne peut plus s’envoler : il a perdu son « mot », celui qui, justement, lui permet de quitter le Pays Imaginaire. Pour le retrouver, il devra affronter ses propres peurs.
 
ActuSF : C’est un récit poétique que vous nous proposez, mais aussi amer, sur le passage à l’âge adulte.
 
Michael Roch : L’idée était d’illustrer le conflit interne lié à l’âge adulte, ce que l’on perd, ce que l’on gagne, ce que l’on peut sauver, ce que l’on doit détruire, en opposition à l’enfance et l’adolescence. Je souhaitais explorer la part sombre du personnage, car son iconographie renvoie l’image d’un garçon joueur, farceur et courageux. Or, c’est avant tout un enfant qui refuse de grandir et qui fuit ses responsabilités, qui fuit la vie, en quelque sorte, en oubliant tout simplement tout.
 
 
ActuSF : Dans une société où la moyenne d’âge ne cesse de grimper, c’est aussi une réflexion sur ces générations qui grandissent dans un monde où ils ne se reconnaissent pas ?
 
Michael Roch : En tout cas, c’est une réflexion pour ces nouvelles générations. Moi, Peter Pan, est un récit pour les adultes, à l’instar du personnage principal : pour les adultes qui ont gardé leur élan au sortir de l’adolescence, pour les jeunes adultes qui se confrontent à l’autour et à l’ailleurs. Dans un monde où il n’y a pas de miroir, Peter est obligé de se confronter aux autres pour se sortir de l’embûche. De même, ce livre se veut comme un miroir, face à soi-même.
 
ActuSF : Quels sont vos projets en cours ? 
 
Michael Roch : En ce moment je travaille sur le scénario d’un jeu vidéo, Below, édité par Walrus. Il s’agit d’un jeu sur application similaire aux Livres dont vous êtes le Héros que cette maison d’édition affectionne : les joueurs sont contactés sur leur téléphone par un personnage qu’il faudra aider dans un dédale aux pièges mortels.
 
ActuSF : Où serez-vous en dédicace prochainement ?
 
Michael Roch : Je serai avec plaisir aux Oniriques de Meyzieu, le 10, 11 et 12 mars 2017, près de Lyon, et puis plusieurs autres festivals du livre, en France, tout au long de l’année. Les informations seront données directement sur la page Facebook du Peuple de Mü, ou la mienne…
 

Mathilde Marron